"Sans Totem Ni Tabou": une correspondance des temps modernes

"Sans Totem Ni Tabou": une correspondance des temps modernes

Publié le :

Mercredi 19 Juillet 2017 - 12:42

Mise à jour :

Mercredi 19 Juillet 2017 - 14:12
Séparés par la distance, Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra ont démontré à travers leur ouvrage, "Sans Totem Ni tabou" (Ed. Ramsay) que l’échange humain était essentiel. Dans cette correspondance, ces deux intellectuels partagent leurs points de vue et leurs réflexions sur le monde d’aujourd’hui tel qu’ils le perçoivent.
©DR
PARTAGER :

Amandine Zirah

-A +A

Depuis plusieurs années, les nouvelles technologies ont complètement pris le dessus sur les anciennes méthodes de communication. Crayons, stylos et lettres ont rapidement été remplacés par ce qui fait aujourd’hui le quotidien de milliers de personnes: smartphones, ordinateurs et tablettes. Cela, sans que personne ne s'en plaigne réellement. Toujours plus vite, toujours plus pressé. L'ère de l'immédiateté a chassé de son tableau la notion d’attente. Or cette spontanéité déroutante empêche bien souvent la réflexion nécessaire et la prise de distance parfois utile pour s’exprimer ou prendre une décision.

Face à cette réalité, révolutionnaire pour certains et déconcertante pour d’autres, Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra ont souhaité remettre les correspondances au goût du jour, couchant sur le papier la trace de leur affection indéfectible. Lui est psychanalyste et contribue, dans son cabinet, au développement du traitement des phobies par le biais de la réalité virtuelle. Petit-fils d’Edgar Faure, il s’intéresse de près à la politique et publie régulièrement des articles dans plusieurs médias nationaux. Elle est psychanalyste et docteur en philosophie. Elle enseigne également cette matière dans plusieurs établissements secondaires et supérieurs.

Séparés par la distance, tous deux ont lié une forte amitié et ont démontré à travers leur ouvrage, Sans Totem Ni tabou (Ed. Ramsay), en librairie depuis le 20 mars dernier, que l’échange humain était essentiel dans cette vie où la solitude et l’individualité prennent le pas. Pendant près de six mois à partir de janvier 2016, ces deux intellectuels ont échangé sur des thèmes variés, allant de la politique française et internationale à la religion en passant par la psychanalyse. Un dialogue entrecoupé par des notes d’humour et des références à la musique, au cinéma mais aussi à de grands penseurs tels que Socrate, Freud, Platon, Nietzsche ou Descartes. Le tout dans un vocabulaire accessible au plus grand nombre.

En échangeant leurs points de vue et en partageant leurs réflexions, chacun dépeint aux lecteurs le monde tel qu’il le perçoit. Et s’ils ne partagent pas le même avis sur tout, leur échange est emprunt d’une certaine douceur et d’un respect mutuel, agréable à la lecture. Il est également intéressant de voir, plus d'un an après leur correspondance, s'ils avaient vu juste sur l'avenir, notamment lors de leur échange sur les présidentielles.   

Rodolphe Oppenheimer et Sophie Sendra ont redonné à l'échange épistolaire la place qu'il a perdue avec le temps.


Commentaires

-