"Loving": l'amour hors-la-loi dans l'Amérique ségrégationniste (VIDÉO)

Saint-Valentin en noir et blanc

"Loving": l'amour hors-la-loi dans l'Amérique ségrégationniste (VIDÉO)

Publié le :

Dimanche 12 Février 2017 - 17:19

Dernière mise à jour :

Mercredi 15 Février 2017 - 09:40
L'histoire vraie d'un couple mixte interdit de mariage dans l'État ségrégationniste de Virginie dans les années 50-60 est portée à l'écran dans "Loving". Le film du réalisateur américain Jeff Nichols sort dans les salles ce mercredi, après avoir été présenté en compétition au dernier Festival de Cannes.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Ben Rothstein Big Beach/LLC/Mars Distribution
-A +A

La date n'a sans doute pas été choisie au hasard. C'est ce mercredi 15, au lendemain de la Saint-Valentin, que sort sur les écrans français le film Loving, belle histoire d'amour dans l'Amérique ségrégationniste des années 50-60, tirée d'une histoire vraie qui a marqué l'histoire du pays.

On est en 1958, dans l'État de Virginie, dans l'est des États-Unis. Richard Perry et Mildred Delores vivent depuis leur naissance à Central Point, petite commune d’agriculteurs enclavée et nichée entre les collines du comté de Caroline. C'est un village où cohabitent en paix des métayers et des ouvriers agricoles d’origines différentes (Noirs, Blancs, Indiens): ils se côtoient, s'entraident et se mêlent les uns aux autres sans difficulté depuis plusieurs générations, avec la pauvreté comme dénominateur commun.

Mildred, 18 ans, qui travaille dans les champs, et Richard, 24 ans, maçon et mécanicien, s’aiment. Elle tombe enceinte, et ils décident de se marier. Seul obstacle: elle est noire, il est blanc, et l'État de Virginie interdit les mariages mixtes. Le couple fait alors l'aller-retour à Washington, District de Columbia, et ils s'unissent légalement.

A Central Point, Richard a acheté un terrain pour y construire une maison pour sa femme et sa future famille. Au mur, il a accroché un cadre avec son certificat de mariage. Mais "ça ne vaut rien ici", dit le shérif quand il débarque chez eux en pleine nuit pour les arrêter.

Ils doivent donc se voir clandestinement, s'aimer en cachette, mais sont à nouveau arrêtés et passent devant un juge. "Votre sang ne sait plus où il habite", dit celui-ci, connu pour appliquer sans pitié les lois ségrégationnistes de l'État. Richard et Mildred Loving (enceinte) sont condamnés et doivent choisir: purger un an de prison ou quitter la Virginie et ne plus y remettre les pieds ensemble pendant 25 ans…

Ce n'est que le début de cette histoire vraie, qui est passée à la postérité. Des avocats d'organisations de défense des droits civiques porteront le cas des époux Loving –au nom prédestiné– devant la Cour Suprême qui, en 1967, leur donnera raison, dans un arrêt resté célèbre, l’arrêt "Loving v. Virginia".

L'histoire a déjà donné lieu à un documentaire en 2011, The Loving Story. Le jeune réalisateur américain Jeff Nichols (38 ans), lui, a davantage voulu mettre l'accent sur l'histoire d'amour entre les deux époux: "J’ai été frappé par la simplicité de leur histoire d’amour, d’une grande pureté. (…) C’est l’amour qui les unissait qui m’a touché. À partir de là, la décision de la Cour Suprême est l’autre aspect important de cette histoire. Je pense que c’est toujours salutaire de pouvoir se souvenir de l’élégance et de la beauté très simple de l’amour", explique-t-il.

"Il est évident que l’affaire judiciaire pourrait donner lieu à un film à part entière. Mais je ne voulais pas qu’elle prenne le pas sur l’histoire d’amour, car je tenais à privilégier leur idylle sur la dimension judiciaire de cette histoire", ajoute-t-il. Son film, présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, est son cinquième après Shotgun Stories (2007), Take Shelter (2011), Mud (2012) et Midnight Special (2016).

Il a effectivement su mettre l'accent, notamment dans la première moitié du film, sur la relation entre les deux amoureux, leur simplicité, leur volonté de fonder tranquillement une famille. Les Loving n’étaient pas des militants, ils espéraient simplement que leur mariage, conclu dans un cadre parfaitement légal à Washington, leur permettrait de vivre en toute sérénité dans leur village natal, auprès des leurs.

Pour interpréter ces deux personnages historiques mais discrets et humbles, Joel Edgerton et Ruth Negga (candidate à l'Oscar de la meilleure actrice) ont joué dans un registre de sobriété et de retenue, bien dans le ton du film où les clichés inévitables de l'opposition entre gentils Noirs sympathiques et méchants Blancs patibulaires sont ici un peu moins visibles que dans d'autres films dénonçant le racisme et le ségrégationnisme. Cela n'empêche pas le film de baigner dans une grande émotion, sobre mais profonde, qui rappelle que tout cela se déroulait dans la plus grande démocratie du monde il y a à peine 60 ans.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Auteur : Jean-Michel Comte

Joel Edgerton et Ruth Negga interprètent le couple Loving, interdit de mariage dans la Virginie des années 60.