"The Climb": l'amitié c'est comme le vélo, il faut toujours avancer (vidéo)

"The Climb": l'amitié c'est comme le vélo, il faut toujours avancer (vidéo)

Publié le 27/07/2020 à 08:12 - Mise à jour à 12:25
©Metropolitan Films
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

SORTIE CINÉ – C'est le film le plus sympa du moment et, par les temps qui courent, cela fait du bien. The Climb a reçu l'an dernier en mai le prix "Coup de cœur du jury" d'Un Certain Regard (la section parallèle officielle du Festival de Cannes), puis en septembre le Prix du jury du Festival du film américain de Deauville. Il sort dans les salles ce mercredi 29 juillet.

C'est l'histoire d'une belle amitié masculine. Kyle et Mike sont les deux meilleurs amis du monde depuis l'enfance, bien que de caractères très différents. Kyle est gentil, cherche toujours à apaiser les esprits et à arrondir les angles, se fait souvent avoir, est aimé de sa famille. Mike, au contraire, solitaire, est égoïste et égocentré, parfois odieux et grossier, et cache sa timidité et un bon fond derrière un comportement un peu brusque.

Du côté du col de Vence

Alors qu'ils font du vélo dans les Alpes du sud de la France, du côté du col de Vence, et que Kyle prépare son prochain mariage avec sa fiancée française Ava (Judith Godrèche), Mike lui avoue qu'il a déjà couché avec elle, trois ans auparavant. "OK, c'est du passé", dit Kyle, en lui pardonnant. "Ça pourrait être du présent", répond Mike, mystérieux.

Bagarre, hôpital, baiser

Et tous deux continuent de pédaler et de gravir la côte jusqu'au col. Puis Mike se bagarre avec un automobiliste irascible et se retrouve à l'hôpital avec son ami. Ava débarque et parle avec Mike. Puis elle l'embrasse, pendant que Kyle –son futur mari– s'est absenté. Mais celui-ci les surprend…

Il serait criminel de raconter la suite, après ce premier quart d'heure du film, car un premier rebondissement inattendu intervient (mieux vaut donc éviter de visionner la bande-annonce ci-dessus, qui vend un peu la mèche). Car il y aura bien d'autres péripéties, étalées sur une dizaine d'années d'une histoire d'amitié racontée avec beaucoup d'humour, parfois déjanté, et pas mal de mélancolie.  

Un court-métrage développé en long-métrage

C'est le premier long-métrage réalisé par Michael Angelo Covino, qui joue le rôle de Mike et a co-écrit le scénario et co-produit le film avec son ami Kyle Marvin, qui joue le rôle de Kyle. Tous deux se connaissent depuis une dizaine d'années et ont réalisé ensemble des spots publicitaires et produit des films indépendants, avant de tourner le court-métrage The Climb, qu'ils ont ensuite développé en long-métrage.

Les deux films (court-métrage et long-métrage) sont inspirés de leur amitié mais sans être entièrement autobiographiques. "Dans les deux films, on retrouve certains de nos traits de caractère mais poussés à l'extrême qui, d'ailleurs, ne sont pas forcément nos traits les plus sympathiques… Je ne suis pas un tel connard dans la vie, et Kyle ne se laisse pas autant marcher dessus!", affirme Michael Angelo Covino. "Mais il y a quand même un peu de vrai dans tout ça…", ajoute Kyle Marvin.

Drôle du début à la fin

Le film est drôle du début à la fin, riche en rebondissements et en scènes d'humour, avec parfois un ton doux-amer, même si la seconde moitié est moins tonique, plus diluée, un peu verbeuse voire poussive.

Et surtout il est remarquablement réalisé, avec un découpage en chapitres, de nombreux longs plans-séquences, des intermèdes musicaux et des scènes décalées qui donnent un rythme à l'histoire.

L'amitié, c'est comme le vélo

Le titre du film, The Climb, signifie "la montée" et fait référence au premier quart d'heure du film. "Dans le court comme le long-métrage, on gravit une colline à vélo, mais, bien entendu, c'est aussi métaphorique", explique le réalisateur. "C'est comme la vie: la vie nous malmène de différentes manières, et puis on panse ses plaies et on cicatrise, et on va de l'avant –on a toujours l'impression de faire l'ascension d'une colline".

Jolie fin pour un film tout public

Toronto, Sundance, Cannes, Deauville: le film a écumé les festivals et a reçu à chaque fois un accueil chaleureux, pour la description subtile de cette amitié masculine envahissante et tumultueuse, forte et fragile à la fois, et ses conséquences sur la vie personnelle (et notamment amoureuse) de chacun des deux amis. Beaucoup de critiques ont même évoqué l'humour de Woody Allen, pour certains dialogues sarcastiques et scènes hilarantes, mais ce n'est pas un "film de festival", intello et difficile, c'est une comédie tout public dont on sort le cœur léger, notamment grâce à une jolie fin. Et, par les temps qui courent, cela fait du bien…

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Kyle (Kyle Marvin, au centre) et Mike (Michael Angelo Covino, à droite) se connaissent depuis l'enfance mais leur amitié va être mise à l'épreuve.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Culture




Commentaires

-