"Yesterday": si les Beatles n'avaient pas existé (vidéo)

"Yesterday": si les Beatles n'avaient pas existé (vidéo)

Publié le :

Lundi 01 Juillet 2019 - 10:56

Mise à jour :

Mardi 02 Juillet 2019 - 10:46
©Jonathan Prime/UPI
PARTAGER :

Jean-Michel Comte

-A +A

CRITIQUE – Voici un film que vont adorer tous les fans des Beatles. Dans "Yesterday", qui sort ce mercredi, la planète entière ignore l'existence des quatre garçons de Liverpool. Sauf un chanteur amateur britannique, qui décide de reprendre leurs chansons et va connaître un succès fulgurant.

SORTIE CINÉ – Que serait le monde si les Beatles n'avaient pas existé? C'est la question en forme de clin d'œil que pose le réalisateur britannique Danny Boyle dans son dernier film Yesterday, une comédie sentimentale et drôle qui sort ce mercredi 3 juillet sur les écrans.

Magasinier à temps partiel dans un supermarché de sa petite ville du Suffolk, sur la côte est de l'Angleterre, Jack Malik, de parents immigrés indiens, est un auteur-compositeur-interprète en galère, qui chante le soir dans les bars, sans grand succès. Ellie, sa meilleure amie d’enfance –mais qui désespère de devenir sa petite amie–, prof de maths, n’a jamais cessé de croire en lui et le soutient en lui servant de manager.

Mais Jack ne croit plus en lui et s'apprête à arrêter son éphémère carrière de chanteur quand, une nuit, survient un incident bizarre: une panne d'électricité de 12 secondes sur toute la planète, pendant laquelle il est renversé à vélo par un bus. À son réveil à l'hôpital, il a perdu deux dents mais ses copains sont heureux de le voir vite rétabli et lui offrent une nouvelle guitare, avec laquelle il leur chante Yesterday. Les amis sont émus aux larmes par cette chanson inconnue. "T'as écrit ça quand?", lui demande Ellie. "C'est pas moi. C'est Paul McCartney, les Beatles", répond-il. "Qui?", disent ses amis. Ils insistent: ils ne connaissent pas –et se moquent de lui.  

Jack trouve la blague lourde. Mais quand il rentre chez lui, il tape "Beatles" sur Google et n'a comme réponse principale que "Beetle", le mot qui signifie "scarabée". Il tape "John, Paul, George, Ringo" et n'a comme réponse que "Pope John Paul II". Sur ses étagères, ses vieux vinyls des Beatles ont disparu. Plus aucune trace sur la planète des quatre garçons de Liverpool…

Jack se rend alors à l'évidence: il est le seul à connaître les Beatles. Pour lui c'est l'opportunité, en leur empruntant leurs tubes, d'entamer une nouvelle carrière. Au début ce n'est pas un succès fou, mais il réussit à enregistrer un premier disque –qu'il distribue gratuitement aux clients de son supermarché–, avant que la star Ed Sheeran, qui a passé son enfance dans le Suffolk, le remarque et lui propose de faire sa première partie lors d'un concert à Moscou. Jack y interprète Back Into The USSR et d'autres tubes. C'est le début de la gloire, d'une nouvelle carrière, d'une nouvelle vie…

Ed Sheeran interprète son propre rôle dans cette charmante comédie qui part comme une histoire de science-fiction spatio-temporelle avant de continuer dans un humour très fin, avec de jolis moments de délicatesse et d'émotion. La scène dans laquelle Jack essaye d'interpréter au piano sa nouvelle chanson Let It Be dans le modeste salon de ses parents est irrésistible de drôlerie, et d'amusants détails et clins d'œil parsèment la première partie de l'histoire: Jack va-t-il réussir à se souvenir des paroles de toutes les chansons des Beatles –notamment celles de Penny Lane et d'Eleanor Rigby, difficiles à retenir?

Dans la dernière partie, l'histoire d'amour entre Jack et Ellie passe au premier plan et le film vire à la comédie sentimentale, avec une fin un peu mélo et le côté surnaturel du scénario qui s'atténue (quoique…). "J’espère que c’est ce que les gens retiendront de ce film: une vraie histoire d’amour. Qui de mieux que les Beatles pour chanter l’amour? C’est à double niveau: l’amour que nous avons pour leurs chansons, qui est universel, vient ici illustrer une histoire d’amour qui va en faire voir de toutes les couleurs au public", explique Danny Boyle.

Le réalisateur britannique est l'un des plus brillants et des plus éclectiques du cinéma contemporain: on compte parmi ses succès des films aussi divers et réussis que Trainspotting (1996), La Plage (2000), 28 jours plus tard (2002), le film aux 8 Oscars Slumdog Millionaire (2008), 127 heures (2010), Trance (2013) et récemment Steve Jobs (2016) et T2 Trainspotting, la suite (2017).

Lire les critiques:

> Steve Jobs: pomme, pomme, pomme, pomme

> T2 Trainspotting: 20 ans après, Danny Boyle toujours accro

Avec l'aide du scénariste Richard Curtis, qui a notamment écrit les histoires de Quatre mariages et un enterrement, de Coup de foudre à Notting Hill, du Journal de Bridget Jones et de Love Actually, Danny Boyle démontre ici encore une fois tout son savoir-faire pour raconter une belle histoire avec fraîcheur, élégance et ironie. On sourit par exemple quand, outre les Beatles, deux ou trois autres choses mondialement connues ont apparemment aussi disparu de la planète. Ou quand le réalisateur évoque, au moment où Jack devient une star, ce qu'aurait donné le marketing des Beatles de nos jours: le titre de l'Album Blanc est refusé pour manque de diversité ethnique, Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band est trouvé trop long et trop compliqué, et Ed Sheeran propose de changer Hey Jude en Hey Dude…

C'est la jeune actrice britannique Lily James qui joue avec discrétion et charme le rôle d'Ellie, constante tout au long du film et contrepoids à la notoriété subite de Jack. Elle avait connu son premier rôle principal dans le Cendrillon de Kenneth Branagh en 2015, avant d'apparaître plus récemment dans Baby Driver en 2017 et dans Le Cercle littéraire de Guernesey en 2018.

Lire les critiques:

> Cendrillon: Kenneth Branagh donne chair, charme et seconde jeunesse au personnage de Walt Disney

> Le Cercle littéraire de Guernesey: les amateurs d'épluchures de patates sont des lecteurs assidus

Mais c'est bien sûr le personnage de Jack qui retient l'attention, interprété par un acteur inconnu du grand public et qui fait ici ses débuts au cinéma, après quelques rôles à la télévision et au théâtre: Himesh Patel, 28 ans, né en Grande-Bretagne, de père kenyan et de mère zambienne ayant vécu en Inde. Il tient parfaitement son rôle, drôle et émouvant, et joue du piano et de la guitare en chantant des extraits des tubes des Beatles qui défilent tout au long du film, comme un hommage attendri aux Fab Four, mieux qu'un biopic: Yesterday, Back Into The USSR, Let It Be, The Long And Winding Road, Penny Lane, Strawberry Fields For Ever, Here Comes The Sun, While My Guitar Gently Weeps, Help, Hey Jude, All You Need Is Love, In My Life… Comme le dit vers la fin l'un des personnages mystères du film, "un monde sans les Beatles est un monde infiniment plus mauvais". Réponse à la question initiale.

Le chanteur Ed Sheeran (à droite) joue son propre rôle dans le film, face à Himesh Patel.


Commentaires

-