"Miss Peregrine et les enfants particuliers": X-Men façon Tim Burton (VIDEO)

Eva Green en femme-oiseau

"Miss Peregrine et les enfants particuliers": X-Men façon Tim Burton (VIDEO)

Publié le :

Mardi 04 Octobre 2016 - 00:45

Mise à jour :

Mercredi 05 Octobre 2016 - 00:28
Eva Green est l'interprète principale du nouveau film de Tim Burton, "Miss Peregrine et les enfants particuliers", qui sort ce mercredi dans les salles. Le film est tiré d'un best-seller paru en 2011.
©20th Century Fox

Auteur : Jean-Michel Comte

  
-A +A

C'est un monde dans lequel personne ne vieillit, un paradis de l'enfance éternelle au milieu de l'enfer de la guerre, une bulle dans le temps. C'est un jour sans fin, que revivent une dizaine d'enfants pas comme les autres, aux dons surnaturels. C'est la boucle spatio-temporelle du dernier film de Tim Burton, Miss Peregrine et les enfants particuliers, conte fantastique qui sort ce mercredi 5 sur les écrans français.

L'histoire commence de nos jours, aux États-Unis. Jake, un ado de 16 ans (Asa Butterfield), est touché par la mort de son grand-père (Terence Stamp), retrouvé au fond du jardin les globes des yeux manquant, et qui n'a eu que le temps de lui glisser, dans un dernier souffle: "Va sur l'île".

Les affaires personnelles du grand-père lui permettent de retrouver l'île en question, au large du Pays de Galles, et Jake convainc son père de partir tous les deux y passer quelques jours de vacances. Mais sur place, Jake ne se contente pas de faire du tourisme, il recherche une grande bâtisse qui servait d'orphelinat au temps où son grand-père avait son âge.

Il finit par la découvrir, cachée au fond de la forêt, mais la propriété est en ruines et à l'abandon. Par un événement imprévu, il va pourtant être transporté dans le passé et se retrouver 70 ans plus tôt, dans la même propriété habitée par des enfants. Tous sont "particuliers", ils ont des dons spéciaux: lévitation et maîtrise de l'air, manipulation du feu, force hors du commun, pouvoir de donner vie à des objets inanimés, capacité de projeter ses rêves prophétiques sur un écran de cinéma, pouvoir de croissance accélérée des végétaux, dents acérées sur la nuque, domptage des abeilles, don d'invisibilité…

Les enfants sont sous l'autorité et la protection de Miss Peregrine (Eva Green), qui elle aussi a deux particularités: elle peut se transformer en oiseau et elle a le pouvoir, d'un clic sur son chronomètre, de figer le temps. Toutes les 24 heures, elle fait un "reset": elle et les enfants revivent à l'infini le même jour sans fin, le 3 septembre 1943, à l'abri des bombes allemandes et de leurs ennemis jurés, des monstres qui mangent les yeux des enfants. Des monstres qui veulent faire éclater la boucle spatio-temporelle et qui sont invisibles des enfants –mais pas de Jake, qui a ce don particulier et va donc leur venir en aide…

Tiré du best-seller du jeune écrivain américain Ransom Riggs paru en 2011, Miss Peregrine et les enfants particuliers porte la marque Tim Burton, à l'image de ses films Edward aux mains d’argent, Sleepy Hollow: la légende du cavalier sans tête, Charlie et la chocolaterie, Les noces funèbres ou Alice au pays des merveilles, entre autres.

Poétique et morbide à la fois, dans des histoires qui font rêver et qui font peur à la fois, réaliste et complètement onirique à la fois, ce style Burton est illustré à merveille, vers la fin du film, par une séquence caractéristique: sur la jetée de Blackpool, près du train fantôme de la fête foraine, une bataille mémorable contre des squelettes géants.

La boucle spatio-temporelle rappelle le film Un jour sans fin et les dons surnaturels des enfants font penser aux X-Men qui, eux aussi, sont rejetés par la société parce que différents des gens "normaux". C'est ce qui a plu à Tim Burton dans le livre: "Les enfants n’oublient jamais vraiment ce sentiment de différence. Cela reste avec vous pour toujours. J’ai moi-même été désigné comme +particulier+ parce que j’adorais les films de monstres. Dans l’enfance, on vit ce genre de chose, et parfois cela se prolonge même plus tard dans la vie. Beaucoup de gens le ressentent".

Au-delà de l'histoire à suspense et du conte fantastique, le film, comme beaucoup d'autres avant lui, souligne donc la nécessité non seulement d'accepter ses différences, mais d'en être fier. Et, pour les autres, de les accepter aussi, avec tolérance et bienveillance.

Interprète du personnage principal, Asa Butterfield a grandi depuis son rôle principal dans Hugo Cabret de Martin Scorsese en 2011. A ses côtés, Samuel L. Jackson est méconnaissable, très méchant et très effrayant dans le rôle de chef des monstres mangeurs d'yeux d'enfants. Mais on reste surtout envoûté par Miss Peregrine, sorte de Mary Poppins mystérieuse et gothique, interprétée sans trop déborder et avec un charme contenu par une Eva Green déjà muse de Tim Burton dans son film Dark Shadows en 2012.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

 

Auteur : Jean-Michel Comte

 
De particulière à particuliers: Miss Peregrine (Eva Green) protège ses enfants aux dons surnaturels