"Greta": Isabelle Huppert, l'affaire est dans le sac (vidéo)

"Greta": Isabelle Huppert, l'affaire est dans le sac (vidéo)

Publié le :

Lundi 10 Juin 2019 - 08:57

Mise à jour :

Mardi 11 Juin 2019 - 18:00
©Metropolitan Films
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

CRITIQUE – À New York, une veuve française solitaire se lie d'amitié avec une jeune femme, qui se laisse embarquer dans une histoire qu'elle ne va pas maîtriser: c'est le scénario du film "Greta", qui sort ce mercredi, avec Isabelle Huppert dans le rôle principal.

SORTIE CINÉ – Isabelle Huppert, qui multiplie les rôles depuis de nombreuses années, peut tout jouer. Dans Greta, le film du réalisateur irlandais Neil Jordan qui sort ce mercredi 12 juin sur les écrans, elle interprète une veuve solitaire et inquiétante qui donne des frissons aux spectateurs.

L'histoire se déroule à New York. La jeune Frances (Chloë Grace Moretz), serveuse dans un restaurant chic qui habite en colocation avec une copine de fac, rentre un soir chez elle en métro, comme tous les soirs, lorsqu'elle trouve un sac à main égaré sur un siège. À l'intérieur se trouve le portefeuille de la propriétaire, avec son adresse et son nom: Greta Hideg.

Le lendemain, Frances se rend donc chez cette Greta (Isabelle Huppert), qui la remercie et sympathise avec elle. Elle est pianiste, française, veuve et solitaire, avec une fille qui habite Paris. Toutes les deux se revoient, et Frances est ravie d'avoir une amie plus âgée qu'elle qui lui rappelle sa mère, décédée un an auparavant.

Mais un soir, alors que les deux femmes dînent aux chandelles chez Greta –soupe de poissons, bouteille de vin rouge et chanson Sous les ponts de Paris en arrière-fond musical–, Frances découvre dans un placard une demi-douzaine de sacs identiques à celui qu'elle a ramené, chacun avec un post-it sur lequel sont inscrits un prénom féminin et un numéro de téléphone (dont les siens). Le cauchemar ne fait que commencer…

L'idée de départ n'est pas très originale: "ce qui m'a séduit dans ce projet, c'est la simplicité de l'intrigue. Une jeune femme, une veuve et un sac à main de cuir vert", explique Neil Jordan, qui s'était fait connaître en 1984 avec La Compagnie des loups, adaptation fantastique du conte Le Petit Chaperon Rouge, avant de réaliser notamment dans les années 90 le troublant The Crying Game, Entretien avec un vampire (avec Brad Pitt et Tom Cruise) et le film politique Michael Collins sur la lutte pour l'indépendance de l'Irlande (avec Liam Neeson).

"L'idée que toute rencontre fortuite puisse aussi bien déboucher sur une amitié réconfortante que donner lieu à l'emprise terrifiante d'une relation obsessionnelle m'a intrigué", ajoute-t-il. "Il n'y a ici ni fantômes, ni éléments surnaturels, ni monstres –mais seulement la solitude humaine comme source de toute terreur. Et d'ailleurs, cela comporte en soi sa part de monstruosité".

Lire aussi:

> Isabelle Huppert star du tapis rouge aux Oscars

> Isabelle Huppert primée à Rome pour ses "extraordinaires aventures théâtrales"

> Isabelle Huppert évoque sa "sympathie" pour le mouvement #MeToo

Car, on le comprend très vite, l'amitié nouvelle et peu conventionnelle qui semble naître entre la jeune Frances et la veuve Greta va virer au harcèlement, puis à l'inquiétude, puis à la peur, puis à la terreur. Toutes les ficelles du film à suspense sont là, Neil Jordan a la technique d'un bon réalisateur pour faire monter la tension et introduire quand il le faut les rebondissements nécessaires.

Et même avec pas mal d'invraisemblances (Frances fait tout ce qu'il ne faut pas faire et qu'éviterait de faire n'importe quel spectateur) et une fin assez prévisible, on est happé par cette histoire pourtant déjà vue souvent au cinéma. Car Isabelle Huppert est parfaite, dans ce rôle sombre et effrayant, pour mettre à contribution les nerfs de tout le monde: de Frances et des spectateurs, jusqu'au bout.

Isabelle Huppert est solitaire et inquiétante dans ce film.

Commentaires

-