EN DIRECT Festival de Cannes: la Palme d'or attribuée à "Dheepan", du Français Jacques Audiard

Palmarès

EN DIRECT Festival de Cannes: la Palme d'or attribuée à "Dheepan", du Français Jacques Audiard

Publié le :

Dimanche 24 Mai 2015 - 16:50

Mise à jour :

Dimanche 24 Mai 2015 - 20:09
Soir de palmarès au Festival de Cannes, ce dimanche. Le jury présidé par les réalisateurs américains Joel et Ethan Coen a attribué sa Palme d'or au film français "Dheepan", de Jacques Audiard. Le cinéma français est très présent au palmarès puisque Vincent Lindon (dans "La loi du marché") et Emmanuelle Bercot (dans "Mon roi") sont récompensés par les prix d'interprétation.
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER :
-A +A

C'est la fin de ce direct, merci de l'avoir suivi. Retrouvez la synthèse de cette cérémonie de clôture et le reste de l'actualité sur FranceSoir.fr

20h10

Jacques Audiard, très applaudi, remercie le jury, exprime son émotion, et termine par une pensée pour son père, Michel Audiard. Prix du scénario en 1996 pour Un héros très discret, Grand Prix en 2009 pour Un prophète, il franchit une nouvelle marche avec cette Palme d'or.

Voici le rappel du palmarès de ce 68e Festival de Cannes, marqué par une seule grosse surprise, l'absence totale des trois films italiens en compétition dont deux, Youth de Paolo Sorrentino, et Mia Madre, de Nanni Moretti, figuraient pourtant parmi les préférés et les favoris des journalistes et festivaliers:

> Palme d'or: Dheepan, de Jacques Audiard (France)

> Grand Prix: Le fils de Saul, de Laszlo Nemes (Hongrie)

> Prix d'interprétation féminine: ex-aequo, Emmanuelle Bercot dans Mon roi, de Maïwenn (France), et Rooney Mara dans Carol, de Todd Haynes (Etats-Unis)

> Prix d'interprétation masculine: Vincent Lindon dans La loi du marché, de Stéphane Brizé (France)

> Prix de la mise en scène: The Assassin, de Hou Hsiao-Hsien (Taïwan)

> Prix du jury: The Lobster, de Yorgos Lanthimos (Grèce)

> Prix du scénario: Chronic, de Michel Franco (Mexique)

20h06

Et c'est la surprise: la Palme d'or va au réalisateur français Jacques Audiard, pour Dheepan.

20h01

Le Grand Prix, juste derrière la Palme d'or dans la hiérarchie, est décerné au film Le fils de Saul, du réalisateur Laszlo Nemes.

19h58

Le Prix de la mise en scène, troisième dans la hiérarchie du palmarès, va au cinéaste taïwanais Hou Hsiao-Hsien pour The Assassin.

19h49

La sculpturale actrice américaine Michelle Rodriguez monte sur scène, tout en noir, pour remettre le Prix d'interprétation masculine. Il va au grand favori, Vincent Lindon, pour son rôle dans La loi du marché du Français Stephane Brizé. C'est la première grande récompense pour cet acteur qui, applaudi debout par toute la salle, va embrasser un par un les membres du jury. "C'est la première fois que je reçois un prix dans ma vie", dit-il, très ému. Comme aux César, il remercie toute l'équipe du film, et termine par un hommage à "l'homme inoui et formidable" qu'est son réalisateur Stéphane Brizé. Et il embrasse "les deux personnes que j'aime le plus sur la Terre, mon fils Marcel, et ma fille Suzanne", et rend hommage à ses parents, disparus. Le film est en salles depuis le 19 mai.

19h46

Le Prix du jury est décerné au réalisateur grec Yorgos Lanthimos pour The Lobster.

19h38

Le Prix d'interprétation féminine va ex-aequo à Rooney Mara dans Carol, de l'Américain Todd Haynes, et Emamnuelle Bercot dans Mon roi, de la Française Maïwenn. Très émue, Emmanuelle Bercot, en larmes, remercie sa réalisatrice et rend hommage à son partenaire du film, Vincent Cassel. Rooney Mara est absente mais c'est son réalisateur Todd Haynes qui vient recevoir le prix pour elle.

