"Divorce Club": Michaël Youn veut faire rire tout l'été (vidéo)

"Divorce Club": Michaël Youn veut faire rire tout l'été (vidéo)

Publié le 10/07/2020 à 11:16
©SND
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

SORTIE CINÉ – Il paraît que les deux mois de confinement en France ont multiplié chez les couples les envies de séparation et de divorce. C'est donc le moment d'aller voir le nouveau film réalisé par Michaël Youn, Divorce Club, qui aspire à devenir la comédie de l'été.

Après avoir créé la surprise en remportant les deux principales récompenses (Grand Prix et Prix de la presse) au Festival du film de comédie de l'Alpe d'Huez en janvier dernier, le film devait sortir le 25 mars mais, coronavirus oblige, débarque finalement dans les salles ce mardi 14 juillet. Une bonne occasion de rire, en cette période où tout ce qui remonte le moral est bon à prendre.

Lire aussi:

> "Le Divorce selfie", la nouvelle tendance qui fait le buzz sur Instagram

> Les divorces douloureux ont des conséquences sur la santé des enfants

> Au Danemark, les parents obligés de suivre un cours pour divorcer

L'histoire commence alors que Ben (Arnaud Ducret), 40 ans, agent immobilier bien dans sa peau et toujours amoureux de sa femme après 5 ans de mariage, découvre lors d'une réunion publique que celle-ci le trompe avec son patron. Elle demande le divorce et voici le pauvre ex-mari humilié qui voit sa vie s'écrouler, ses amis s'éloigner, ses perspectives d'avenir s'assombrir.

Jusqu'au jour où il revoit Patrick (François-Xavier Demaison), un ancien ami lui aussi divorcé mais qui, au contraire de lui, semble le vivre plutôt bien et profite de son célibat. Financièrement aisé, Patrick possède une superbe villa et propose à Ben d'y créer le "Divorce Club", une colocation VIP pour quadragénaires divorcés, hommes et femmes, où chacun pourra jouir de tous les plaisirs qu'interdit habituellement la vie de couple…

C'est le grand retour de Michaël Youn comme réalisateur, après deux premiers films qui avaient chacun attiré plus d'un million de spectateurs: Fatal en 2010, critique acerbe et déjantée du milieu du show-biz à travers l'histoire d'un rappeur bling-bling nommé Fatal Bazooka; et Vive la France en 2013, histoire loufoque et mouvementée de deux bergers du Taboulistan envoyés en France pour faire connaître leur petit pays, inventeur du taboulé…

Lire aussi:

> Michaël Youn se plaint de payer trop d'impôts, Duflot et Lemaire lui répondent sèchement

Contrairement aux deux autres films, Michaël Youn ne s'est pas réservé le rôle principal –laissant cela à Arnaud Ducret, très présent et qui s'en donne à cœur joie aux côtés de François-Xavier Demaison– et n'apparaît que dans un rôle secondaire, celui d'un divorcé un peu lâche et crétin. Il est accompagné d'autres acteurs connus: Audrey Fleurot (en divorcée épanouie), Caroline Anglade (dont Ben va tomber amoureux), Benjamin Biolay (le patron de son ex-femme), Jarry (un psychologue qui explique que "le divorce, c'est avant tout un échec personnel"), Frédérique Bel, Claudia Tagbo, Vincent Moscato, Vincent Desagnat, Cartman, etc.

Avec l'âge (46 ans), Michaël Youn laisse de côté la parodie, l'humour potache et régressif, la provocation qui l'avaient rendu célèbre du temps des mémorables émissions Morning Live sur M6 au début des années 2000 et des tubes de Fatal Bazooka Fous ta cagoule ou Parle à ma main, pour un humour plus sage et une comédie plus grand public.

Un humour ni trop vieillot ni trop trash

"C’est un véritable numéro d’équilibriste de faire rire en maniant un humour ni trop vieillot ni trop trash, sans jamais tomber dans la malveillance ou la méchanceté, tout en apportant fraîcheur et modernité, le tout en étant en accord avec soi-même sans jamais vous trahir. Bonne chance!", dit-il.

Et même si l'on y parle du temps qui passe, de la solitude, de l'engagement, du pardon, du lâcher prise, de l'amitié, ce Divorce Club est avant tout une comédie destinée à ce que Michaël Youn a toujours voulu: faire rire le public. "Ce n’est pas un film sociétal, j’assume complètement sa nature de pure comédie «pop corn» ou «feel good»", ajoute-t-il.

En partie autobiographique

Il précise aussi, dans les interviews ces dernières semaines, qu'il a beaucoup mis de sa propre histoire dans ce film, sorte de thérapie sur grand écran. Car, un peu comme Ben au début du film, "j'ai découvert en couverture d'un magazine people que ma femme me trompait. (…) Je ne le savais pas, je l'ai découvert dans le magazine", a-t-il raconté récemment dans l'émission C à vous sur France-5. Dans le mensuel Première, il précise même la date: "Je l'ai découvert en couverture de Voici (…). J'étais en train de tourner Les Bracelets rouges et j'ai vu sur mon téléphone 63 appels en absence, 37 messages… Je l'ai appris en même temps que tout le monde. Donc Divorce Club n'est pas autobiographique, mais il y a beaucoup de moi dedans".

En couple avec Isabelle Funaro

Les premiers tournages de la série de TF1 Les Bracelets rouges ayant commencé en 2017, cela explique peut-être les rumeurs de rupture qui ont circulé à l'époque avec son actuelle compagne Isabelle Funaro, avec qui il est en couple depuis 2008 et avec qui il a eu deux enfants, une fille prénommée Seven en 2011 et un garçon prénommé Stellar en juillet 2019.

"Je crois au fond que j’avais envie de sortir par le rire de ma pathétique histoire sentimentale personnelle. C’est par l’humour que j’ai essayé de refermer cet épisode intime", conclut l'acteur-réalisateur.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Divorcé comme lui, Patrick (François-Xavier Demaison, à droite) propose à son ami Ben (Arnaud Ducret) d'ouvrir un club VIP pour divorcés, hommes et femmes.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Culture




Commentaires

-