"En avant": Pixar à la recherche de la magie perdue (vidéo)

"En avant": Pixar à la recherche de la magie perdue (vidéo)

Publié le 03/03/2020 à 08:40
©Pixar/Disney
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

SORTIE CINÉ – Les studios d'animation Pixar, à qui l'on doit notamment les Toy Story, font une incursion dans les jeux de rôle et se lancent à la recherche de la magie perdue dans leur nouveau film En avant, qui sort ce mercredi 4 mars sur les écrans français.

L'histoire se déroule de nos jours, dans une petite ville de banlieue américaine banale, presque réelle mais peuplée de personnages imaginaires qui se comportent comme des êtres humains: elfes, lutins, satyres, cyclopes, centaures, licornes, petites fées, petits dragons domestiques, gnomes et autres trolls.

La magie disparaît peu à peu

Dans ce monde de sympathiques créatures issues de la mythologie, du folklore, des fables et des fictions fantastiques, la magie disparaît peu à peu. Cela fait des années qu’elle s’étiole, et désormais elle est presque oubliée. Mais deux jeunes frères vont partir à sa recherche.

Ian, un jeune elfe dont le père est mort avant sa naissance, peu sûr de lui et renfermé, un peu timide, introverti, logique et intelligent, va fêter ses 16 ans. Son grand frère Barley, 19 ans, au contraire impétueux et excessif, grand et costaud, un peu loser et un peu lourd, est fan de jeux de rôle et s’intéresse plus au passé qu’au présent.

Mystérieuse formule et bâton de sorcier

Tous deux sont élevés avec amour par leur mère, femme courageuse et dégourdie, qui a refait sa vie avec un gentil centaure policier. Le jour des 16 ans de Ian, elle offre à ses deux fils un cadeau que leur a laissé leur défunt père: une lettre ainsi qu’une mystérieuse formule magique, un bâton de sorcier et une pierre précieuse qui leur permettra de le ramener à la vie durant une journée.

Course contre la montre

Les deux garçons n’arrivent à faire revenir que les jambes de leur père, qui sont très vivantes, mais perdent la pierre précieuse. Ils n’ont que 24 heures pour en trouver une autre et essayer de faire apparaître complètement leur père. Ils s'engagent alors –en compagnie des jambes de leur papa– dans une course contre la montre en suivant des indices et en surmontant des obstacles qui vont leur permettre de constater que la magie n'a pas complètement disparu de leur monde contemporain…

C'est le 22e long-métrage des studios d’animation Pixar, rachetés en 2006 par Disney et qui ont réalisé notamment les 4 Toy Story, les 3 Cars, les 2 IndestructiblesRatatouille, Là-haut ou Vice-versa. Et pour la première fois, le scénario est inspiré des jeux de rôle du type Donjons et Dragons.

Lire les critiques:

> Vice-versa: un dessin animé riche en émotions (vidéo)

> Les Indestructibles-2: maman aussi (vidéo)

> Toy Story-4: petits jouets au grand cœur (vidéo)

Dès le départ en effet, l'histoire se situe dans un univers qui ressemble à la vie réelle mais qui est à la fois réaliste et fantastique, à la fois familier et magique. Les immeubles (à l'exception de quelques champignons géants…), écoles, pavillons de banlieue, voitures, autoroutes et fast-foods ont un aspect contemporain et les personnages ont des expressions et des traits humains mais leur physique est issu d'un univers fantastique: elfes aux oreilles pointues et à la peau bleue, centaures qui conduisent des voitures, cyclope lesbienne en uniforme de police. "C’est un ratio à 70/30: il y a 70% de familier et 30% de fantastique. Nous avons appliqué ce pourcentage presque image par image", explique le chef décorateur Noah Klocek.

Souvenirs d'enfance du réalisateur

Le scénario, lui, est tiré en partie des souvenirs d'enfance du réalisateur, Dan Scanlon, également coscénariste du film: "Cette histoire s’inspire de ma relation avec mon propre frère et de notre lien avec notre père, qui est décédé quand j’avais un an", explique-t-il. "Il a toujours été un mystère pour nous. Un membre de notre famille nous a donné un enregistrement de lui ne disant que deux mots: «bonjour» et «au revoir». Deux mots seulement. Mais pour mon frère et moi, c’était magique".

Vertus de la famille

C'est le deuxième long-métrage d'animation (après Monstres Academy en 2013, déjà chez Pixar) de Dan Scanlon, aujourd’hui vice-président de la création chez Pixar et qui a également réalisé en 2009 un film en prises de vue réelles, Tracy. Dans En avant comme dans la plupart des films américains du genre –d'animation ou non–, il célèbre les vertus de la famille et les relations entre frères, entre parents et enfants, avec comme idée initiale les meilleurs moyens de faire son deuil d'un être cher.

Point de départ

"Voilà quel a été notre point de départ", dit-il à propos des deux mots laissés à lui et son frère –comme dans le film– par leur père disparu. "Nous avons tous perdu quelqu’un que l’on aimait, et ce serait tellement extraordinaire de pouvoir passer ne serait-ce qu’une journée de plus avec ceux qui nous manquent tant! Pour raconter cette histoire comme nous en avions envie, il fallait situer le film dans un monde où cette incroyable opportunité pourrait se réaliser". C'est cela aussi, la magie du cinéma.

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Ian (à gauche) et son frère Bradley sont à la recherche des restes de magie qui existent encore.

Fil d'actualités Culture