"Juste la fin du monde": le nouveau film de Xavier Dolan divise la presse (VIDEO)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Juste la fin du monde": le nouveau film de Xavier Dolan divise la presse (VIDEO)

Publié le 22/05/2016 à 14:49 - Mise à jour à 15:05
©Shayne Laverdière, courtesy of Sons of Manual
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Huit-clos familial au casting cinq étoiles, "Juste la fin du monde", le dernier film de Xavier Dolan présenté en sélection officielle à Cannes, divise la presse. Alors que certains le trouvent lent, plat et peu authentique, d'autres y voient l'oeuvre la plus aboutie du jeune réalisateur.

Deux ans après le succès fulgurant de Mommy  qui avait remporté le prix du jury cannois, le nouveau film de Xavier Dolan, Juste la fin du monde était l'un des plus attendu de la croisette. En raison de son casting cinq étoiles avec Gaspard Ulliel, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Léa Seydoux et Nathalie Baye mais aussi parce que Dolan avait annoncé en conférence de presse "son meilleur film". Pourtant, s'il a reçu samedi 21 le prix oecuménique du jury indépendant qui récompense chaque année dans plusieurs festivals des oeuvres "aux qualités humaines qui touchent à la dimension spirituelle", le long-métrage divise la presse.

Juste la fin du monde est une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce à teneur autobiographique. Louis, écrivain homosexuel atteint d'une maladie grave, revient dans son village natal après 12 ans d'absence pour annoncer sa mort prochaine à sa famille, comme nous l'explique une voix off au début du film. Mais après une heure et demie d'un déjeuner de famille haut en couleur où sa mère, sa petite soeur, son grand frère et sa belle soeur déversent tous leurs névroses et leurs frustrations, il ne dira rien. " On est à peine assis qu’on est empoigné par la violence des colères. Une heure trente cinq plus tard, il ne s’est pas passé autre chose. Le spectateur en a plein les oreilles", tacle donc Atlantico pour qui "dans cette brillante distribution, on apprécie particulièrement le jeu discret de Gaspard Ulliel et de Marion Cotillard face au comportement faussement hystérique des autres qui, il est vrai, ne sont pas totalement responsables du rôle peu authentique qu’on leur demande de jouer".

Variety n'est pas plus tendre. "Dans le genre le plus déplaisant du cinéma (la réunion d'une famille dysfonctionelle), Dolan a trouvé la façon d'exaspérer et épuiser son public, mais aussi réalisé une incroyable catharsis à l'issue d'une heure et demie insoutenable", écrit le journaliste tandis que son collègue de The Hollywood Reporter fait part de sa "déception"." Juste la fin du monde, (...) est susceptible de rassembler les pro- et anti-Dolan autour d'un large consensus: ce n'est pas très bon (...) [Xavier Dolan] est peut-être incapable de faire un film plat et sans vie mais, pour la première fois, il en a réalisé un froid et profondément peu convaincant", critique-t-il.  "Trop d’effets tue l’effet Xavier: à charger la partition musicale, à refuser les silences, à abuser des figures de style, à embrasser trop souvent l’hystérie, il asphyxie son récit", estime quant à lui Metro News.

Toutefois, heureusement pour le jeune réalisateur (27 ans cette année), certains critiques sont plus mesurés. "Juste la fin du monde n’est sans doute pas aussi fort que Mommy, mais Xavier Dolan prouve au moins son talent de directeur d’acteurs et de metteur en scène flamboyant", écrit ainsi 20 Minutes. Pour Le Monde, au contraire, ce sixième long-métrage est "le plus abouti" de Dolan, "son plus fort à ce jour". "Ce qui va se jouer dans ce huis clos grotesque et désespéré est une tragédie de l’intime, de la solitude radicale de l’homme, où l’âme se voit littéralement mise à nu", note le quotidien du soir. Même admiration de la part de Télérama où on loue l'"intensité magnifique" des "échanges de regards".  " A chaque acteur, Dolan réussit à arracher une vulnérabilité inédite. Avec Juste la fin du monde, où la noirceur prend le pas sur l'humour, la séparation est consommée, sans appel. Comme une cérémonie des adieux. Peut-être la fin d'un cycle dans une œuvre déjà riche, d'une cohérence saisissante", conclut le journaliste.   

(Voir ci-dessous des extraits de Juste la fin du monde de Xavier Dolan): 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


"Juste la fin du monde" était l'un des films les plus attendus de la croisette.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-