Festival de Cannes: "Dheepan" Palme d'or, Vincent Lindon et Emmanuelle Bercot prix d'interprétation, le cinéma français triomphe (VIDEO)

Festival de Cannes: "Dheepan" Palme d'or, Vincent Lindon et Emmanuelle Bercot prix d'interprétation, le cinéma français triomphe (VIDEO)

Publié le :

Dimanche 24 Mai 2015 - 21:17

Mise à jour :

Dimanche 24 Mai 2015 - 21:26
Le cinéma français sort grand vainqueur du Festival de Cannes, avec trois récompenses: la Palme d'or pour le film "Dheepan" de Jacques Audiard, et les prix d'interprétation pour Vincent Lindon et Emmanuelle Bercot.
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

Humiliée la veille à l'Eurovision (25e sur 27), la France a pris sa revanche dimanche soir au Festival de Cannes, en remportant les trois prix les plus prestigieux: la Palme d'or, remise au film Dheepan de Jacques Audiard, et les deux prix d'interprétation, décernés à Vincent Lindon dans La loi du marché et Emmanuelle Bercot dans Mon roi.

Il faut dire qu'avec cinq films en compétition –un record dans l'histoire du Festival–, le cinéma français avait débarqué en force sur la Croisette. Mais on ne l'attendait pas sur la plus haute marche, à laquelle accède Jacques Audiard après son Prix du scénario en 1996 pour Un héros très discret et son Grand Prix en 2009 pour Un prophète.

Dheepan, sans vedette connue, qui raconte la survie d'un immigré tamoul en France ayant fui la guerre dans son pays et se retrouvant face à des dealers dans une banlieue de Paris, est la troisième Palme d'or française en sept ans, après Entre les murs (de Laurent Cantet) en 2008 et La vie d'Adèle (d'Abdellatif Kechiche) en 2013. La précédente remontait à 1987 (Sous le soleil de Satan, de Maurice Pialat).

Le grand moment d'émotion de la cérémonie de clôture dimanche soir fut le prix d'interprétation masculine remis à Vincent Lindon, pour son rôle de chômeur reconverti en vigile dans le film de Stéphane Brizé La loi du marché. "C'est la première fois que je reçois un prix dans ma vie", a-t-il dit, très ému, et applaudi à tout rompre par les 3.000 personnes réunies dans le grand auditorium Louis-Lumière du Palais des festivals.

Très émue aussi, au bord des larmes aussi, Emmanuelle Bercot, récompensée pour son rôle de femme malmenée mais qui résiste dans Mon roi, a remercié sa réalisatrice Maïwenn et son partenaire dans le film, Vincent Cassel.

Elle partage son prix d'interprétation féminine avec l'actrice américaine Rooney Mara, pour son rôle dans Carol, seule petite place qu'a trouvée au palmarès le jury présidé par les réalisateurs américains Joel et Ethan Coen pour ce film de leur compatriote Todd Haynes, que beaucoup de festivaliers voyaient à une meilleure place.

Les pronostics généralement avancés se sont révélés exacts pour la plupart des autres prix, à l'exception notoire de l'absence totale des trois films italiens dont deux, Youth de Paolo Sorrentino, et Mia Madre, de Nanni Moretti, figuraient pourtant parmi les préférés des festivaliers.

Comme prévu Le fils de Saul, du Hongrois Laszlo Nemes (Grand Prix), The Assassin, du Taïwanais Hou Hsiao-Hsien (Prix de la mise en scène), The Lobster, du Grec Yorgos Lanthimos (Prix du jury), et Chronic, du Mexicain Michel Franco (Prix du scénario), complètent ce palmarès éclectique, où ne manque donc que le cinéma italien.

Ce 68e Festival s'est terminé par un double hommage à deux octogénaires, tous deux français: la réalisatrice Agnès Varda, 86 ans, à qui a été remise une Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière; et le climatologue Claude Lorius, 82 ans, figure de proue du film de clôture, le documentaire La glace et le ciel, de Luc Jacquet, vibrant plaidoyer pour la sauvegarde de la planète et la lutte contre le réchauffement climatique. Cela ne concerne évidemment pas la planète cinéma qui s'est agitée pendant ces 12 jours à Cannes, ni la surchauffe des flashes des photographes qui vont enfin pouvoir refroidir.

Voici le rappel du palmarès de ce 68e Festival de Cannes:

> Palme d'or: Dheepan, de Jacques Audiard (France)

> Grand Prix: Le fils de Saul, de Laszlo Nemes (Hongrie)

> Prix d'interprétation féminine: ex-aequo, Emmanuelle Bercot dans Mon roi, de Maïwenn (France), et Rooney Mara dans Carol, de Todd Haynes (Etats-Unis)

> Prix d'interprétation masculine: Vincent Lindon dans La loi du marché, de Stéphane Brizé (France)

> Prix de la mise en scène: The Assassin, de Hou Hsiao-Hsien (Taïwan)

> Prix du jury: The Lobster, de Yorgos Lanthimos (Grèce)

> Prix du scénario: Chronic, de Michel Franco (Mexique)

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film Dheepan, Palme d'or et qui sortira dans les salles le 26 août):

 

Emmanuelle Bercot, Jacques Audiard et Vincent Lindon, les trois grands vainqueurs du Festival de Cannes, dimanche soir.


Commentaires

-