"Robinson Crusoé": seul, mais pas trop (VIDEO)

La possibilité d'une île

"Robinson Crusoé": seul, mais pas trop (VIDEO)

Publié le :

Lundi 11 Avril 2016 - 14:09

Mise à jour :

Mardi 19 Avril 2016 - 20:44
Nouvelle version de "Robinson Crusoé" au cinéma ce mercredi sur les écrans, mais pour la première fois il s'agit d'un dessin animé. En 3D, réalisé par les studios belges nWave, il raconte l'histoire du point de vue des animaux de l'île déserte sur laquelle échoue le jeune aventurier.
©StudioCanal
PARTAGER :

Auteur : Jean-Michel Comte

-A +A

On nous avait menti. Robinson Crusoé n'était pas seul sur son île. Et il n'a jamais rencontré Vendredi. Son meilleur ami s'appelait Mardi et c'était un perroquet, accompagné de six autres animaux aussi gentils et coopératifs que lui. La solitude, ça n'existe pas.

C'est la version -librement adaptée- du fameux livre de Daniel Defoe de 1719 que présente le dessin animé en 3D Robinson Crusoé, qui sort ce mercredi 20 sur les écrans français. Après de nombreuses adaptations au cinéma (de Georges Méliès à Luis Bunuel), c'est la première fois qu'un long métrage d'animation est réalisé. 

L’histoire n’est pas racontée du point de vue de Robinson, mais de celui des animaux de l’île. Le narrateur est le perroquet Mak (que Robinson surnommera Mardi quand il fera sa connaissance), qui rêve d'aventure et est persuadé qu'il existe un autre monde que celui de l'île minuscule -paradisiaque certes, mais minuscule- sur laquelle il vit avec ses six amis.

Ceux-ci sont Kiki la femelle martin-pêcheur, la plus petite mais la plus sage, qui veille sur le groupe; Rosie la femelle tapir, la plus grosse et la plus peureuse, qui ne pense qu'à manger; Scruby le vieux bouc, qui ne cesse de ronchonner et perd un peu la boule, mais que tout le monde protège; Carmello le caméléon mâle, paresseux, chapardeur et sarcastique, mais courageux quand il le faut; Epi la femelle porc-épic, la plus jeune et la plus charmeuse, insouciante et joyeuse; et Pango le pangolin mâle, qui la protège comme un grand frère mais s'entend bien avec tout le monde et trouve toujours le moyen de résoudre tous les problèmes.

Tout ce petit monde animal vit en bonne entente sur son île déserte perdue au milieu de l'océan sans être jamais dérangé quand, un jour, au matin d'une violente tempête, surgissent sur leur plage deux "monstres marins": Robinson Crusoé et son chien Stanley. Le jeune aventurier britannique, seul rescapé du naufrage de son navire, a échoué sur l'île.

Mak le perroquet est ravi de constater que ce nouveau monde dont il rêvait existe et débarque dans sa vie. Les six autres animaux, eux, sont plus méfiants. Mais peu à peu ils vont s'habituer à la présence de cet être humain, et réciproquement. Homme et animaux vont s'aider mutuellement -et s'allier notamment contre une menace non prévue…

 "L’idée était de raconter l’histoire de Robinson Crusoé du point de vue des animaux et de montrer comment ceux-ci l’aidaient à survivre", explique le réalisateur, Vincent Kesteloot. C'est la première originalité du film. La seconde est que les animaux parlent et se comprennent entre eux, mais qu'ils ne dialoguent pas avec Robinson Crusoé et ne sont pour lui que de simples animaux. "Dans la plupart des films d’animation, les animaux ont des caractéristiques humaines. Ici, nous avons voulu respecter les différences entre les animaux et l’être humain. Si Robinson Crusoé avait échoué sur une île où les animaux, habillés et dressés sur leurs pattes arrière, l’avaient invité à dîner, on aurait risqué de perdre l’un des thèmes principaux de l’histoire: la solitude d’un homme éloigné de tous".

Cette nouvelle version de l'histoire de Robinson Crusoé (sans Noir surnommé Vendredi, donc) est particulièrement réussie car les animaux, dès le départ, attirent la sympathie du spectateur et ont tous des caractères bien définis, comme d'excellents seconds rôles. Ils sont adorables et volent la vedette à Robinson, qu'ils accueillent sur leur île et aident à survivre.

L'autre réussite du film -où l'humour et le suspense s'adressent en priorité aux enfants et adolescents plutôt qu'aux adultes- est la qualité de l'animation, en 3D et en relief. Et dans ce domaine les Disney, DreamWorks et autres Pixar ne sont pas les seuls sur terre puisque ce Robinson Crusoé a été réalisé par les studios belges nWave, qui avaient déjà produit Fly Me To The Moon en 2008, Le voyage extraordinaire de Sammy en 2010 (réalisés par le cofondateur des studios, Ben Stassen) et Sammy-2 en 2012 (coréalisé par Vincent Kesteloot).

Deux derniers conseils aux spectateurs: ne pas partir avant le générique de fin, très rigolo et qui raconte la suite de l'histoire; et aller faire un tour sur le site RobinsonCrusoe-LeFilm pour prolonger le plaisir, en effectuant une visite de l'île à 360 degrés et en retrouvant ses habitants sympathiques.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Auteur : Jean-Michel Comte

Robinson Crusoé avait plein d'amis sur son île.

Commentaires

-