19h35

Et les choses sérieuses commencent. La première récompense de la soirée, le Prix du scénario, est décerné au réalisateur mexicain Michel Franco, pour Chronic. "Vous êtes une des raisons pour lesquelles je fais du cinéma", dit-il, reconnaissant, aux frères Coen.

19h25

Jane Birkin monte sur scène pour l'hommage à Agnès Varda, 86 ans, qui reçoit une Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. La réalisatrice, "la seule femme parmi les garçons de la Nouvelle Vague", dit l'actrice, est applaudie par le jury et le public, tous debout. Agnès Varda raconte les débuts de sa carrière et son premier film La pointe courte (1955), la présentation de Cléo de 5 à 7 à Cannes en 1962, les films de son mari Jacques Demy, Palme d'or en 1964 avec Les parapluies de Cherbourg. Elle termine en larmes en évoquant "la vie virtuelle que je continue de partager avec lui".

19h20

Le jeune chanteur Benjamin Clementine rend hommages aux co-présidents du jury, les frères Coen, en chantant (un peu faux, il faut bien le dire) la chanson de leur dernier film Inside Llewyn Davis.

19h18

Après avoir fait chanter à l'assistance "Happy Birthday to you" pour l'acteur américain John C. Reilly, 50 ans ce dimanche et présent sur scène aux côtés de Sabime Azema pour la remise de la Caméra d'or, et après des extraits de grands moments du Festival de Cannes sur le grand écran de la salle, Lambert Wilson accueille le jury sur scène.

19h15

La Caméra d'or du meilleur premier film revient au Colombien César Augusto Acevedo pour son film Tierra y la sombra, présenté à la Semaine de la critique.

19h10

La Palme d'or du court métrage est attribué au Libanais Ely Dagher, pour son film d'animation de 15 minutes Wave's 98.

19h07

Lambert Wilson fait applaudir Jean Zay, ancien ministre, ancien résistant mort sous le régime de Vichy, dont le corps va prochainement être admis au Panthéon, et qui eut l'idée en 1939 de créer le Festival de Cannes.

19h05

Le collectif de danseurs japonais Enra, sur scène, rend hommage aux films dans un spectacle de danse, de son et de lumière.

18h55

Lambert Wilson lance la cérémonie de clôture, dans le grand auditorium Louis-Lumière du Palais des festivals. "On voit bien à vos mines que vous êtes au bout du rouleau", a-t-il plaisanté à l'adresse des festivaliers, ironisant notamment sur les talons hauts "imposés par la fashion police municipale" sur le tapis rouge pendant ces 12 jours. Puis il demande à l'assistance "d'ouvrir les yeux" sur le monde, sur "ses réalités, ses injustices, ses catastrophes écologiques annoncées" illustrées par les films de la sélection 2015 -et notamment le documentaire La glace et le ciel, film de clôture, qui parle des dangers du réchauffement de la planète. 

"Cannes n'est pas une femme", dit-il ensuite, référence à son discours de la cérémonie d'ouverture le 13 mai. "Cannes est une puce géante. Un monstre marin. Une forêt des songes. Une lampe de poche. Des cerisiers en fleurs. Des gilets pare-balle. Des vieillards nostalgiques. Un entretien d'embauche via Skype. Une mer fantôme. Les yeux embués de larmes d'un père. Un retour vers l'enfance... Eh oui, Cannes, c'est tout ça", allusion aux sujets des films en compétition.

18h45

Vers 18h30 sont apparues sur les marches, elles aussi apparemment rappelées par les organisateurs, la réalisatrice et l'actrice principale du film français Mon roi, Maïwenn et Emmanuelle Bercot.

18h40

Autres membre du jury, Sophie Marceau a confirmé sur Canal+, à la montée des marches, que les jurés s'étaient bien entendus: "on était tous assez d'accord sur le fond", à part deux ou trois exceptions. Nous sommes "très satisfaits du palmarès", qui "représente assez bien cette variété des choses et du cinéma", a-t-elle dit.

18h35

L'équipe du film hongrois Le fils de Saul est également présente à cette cérémonie de clôture, signe de la présence probable du film au palmarès puisque l'équipe avait quitté Cannes après la présentation du film vendredi 15 et a été rappelée par les organisateurs...

