Mort de l'écrivain suédois Henning Mankell

Mort de l'écrivain suédois Henning Mankell

Publié le :

Lundi 05 Octobre 2015 - 13:53

Mise à jour :

Lundi 05 Octobre 2015 - 14:06
L'écrivain suédois Henning Mankell est mort dans la nuit de dimanche 4 à ce lundi. Il était l'auteur de la série policière sur les aventures de Kurt Wallander, mais aussi un écrivain engagé. Il avait 67 ans.
©Ina Fassbender/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il restera célèbre pour ses romans policiers, notamment les aventures du commissaire Kurt Wallander. L'écrivain et dramaturge suédois Henning Mankell est mort dans la nuit de dimanche 4 à ce lundi à l'âge de 67 ans. Il s'est éteint dans son sommeil à Göteborg (Suède), précise un communiqué de son site officiel. En 2014, il avait révélé être atteint d'un cancer du poumon incurable.

Si la série des Wallander aura fait sa réputation et son succès auprès du grand public, son œuvre ne se limite pas à cela. Il était l'auteur d'une vingtaine d'autres ouvrages ainsi que de nombreuses pièces de théâtre. Il dirigeait d'ailleurs la seule troupe professionnelle du Mozambique dans la capitale Maputo. Amoureux de l'Afrique, il y vivait la moitié du temps depuis des années. Par le théâtre, il espérait ainsi se battre pour l'accès à la culture des populations de ce pays, frappées par l'illettrisme.

Henning Mankell restera également dans les mémoires comme un écrivain engagé à gauche, contre les dérives libérales, la colonisation et pour la cause palestinienne. En 2010, il avait participé avec plusieurs centaines d'autres activistes à une tentative pour briser le blocus israélien et apporter de l'aide humanitaire à Gaza. Neuf personnes avaient été tuées suite à l'intervention de l'armée.

Interrogé par Libération en décembre dernier sur son appréhension de la mort et son héritage littéraire, il avait déclaré :"on peut construire des pierres tombales monumentales, cela ne change rien. Les livres, eux, continuent de vivre tant qu’ils sont lus. (...) Ce qui m’inquiète parfois, c’est de rester mort aussi longtemps (...) comment supporter d’être mort pendant un million d’années…".

 

Henning Mankell vivait entre sa Suède natale et le Mozambique depuis plusieurs années.


Commentaires

-