La vidéo "raciste" de Quotidien qui déforme les propos de Nell Irvin Painter

La vidéo "raciste" de Quotidien qui déforme les propos de Nell Irvin Painter

Publié le :

Vendredi 08 Février 2019 - 20:19

Mise à jour :

Vendredi 08 Février 2019 - 20:24
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une vidéo montrant l'historienne américaine Nell Irvin Painter expliquer que le "Le Blanc est stupide" et qu'"il faut protéger vos enfants avec une peau plus foncée" circule depuis ce vendredi 8 sur les réseaux sociaux. Les propos de l'universitaire tenus dans Quotidien et présentés comme racistes et eugénistes ont en fait été largement sortis de leur contexte.

Une femme noire qui déclare sur le plateau de Quotidien que "Le Blanc est stupide, il ment, il est corrompu, il harcèle les femmes [...] Il faut protéger vos enfants avec une peau plus foncée, alors faites l'amour". Des propos racistes et un appel à l'eugénisme applaudi par le public. L'extrait publié ce vendredi sur Twitter a sans surprise fait largement réagir, notamment au sein de la fachosphère... Mais les propos ont été largement sortis de leur contexte.

Il s'agit d'une interview, diffusée jeudi 7 sur l'émission de TMC, de l'historienne américaine Nell Irvin Painter qui s'est notamment intéressée à la construction de la notion de "race blanche" au fil des siècles.

Elle n'a bien sûr jamais tenu ces propos de la façon dont ils sont présentés sur cet extrait. La première phrase a été largement sortie de son contexte, en profitant  en partie du français hésitant de l'interviewée.

Elle évoquait en effet l'élection Donald Trump qui a provoqué selon elle une "crise de blanchité". Donald Trump est devenu "l'homme blanc". "Maintenant le blanc il est  Blanc est stupide, il ment, il est corrompu, il harcèle les femmes". Dans cette phrase, "le blanc" ne fait donc pas référence à toutes les personnes de couleur blanche mais bien à Donald Trump à ses déboires politiques et personnels ainsi qu'aux stéréotypes qu'il véhicule selon l'historienne. L'image du président des Etats-Unis diffusée en parallèle de cette question était pourtant un indice quant au véritable sujet.

Voir: Dix ans après Obama, la politique américaine toujours aux prises avec le racisme

Interrogée par Le Point, Nell Irvin Painter avait ainsi explicité cette idée: "Avec Trump, «Make America great again» a raisonné comme «Make America white again». Beaucoup de Blancs ont dit «quelle horreur», car ils ne s'étaient jamais demandé ce que signifie être blanc. Trump ramène les États-Unis dans les années 1950". Voir ici la vidéo de l'interview complète de Nell Irvin Painter

Quant à la nécessité de "protéger vos enfant avec une peau plus foncée", l'auteur du montage a supprimé le début de la réponse: "Maintenant que le monde chauffe, il y a plus de rayons ultra-violets, ça fait des cancers". Son rire à la fin laisse bien comprendre qu'il ne s'agit pas d'une nécessité selon elle mais bien de l'illustration humoristique d'une autre thèse.

En effet, l'historienne rappelle régulièrement que la race n'existe pas scientifiquement mais juge qu'elle demeure en revanche en tant qu'"idée". La référence au sexe est un argument en faveur de ce qu'elle appelle "la fluidité de la race". Comprendre que si la race était une réalité scientifique il ne suffirait pas de coucher pour qu'elle change ou disparaisse.

Lire aussi:

"Démocratie participative": comment le site raciste échappe à la justice

USA: un gouverneur démocrate refuse de démissionner après une photo raciste

Le spropos de Nell Irvin Painter dans Quotidien ont été détournés pour leur donner une connotation raciste.


Commentaires

-