"La Reine des neiges-2": ça se complique (vidéo)

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"La Reine des neiges-2": ça se complique (vidéo)

Publié le 19/11/2019 à 13:29 - Mise à jour à 13:38
©The Walt Disney Company
PARTAGER :

Auteur(s): Jean-Michel Comte

-A +A

CRITIQUE – Six ans après, revoici la "Reine des neiges". La suite du premier film, qui sort ce mercredi dans les salles françaises, raconte comment Elsa décide de s'aventurer en terre inconnue pour retrouver son passé et ses souvenirs, et comprendre l'origine de ses pouvoirs magiques. Pas simple mais passionnant pour qui arrive à suivre.

SORTIE CINÉ – "Libérée, délivrée…". Si vous avez des enfants de moins de 15 ans et si vous n'habitez pas une autre planète, vous n'avez pu échapper à cette rengaine depuis 2013. Six ans après, voici la suite: dans La Reine des neiges-2, qui sort ce mercredi 20 novembre sur les écrans français, Elsa part à la recherche de son passé.

La jeune reine gouverne avec sagesse et bienveillance le mini-royaume d'Arendelle lové autour d'un fjord scandinave. Mais elle est plus anxieuse et tourmentée que sa petite sœur Anna, optimiste et heureuse de vivre, plus espiègle. Car Elsa entend une voix qui l'appelle et elle n'en connaît pas l'origine.

Naufrage du bateau 

Un soir, le royaume est ravagé par une violente tempête et ses habitants ne doivent leur salut que dans la fuite, réfugiés sur la colline non loin. C'est qu'Elsa a réveillé les quatre esprits magiques (eau, feu, air, terre) de la Forêt enchantée, une région dont lui avait parlé ses parents avant de mourir dans le naufrage de leur bateau.

Lire aussi:

> JO d'hiver 2022: Pékin soupçonné d'avoir plagié La Reine des neiges

> Demi Lovato: la Reine des neiges fait monter la température avec son décolleté

> La Reine des neiges, Star Wars: Disney arrive en force dans le streaming

D'où viennent les pouvoirs magiques d'Elsa (elle peut faire naître glace et neige), comment sont réellement morts ses parents, pourquoi les quatre éléments se déchaînent-ils contre le royaume d'Arendelle? Elsa décide de suivre la voix qui l'appelle vers la Forêt enchantée, à la rencontre de son passé, pour répondre à ces questions.

Sa sœur Anna décide de venir avec elle dans cette expédition périlleuse, accompagnée de son fiancé Kristoff le gentil bûcheron, du renne et meilleur ami de celui-ci Sven, et bien sûr d'Olaf, le petit bonhomme de neige vivant et volubile, avec une carotte en guise de nez, créé par Elsa…

 

Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges-2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver… Elsa la blonde et Anna la rousse se battaient pour se retrouver, ici elles vont tout faire pour rester ensemble. Le scénario plonge les deux sœurs dans un dangereux voyage vers le passé, les origines, les souvenirs. "Si tu plonges dans le passé, prends garde de ne pas t'y noyer", dit la première chanson du film, phrase qui reviendra ensuite plusieurs fois.

Les studios Disney ont confié la réalisation de cette suite au même duo (Jennifer Lee et Chris Buck) que pour le premier film, qui était devenu le plus gros succès de tous les temps au box-office mondial pour un film d'animation (1,27 milliard de dollars de recettes planétaires) avant d'être détrôné l'été dernier par le remake du Roi Lion (1,66 milliard).

Lire la critique:

> Le Roi Lion: Hakuna Matata, c'est le retour de Simba

Cette Reine des neiges résiste bien au réchauffement climatique puisqu'elle revient en pleine forme dans ce deuxième épisode, un peu Avengers sur les bords quand elle déclenche ses pouvoirs magiques, et qui n'a pas attendu le mouvement #MeToo pour imposer un personnage féminin fort, célibattante sympathique. En six ans, les progrès techniques de l'animation sont visibles dans les détails, et ici les décors (nature, forêt, village, palais) délaissent la couleur blanche du premier film pour des teintes plus orangées des feuilles d'automne.

Moments effrayants et tristes 

L'histoire est un peu plus existentielle que dans le premier film, peut-être, les scènes surnaturelles et fantastiques un peu trop nombreuses, vers la fin, et l'histoire un peu compliquée pour les plus jeunes spectateurs. Dans la dernière demi-heure, le scénario réserve ses moments effrayants et tristes –un peu durs pour les moins de sept ans–, habituel chantage à l'émotion de la plupart des Disney: on croit que tout s'écroule, que certains personnages sont morts, avant le happy end final libérateur. Comme dit Olaf, "j'adore les histoires qui finissent bien".

Et c'est bien sûr cet Olaf loufoque et candide (toujours doublé par Dany Boon dans la version française) qui apporte en contrepoint les moments d'humour qui font rire les enfants, par ses réflexions et par une séquence hilarante, au bout d'une demi-heure, en pleine forêt, quand il résume l'histoire du premier film. Le gentil Kristoff aussi apporte sa part aux moments de détente, ratant toutes les occasions de demander officiellement sa main à Anna et parodiant, dans une savoureuse chanson "J'ai perdu le Nord", les chansons d'amour à l'eau de rose.

Et à propos de chanson, laquelle va succéder à l'obsédante "Libérée, délivrée" dans les cours de récréation et dans la tête des parents? A priori ce rôle est dévolu à "Dans un autre monde" (extrait à écouter ici) entonnée par Elsa quand elle s'aventure vers l'inconnu, son passé, ses souvenirs…

Auteur(s): Jean-Michel Comte


PARTAGER CET ARTICLE :


Elsa, Anna, Kristoff et Sven son renne des neiges: en route vers de nouvelles aventures.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-