"Snowden": Oliver Stone, lanceur d'alertes (VIDEO)

Biopic

"Snowden": Oliver Stone, lanceur d'alertes (VIDEO)

Publié le :

Jeudi 27 Octobre 2016 - 01:58

Dernière mise à jour :

Mardi 01 Novembre 2016 - 11:13
Dans son nouveau film qui sort ce mardi dans les salles françaises, le réalisateur américain Oliver Stone dresse le portrait d'Edward Snowden, ancien informaticien des services de renseignement américains, qui vit en exil à Moscou après avoir révélé certains secrets de fonctionnement.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Pathé Distribution
-A +A

"Lanceur d'alertes". C'est une définition que le réalisateur américain Oliver Stone, toujours très engagé, ne déplaira pas de se voir appliquée. En attendant, il consacre son dernier film, Snowden (ce mardi 1er sur les écrans), à l'un de ceux qui ont popularisé ce terme ces dernières années.

C'est un biopic. Le film raconte comment le jeune Edward Snowden, patriote idéaliste et enthousiaste, est entré en 2004 dans les Forces spéciales pour servir son pays. Mais des fractures des deux jambes l'ont empêché d'aller plus loin dans la carrière de soldat. "On peut servir son pays autrement", lui a-t-on dit, alors que pays redoublait d'efforts dans la lutte contre le terrorisme. "Une bombe n'arrête pas le terrorisme. Un cerveau, oui. Nous en avons besoin", l'a convaincu un recruteur de la CIA.

Edward Snowden a alors rejoint les services de renseignement: la CIA puis la NSA, l'agence de sécurité nationale. Petit génie de l'informatique, il a vite gravi les échelons, mais s'est aperçu peu à peu que les programmes de cyber-surveillance des services secrets américains allaient bien au-delà de la lutte contre le terrorisme. La NSA, soutenue par de grandes entreprises, espionne les communications et collecte sur toute la planète des milliards de données informatiques du domaine privé et dans le secteur économique, en toute illégalité.

Snowden décide alors de tout révéler au grand public, à ses risques et périls. Il s'enfuit à Hong Kong en mai 2013 et, un mois plus tard, dans une chambre d'hôtel, accorde une interview à deux journalistes. Cela lui vaudra d'être poursuivi pour espionnage par les Etats-Unis, le forçant à quitter Hong Kong pour se réfugier à Moscou, où il vit toujours en exil.

Héros moderne pour les uns, traître pour les autres, Edward Snowden, 33 ans, a déjà fait l'objet l'an dernier d'un documentaire primé aux Oscars, Citizenfour, réalisé par Laura Poitras, la journaliste qui l'a filmé dans sa chambre d'hôtel à Hong Kong en juin 2013. "Mais que se passait-il dans sa tête?", s'interroge pour sa part Oliver Stone. "Qu’est-ce qui l’avait poussé à rendre publiques ces informations sensibles? Avait-il évalué ce que cela lui coûterait avant de le faire? Étions-nous en présence d’un Prométhée moderne, un homme ordinaire qui apporte une vérité nouvelle à l’humanité, déclenchant la colère des dieux de la NSA, et en conséquence condamné au supplice de se faire dévorer le foie par des vautours sur un rocher quelque part en enfer? Qui est Edward Snowden? Pourquoi a-t-il agi? Comment a-t-il agi? Le film que nous avons fait tente de répondre à ces questions et d’incarner cette histoire importante qui est aussi un mythe antique".

Le réalisateur américain, qui aime mettre son engagement de gauche au service des grandes interrogations sur la société américaine, ses valeurs, sa démocratie, ses dysfonctionnements (Platoon, Wall Street, Né un 4 juillet, JFK, Nixon, World Trade Center), a choisi le jeune acteur Joseph Gordon-Levitt pour interpréter Edward Snowden. Entre suspense après les révélations du "lanceur d'alertes" à Hong Kong et dénonciation du "lobby militaro-industriel" qui lui est chère, Oliver Stone dresse aussi un portrait du Snowden intime, avec notamment une place importante donnée au personnage de sa fiancée, Lindsay Mills, une pole-danseuse, photographe et militante gauchiste qu'il a rencontrée lors des premières années et qui l'a rejoint en exil à Moscou, après des rumeurs de séparation en 2013.

Oliver Stone va-t-il maintenant s'attaquer à un biopic de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, l'autre "lanceur d'alertes" célèbre de ces dernières années exilé, lui, à l'ambassade d'Equateur à Londres? Pas sûr, car le cinéaste la joue modeste, voire désabusé, sur le pouvoir du cinéma et sa capacité à changer le monde: "J’en suis arrivé à un point où je continue à faire ce que je fais mais sans m’attendre à des retombées spectaculaires. Je suis très content que ce soit une histoire qui tienne la route du point de vue dramatique. On la suit, si on la suit, et elle permet de se rendre compte que ce monde nous est dicté, nous est imposé. Et c’est ce qu’on peut espérer de mieux. Mais franchement, je ne crois pas que les films changent quoi que ce soit. Ils sont oubliés avec le temps…"

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

Auteur : Jean-Michel Comte

L'acteur Joseph Gordon-Levitt interprète Edward Snowden.