"Jeune Juliette": film canadien émouvant et rafraîchissant (vidéo)

Auteur(s)
France-Soir
Publié le 10 décembre 2019 - 17:00
Mis à jour le 16 décembre 2019 - 15:14
Image
Film Jeune Juliette
Crédits
©Ligne-7
La jeune Juliette (Alexane Jamieson, à droite) et sa meilleure et seule amie Léane (Léanne Désilets) trouvent que leurs camarades de classe sont nuls et préfèrent aller bronzer toutes les deux.
©Ligne-7

SORTIE CINÉ – Elle a 14 ans, elle est ronde, on se moque d'elle au lycée mais elle ne se laisse pas faire. Dans "Jeune Juliette", film québécois rafraîchissant et optimiste qui sort ce mercredi 11 décembre sur les écrans français, une adolescente fait fi du regard des autres.

Jeune Juliette est un film sur le regard des autres, sur la différence, sur l’acceptation de soi et des autres. C'est un film d'ados mais pas seulement pour les ados, les adultes pourront s'y reconnaître et l'apprécier aussi.

Car on y aborde des sujets sérieux ou graves (homosexualité, différences, harcèlement scolaire, crise de l'adolescence, cruauté et intolérance) mais sur un ton léger, avec "beaucoup d'humour et d'espoir", revendique la réalisatrice. "Il y a énormément de films qui parlent des adolescents de manière très, très sombre et qui sont un peu déprimants. J'avais envie de faire un film qui soit drôle, tendre et bienveillant", expliquait-elle récemment dans une interview à TV5-Monde (vidéo à voir ici). "Il m’importait de réaliser un film léger et lumineux, pour montrer aux gens, particulièrement aux jeunes, que ce qu’on vit à l’adolescence s’arrange globalement par la suite!".

Pour interpréter cette ado "si différente et si normale" qui, dit-elle, parvient à "trouver sa place sans jamais être une victime", elle a trouvé une jeune actrice, Alexane Jamieson, dont c'est le premier rôle au cinéma après quelques publicités, pièces de théâtre et séries télé. Elle est formidable et est pour beaucoup dans le charme simple et frais de ce film sympathique et optimiste.

"Je dois reconnaître qu’il y a beaucoup de moi dans le film", explique la réalisatrice québécoise Anne Émond, 37 ans, dont c'est le quatrième long métrage. "J’étais une adolescente très rondelette, je pesais près de 30 kilos de plus que maintenant. Comme Juliette, j’étais très solitaire, je n’avais qu’une, peut-être deux amies. L’imagination survoltée de Juliette, qui se raconte beaucoup d’histoires et s’écrit des lettres à elle-même, est également très proche de moi, tout comme l’intimidation à laquelle elle doit faire face à l’école. Je l’ai vécue..."

L'histoire

Juliette est effrontée, malicieuse, intelligente, cultivée, sympathique, elle a le sens de l'humour et de la répartie, c'est "un trésor caché" selon son prof de français. Mais Juliette n'a pas la vie facile tous les jours. Elle a l'âge, au sortir de l'enfance, où le regard des autres commence à la perturber.Car Juliette est grosse, certains élèves du lycée la traitent d'"obèse morbide" et de "grosse torche". Heureusement son père et son grand frère, très proches d'elle, la soutiennent. Elle communique par Skype avec sa mère, séparée de son père et avocate à New York. Et surtout elle a une (seule) amie, Léane, solitaire comme elle, qui comme elle trouve que les autres élèves de la classe –et notamment les garçons– manquent singulièrement d'intérêt.

Premiers émois amoureux 

Tous les garçons, sauf un. Liam, le meilleur ami de son frère, beau gosse, un peu rebelle, un peu musicien, cheveux longs et bras musclés, a tapé dans l'œil de Juliette. "Est-ce que tu penses que c'est possible qu'un gars tombe en amour avec moi?", demande-t-elle à son père. "Un jour, c'est sûr. Mais pas tout de suite, là", répond-il. Car pour Juliette, à 14 ans, les premiers émois amoureux ne sont pas faciles à vivre…

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.