18h30

Le jury a monté les marches peu avant 18h30. A la télévision du Festival, l'un des deux co-présidents de ce jury, Joel Coen, a qualifié de "très amicale" l'ambiance des délibérations ce dimanche. "Ce fut une des meilleures expériences de ma vie", a-t-il dit. Cela s'est passé "très bien, en famille", a ajouté une des membres de ce jury, la chanteuse malienne Rokia Traoré. Les divergences n'ont pas été nombreuses, il n'y a "pas tellement" eu de difficultés à trouver un consensus entre les neuf jurés, a renchéri l'actrice Rossy de Palma, elle aussi membre du jury.

18h25

La ministre de la Culture Fleur Pellerin est présente à cette soirée de clôture. Elle a loué, sur la télévision du Festival, cet évenement qui présente "du rêve, du glamour, mais aussi des films très engagés, avec des films très sociaux" et, ce dimanche, "un engagement écologique" avec le film de clôture La glace et le ciel, de Luc Jacquet. Elle s'est dite séduite par "ces réalisateurs qui sont bien dans leur époque et qui ont envie de parler du monde tel qu'il est".

18h20

La dernière montée des marches du Palais des festivals, pour la cérémonie de clôture, a commencé à partir de 17h. Présages ou non de leur présence, on a vu les équipes de certains films monter les marches: The Assassin, Chronic, Dheepan, La loi du marché, The Lobster…

ooo

Soirée de distribution des prix ce dimanche soir au 68e Festival de Cannes. Le jury, présidé par les réalisateurs américains Joel et Ethan Coen, s'est réuni au secret dans la journée pour distinguer, parmi les 19 films en compétition, ceux qu'il a choisis pour figurer au palmarès.

L'an dernier c'est le film Winter Sleep, du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, qui avait obtenu la Palme d'or récompensant le meilleur film.

Cette année, quatre films semblaient tenir la corde pour lui succéder, selon les rumeurs des festivaliers et des journalistes sur la Croisette: Carol de l'Américain Todd Haynes, les films italiens Youth de Paolo Sorrentino et Mia Madre de Nanni Moretti, et The Assassin du Taïwanais Hou Hsiao-Hsien.

Parmi les cinq films français en compétition, Dheepan de Jacques Audiard et La loi du marché de Stéphane Brizé semblaient mieux placés, pour figurer au palmarès, que Mon roi de Maïwenn, Marguerite & Julien de Valérie Donzelli et Valley of Love de Guillaume Nicloux.

Les frères Coen –lauréats de la Palme d'or en 1991 pour Barton Fink– disposaient d'une voix chacun (d'habitude le président du jury compte pour deux voix), tout comme les sept autres jurés: l'actrice française Sophie Marceau, l'actrice espagnole Rossy de Palma, l'actrice britannique Sienna Miller, la musicienne malienne Rokia Traoré, le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, l'acteur et réalisateur canadien Xavier Dolan, et l'acteur Jake Gyllenhaal.

Le jury doit décerner sept prix, et un film ne peut être distingué deux fois que si l'un de ses acteurs reçoit un Prix d'interprétation, prévoit le règlement officiel. Celui-ci précise en effet que "le jury doit obligatoirement attribuer dans son palmarès: la Palme d'or; le Grand Prix; le Prix de la mise en scène; le Prix du jury; le Prix du scénario; le Prix d'interprétation féminine; le Prix d'interprétation masculine", mais ajoute aussitôt que "le palmarès ne peut comporter qu'un seul prix ex-æquo et cette disposition ne peut s'appliquer à la Palme d'or", et surtout qu'"un même film ne peut recevoir qu'un seul des prix du palmarès. Cependant, le Prix du scénario et le Prix du jury peuvent être, sur dérogation du Président du Festival, associés à un prix d'interprétation".

Ces précisions des organisateurs du Festival émanent d'un changement du règlement qu'avait suscité, précisément, le succès de Barton Fink en 1991: séduisant le jury présidé cette année-là par Roman Polanski, le film des frères Coen avait raflé trois prix du palmarès (Palme d'or –à l'unanimité–, Prix de la mise en scène, Prix d'interprétation masculine pour John Turturro). L'année suivante, les organisateurs avaient modifié le règlement pour éviter de tels cumuls.

 

"Dheepan", de Jacques Audiard, a reçu la Palme d'or du 68e Festival de Cannes.

Commentaires

-