Enfants piégés dans une grotte en Thaïlande: le premier livre sur l'incroyable sauvetage des 12 garçons

Enfants piégés dans une grotte en Thaïlande: le premier livre sur l'incroyable sauvetage des 12 garçons

Publié le :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 15:27

Mise à jour :

Mercredi 24 Octobre 2018 - 17:00
© Handout / ROYAL THAI NAVY/AFP
PARTAGER :
-A +A

Pendant deux semaines l'été dernier, la disparition puis le sauvetage de 12 jeunes footballeurs et de leur entraîneur dans une grotte du nord de la Thaïlande a tenu en haleine le monde entier. Le journaliste belge Thierry Falise publie le premier livre racontant ce fait divers hors du commun.

C'est le premier livre publié sur un fait divers qui a passionné le monde entier l'été dernier: dans Pris au piège (Ed. Florent Massot), le journaliste belge Thierry Falise raconte l'extraordinaire sauvetage des 12 jeunes footballeurs et de leur entraîneur coincés pendant plus de deux semaines dans une grotte du nord de la Thaïlande.

Le 23 juin, les Moo Pa, les "Sangliers", équipe de 12 footballeurs âgés de 11 à 16 ans et leur coach Ake, 25 ans, s'aventurent dans la grotte de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande, au cœur du "Triangle d'or" formé par la confluence de trois pays (Thaïlande, Birmanie, Laos) et connu pour son trafic de drogue. C'est la saison des pluies et très vite ils se retrouvent coincés dans une des parties de la grotte, à près de 500 mètres sous terre et séparés de l'entrée par 3.000 mètres dont six sections immergées totalisant 1.500 mètres: pas moyen de faire marche arrière et de sortir.

Lire aussi – Thaïlande: les 13 rescapés de la grotte sauvés, au terme d'une course contre la pluie

Au terme d'un gros travail d'enquête ("Tous les faits et les dialogues rapportés sont réels, à l’exception de rares passages imaginés, pour des raisons de cohérence narrative") et dans un récit haletant, Thierry Falise raconte la suite: l'inquiétude initiale des parents, la responsabilité du jeune coach évoquée, le débarquement des commandos de marine sur place, la mobilisation de plusieurs milliers de secouristes, les prières au Bouddha et l'arrivée d'un moine vénéré qui entretient l'espoir, l'appel aux spécialistes étrangers et notamment plusieurs plongeurs britanniques, le premier contact établi avec les enfants le 2 juillet, l'afflux des journalistes du monde entier, les vaines offres de service du milliardaire américain Elon Musk.

Puis le suspense et les opérations de sauvetage –avec notamment la mort d'un plongeur thaïlandais– et les enfants et leur entraîneur finalement évacués avec succès en trois jours les 8, 9 et 10 juillet.

"Dans un décor exotique connu de nombreux touristes du monde entier, des enfants dégagés de toute irresponsabilité, de par leur nature +innocente+, sont devenus les stars d’un événement où s’enchevêtrent des pratiques mystiques parfois obscurantistes et des moyens techniques ultrasophistiqués", conclut l'auteur. "Un événement où pendant plus de deux semaines, quelque 10.000 personnes –des individus, des salariés d’entreprises privées ou publiques– venues de Thaïlande et des quatre coins du globe, offrirent, au sens bénévole du terme, leurs compétences, leur expérience, leur matériel, pour engager un combat contre l’un des phénomènes climatiques les plus puissants que la nature ait jamais produit, la mousson".

Journaliste et photographe installé à Bangkok depuis une trentaine d'années, spécialiste notamment des minorités ethniques de Birmanie et du nord de la Thaïlande) et de la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi, Thierry Falise (voir ici son site internet) était ces jours-ci de passage à Paris pour la promotion de son livre. Il a répondu aux questions de FranceSoir.

- Quel impact a eu ce fait divers dans l'opinion publique thaïlandaise, et notamment son issue heureuse grâce à la coopération internationale?

