L'historien et académicien Max Gallo souffre de la maladie de Parkinson

L'historien et académicien Max Gallo souffre de la maladie de Parkinson

Publié le :

Vendredi 29 Mai 2015 - 17:27

Mise à jour :

Vendredi 29 Mai 2015 - 17:30
L'académicien Max Gallo, 83 ans, a révélé jeudi 27 mai sur RTL qu'il souffrait de la maladie de Parkinson.
©Bernard Bisson/JDD/Sipa
PARTAGER :
-A +A

L'historien et académicien Max Gallo a annoncé jeudi 27 mai qu'il était atteint de la maladie de Parkinson. "Je suis en effet malade, c'est difficile", a-t-il expliqué au micro de RTL. Une maladie qui l'a empêché d'être présent jeudi après-midi à l'intronisation de l'écrivain Dany Laferrière à l'Académie française.

"La maladie change totalement le rapport de l'écrivain avec lui-même, avec les autres écrivains et avec le monde tel qu'il est", a confié Max Gallo.

Ironie du sort, l'écrivain a expliqué "qu'on se croit immortel et on ne l'est pas". "La non-immortalité est une surprise difficile à rejeter", a-t-il ajouté. Le biographe de Napoléon et de Jaurès a également expliqué que "nous avons toujours la liberté d'en finir avec nous-mêmes. (…) Néanmoins, c’est une liberté qui nous est donnée même si elle est difficile à conquérir et discutable". Et d'ajouter: "c’est une manifestation de la sollicitude et Dieu donnant cette liberté dit aussi qu’on peut y renoncer".

L'auteur déplore surtout l'absence de liberté qui survient avec la maladie de Parkison: "c'est une sensation qui s'efface puisque vous n'êtes plus libre, vous êtes obligé d'être assis d'une certaine façon, de vous lever en faisant attention de ne pas vous prendre le pied dans le tapis". Et d'exprimer sa plus grande crainte: "perdre le sens des mots".

Pour autant Max Gallo ne compte pas baisser les bras et surtout, il entend continuer à écrire. "Je viens de sortir deux livres, je pense que je sortirai encore un livre d'ici la fin de l'année. Je ne suis pas le premier, parmi les écrivains, à avoir connu cette maladie", a-t-il résumé.

L'historien Max Gallo souffre de la maladie de Parkinson.


Commentaires

-