L'hommage de Lambert Wilson aux femmes, lors de la cérémonie d'ouverture de Cannes (VIDEO)

L'hommage de Lambert Wilson aux femmes, lors de la cérémonie d'ouverture de Cannes (VIDEO)

Publié le :

Vendredi 15 Mai 2015 - 02:28

Mise à jour :

Vendredi 15 Mai 2015 - 02:35
La semaine a été marquée par l'ouverture du 68e Festival de Cannes, et l'hommage aux femmes rendu par le maître de cérémonie, Lambert Wilson.
©Capture d'écran Canal+
PARTAGER :
-A +A

Les actrices-réalisatrices Maïwenn, Valérie Donzelli, Emmanuelle Bercot, Natalie Portman en sélection officielle (dont les deux premières en compétition pour la Palme), Isabella Rossellini présidente du jury de la section Un Certain Regard, Sabine Azéma présidente du jury de la Caméra d'or, une Palme d'or d'honneur prévue pour Agnès Varda, Ingrid Bergman sur l'affiche officielle: cette année, les femmes se font une place un peu moins maigre que d'habitude au Festival de Cannes.

Les organisateurs ont tiré les leçons de la polémique de 2013, où de nombreuses voix s'étaient élevées sur le manque de réalisatrices féminines dans les différentes sélections. Il n'en reste pas moins vrai que si les femmes réalisatrices sont de plus en plus nombreuses, ce sont surtout les actrices qui font l'actualité.

C'est un peu le reproche que certains, sur les réseaux sociaux, ont fait à Christophe Lambert, pourtant bien intentionné dans son vibrant hommage aux actrices, mais aussi aux femmes du monde entier, lors de la cérémonie d'ouverture du 68e Festival, mercredi 13 mai. "Cannes est une femme", a-t-il dit, "la femme, l'actrice, est le symbole de l'amour sur lequel tout entier repose le cinéma".

Alors que défilaient derrière lui des photos géantes d'Ingrid Bergman, il a rendu hommage à la femme dans le monde entier, dénonçant "certains qui voudraient la cacher, la bâillonner, la tenir dans l'ombre, la rendre captive, la violer, la mutiler, la vendre comme on vend une marchandise". Face à "la monstrueuse barbarie de la réalité", les actrices sont "le contrepoids salutaire de la liberté et du désir", a-t-il dit, ajoutant, allusion au titre du film d'ouverture La tête haute, d'Emmanuelle Bercot: "Mesdames, maintenant, il n'y a plus à baisser la tête".

"Lorsque la liberté aura déserté le monde -et malheureusement, l'actualité ne perd aucune occasion de nous convaincre que cela a déjà commencé-, il restera toujours un ou une cinéaste pour en rêver", a conclu Lambert Wilson.

A ce jour, une seule femme a obtenu la Palme d'or à Cannes: Jane Campion, pour La leçon de piano en 1993. La réalisatrice néo-zélandaise était présidente du jury l'an dernier.

(Voir ci-dessous les meilleurs moments de la cérémonie d'ouverture, mercredi 13):

 
Lambert Wilson a présenté la cérémonie d'ouverture du 68e Festival de Cannes mercredi soir.


Commentaires

-