"Mustang" choisi pour représenter la France aux Oscars (VIDEO)

En février prochain

"Mustang" choisi pour représenter la France aux Oscars (VIDEO)

Publié le :

Jeudi 24 Septembre 2015 - 11:24

Mise à jour :

Jeudi 24 Septembre 2015 - 12:18
Le Centre national du cinéma (CNC) a finalement choisi "Mustang" pour représenter la France lors de la cérémonie des Oscars qui se déroulera le 28 février à Los Angeles. Premier long-métrage de la réalisatrice franco-truque Deniz Gamze Ergüven, ce film raconte le combat de cinq jeunes soeurs turques pour la liberté.
©VILLARD/NIVIERE/SIPA
PARTAGER :
-A +A

Ca y est. Après des semaines de suspense, le Centre national du cinéma (CNC) a tranché. Entre la Palme d'or 2015 Dheepan de Jacques Audiard, La Belle Saison de Catherine Corsini, Marguerite de Xavier Giannoli, La Loi du marché de Stéphane Brizé et Mustang de Deniz Gamze Ergüven, c'est ce dernier qui a été choisi pour représenter la France à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère lors de la cérémonie qui se tiendra le 28 février prochain à Los Angeles (Etats-Unis).

Premier film de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven, âgée de 37 ans, Mustang met en scène cinq jeunes soeurs malicieuses et effrontées vivant dans un village reculé en Turquie et qui, après avoir déclenché un scandale en s'amusant avec des garçons, se retrouvent enfermées à double tour par leur famille qui décide de les marier de force.

Présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, le film a cumulé 450.000 entrées rien que dans l'Hexagone depuis sa sortie au cinéma en juin. "Pour un film qui n'a coûté que 1,3 million d'euros, c'est extraordinaire", se félicite le producteur Charles Gillibert, interrogé par Le Figaro. "C'est un film qui qui prône des valeurs fondamentales de la France: le droit à l'éducation, le droit des femmes, la liberté. À travers Mustang, la France exporte ses valeurs de liberté au-delà de ses frontières", ajoute-t-il.

"Le fait que la France aujourd'hui porte ce film dans la course aux Oscars est le symbole très fort d'une défense de la liberté de parole", renchérit Deniz Gamze Ergüven au micro d'Europe-1. Mais si celle qui a étudié le cinéma à la Fémis de Paris, admet avoir "sauté au plafond"  quand elle a appris que son film avait été sélectionné, aujourd'hui elle prend surtout "la mesure de la responsabilité que cela représente". Car, d'ici au 28 février prochain, "la route est longue" . En effet, les pays font d'abord leur proposition, puis l'Académie des Oscars publie en décembre une première liste de films sélectionnés avant de dévoiler, un mois plus tard (le 14 janvier), la liste définitive des cinq oeuvres qui seront en compétition lors des Oscars.

Et pour que Mustang en fasse partie, Charles Gillibert est prêt à tout. "Nous allons multiplier les réunions avec notre distributeur américain et avec les lobbyistes embauchés pour nous aider", explique-t-il au Figaro, alors le film sortira le 20 novembre dans les salles obscures outre-Atlantique. "Il faudra passer deux étapes avant d'arriver aux cinq films finalement sélectionnés. La première étape va s'étaler sur les huit prochaines semaines. Un premier jury des Oscars, composé de centaines de votants de l'Académie plutôt âgés et vivant à Los Angeles, va recevoir un DVD ou un lien pour voir le film. Comme ils ont plus de 80 autres films à regarder, nous allons les convaincre de visionner Mustang en nous appuyant sur des personnalités capables d'influencer ce groupe de votants".

Puis, si Mustang est sélectionné en décembre dans la pré-liste des neuf films encore dans la course, "nous devrons séduire un autre groupe de votants, ceux-là sont plus jeunes. Il faudra donc trouver d'autres personnalités susceptibles de les convaincre ", poursuit-il.

La dernière fois que la France a gagné l'Oscar du meilleur film étranger remonte à 1993. Cette année-là, l'Académie avait récompensé Indochine de Régis Wargnier, avec Catherine Deneuve.

(Voir ci-dessous la bande-annonce de Mustang): 

 

 

 

Deniz Gamze Ergüven (en noir au centre) pose avec le casting de "Mustang" au Festival de Cannes 2015.

Commentaires

-