- Des milliers de Thaïlandais de toutes classes sociales, des individus, des entreprises privées, des fonctionnaires ont proposé spontanément leur aide, cela allait de l’achat de paires de chaussettes pour les secouristes à l’établissement de salons de massage et de coiffure improvisés sur le site de l’opération. Les Thaïs ont, pendant un certain temps en tout cas, mis de côté leurs divergences politiques pour se concentrer sur le sauvetage de 13 de leurs enfants. Ils se sont aussi montrés très reconnaissants envers les bénévoles étrangers. Lors d’une conférence de presse des 13 Sangliers à Bangkok, les parents portaient des T-shirts marqués en anglais et en thaï de la mention "Merci au monde entier".

- Est-ce que les Thaïlandais ont majoritairement cru à une issue heureuse ou avaient-ils perdu l'espoir de retrouver les enfants vivants?

- Difficile à dire. Au fur et à mesure que les jours passaient, l’espoir s’amenuisait pour des raisons évidentes mais beaucoup de gens voulaient se convaincre que les Sangliers étaient encore en vie. Lorsqu’un célèbre moine bouddhiste est venu visiter la grotte (au 7e jour, soit 3 jours avant qu'on les retrouve vivants) et affirmer qu’ils étaient vivants et qu’on les retrouverait "dans quelques jours", l’espoir au sein de cette population, à majorité bouddhiste, est revenu.

Lire aussi – En Thaïlande, un film sur le cauchemar des "enfants de la grotte"

- Que sont devenus aujourd'hui les 12 jeunes footballeurs et leur coach?

- Après une période d’observation à l’hôpital et 9 jours de retraite bouddhique, ils ont retrouvé leur école. Ensuite, les autorités thaïes les ont rassemblés plusieurs fois en public pour quelques conférences de presse (questions filtrées par des psychologues), des vernissages d’exposition, etc. Récemment ils ont été invités par le Comité international olympique à se rendre en Argentine pour les JO de la Jeunesse et, dans la foulée, ils ont fait une émission de talk-show à Los Angeles où Zlatan Ibrahimovic est venu les rejoindre en plateau, chargé de maillots de foot et autres cadeaux. Le lendemain ils se sont entraînés avec lui. Maintenant, ils sont de retour en Thaïlande où il reste à voir comment ils pourront finalement retrouver une "vie normale".

- Que va devenir la grotte Tham Luang, sous le contrôle des autorités thaïlandaises?

- La grotte est fermée depuis le début de l’histoire (de toute manière elle est fermée chaque année pendant les mois de mousson entre juillet et fin octobre). Ses abords sont déjà envahis par des touristes, principalement thaïs, qui viennent de tout le pays pour faire des offrandes au Bouddha et aux esprits. Les Thaïs sont en train de construire un musée près de l’entrée (c’est un parc national avec aires de parking et bâtiments pour gardes forestiers). Normalement ils vont bientôt rouvrir les premiers centaines de mètres de la grotte aux touristes mais interdire la suite du parcours afin de le nettoyer et le remettre en état (il y traîne des kilomètres de tuyaux, de fils électriques, de cordes et des monceaux de bouteilles d’oxygène et autres matériels).

- Hollywood s'intéresse déjà à l'histoire. Avez-vous des informations sur le tournage d'un film à ce sujet?

- Les bruits les plus contradictoires courent sur le nombre de films en préparation. On parle aujourd’hui de six projets. Seule certitude, le tournage d’un premier film, The cave – La grotte, va commencer en novembre sous la direction d’un réalisateur thaïlandais aux origines irlandaises.

> Pris au piège - L'incroyable sauvetage des enfants de la grotte thaïlandaise, par Thierry Falise, Ed. Florent Massot, 208 pages, 18,90 euros

.

Un des membres des familles montre les images vidéo des enfants retrouvés vivants dans la grotte.

Commentaires

-