29 février et année bissextile: tout comprendre du Google Doodle animé de ce lundi

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

29 février et année bissextile: tout comprendre du Google Doodle animé de ce lundi

Publié le 29/02/2016 à 09:31 - Mise à jour à 09:49
©Google
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Le 29 février n'est pas que le jour de l'anniversaire du chanteur Khaled, de Gérard Darmon ou encore de Michèle Morgan, c'est avant tout, et surtout, la manifestation concrète de la rotation de la Terre autour du Soleil. Une histoire que "FranceSoir" vous explique en détails, avec quelques anecdotes insolites en bonus.

Il arrive plus souvent  que le "36 du mois", mais reste une petite rareté. Le 29 février, curiosité quadriennale à laquelle Google dédie ce lundi un Doodle animé, est la manifestation concrète de la rotation de la Terre autour du Soleil, elle-même à la source de l'existence des années bissextiles. Un ajout au calendrier (mais qui n'est que l'arbre cachant la forêt car la règle est plus complexe) remontant à plus de 20 siècles et inventé pour coller au mieux au mouvement de la Terre par rapport au Soleil. Explications.

En 46 avant J.-C. Jules César a introduit et imposé à la République romaine le calendrier solaire julien, auquel devait succéder le grégorien, le nôtre, plus de 1.500 plus tard. Comptant très exactement 365 jours, l'année julienne ne colle toutefois pas tout à fait avec le rythme réel des saisons et les astronomes constatent rapidement que les saisons se décalent petit à petit. Jules, entre deux conquêtes, s'en remet alors à l'astronome égyptien Sosigène d'Alexandrie, qui lui conseille d'ajouter une date tous les quatre ans pour compenser les 365,25 jours (365,2425 très précisément, ce détail a son importance) que dure une année réelle. Cette journée baptisé "bisextus", que l'on peut traduire par "sixième jour bis", a ainsi donnée son nom à l'année bissextile.

Elle a fort logiquement été ajoutée au mois de février, qui était déjà le plus court de l'année, une particularité qui serait elle aussi due aux empereurs romains. Une légende avance ainsi qu'Auguste (63 avant J.-C. - 14 après J.-C.) voulait que le mois portant son nom, août, comporte autant de jours que celui de Juillet dédié à son prédécesseur, Jules. Pour avoir deux mois allant jusqu'au 31, il fallait donc bien en enlever quelque part. Ce fut à février pour une obscure raison de correspondance avec les dates des calendes romaines.

Pour en revenir à nos années bissextiles, comme dit précédemment la règle est un peu plus complexe que le simple ajout d'un jour. En effet, comme la Terre, cette empêcheuse de tourner en rond, effectue 365,2425 révolutions autour de son astre par an et non 365,25, le 29 février crée lui un autre décalage mais dans l'autre sens.

Une erreur corrigée par le calendrier grégorien, le nôtre, à la fin du XVIe siècle. Ainsi, pour y palier, l'Eglise catholique a introduit une exception à la règle de l'année bissextile en décidant que celle-ci ne s'appliquerait pas la première de chaque siècle, par exemple 1800 (qui est pourtant bien multiple de quatre. Et comme le compte n'y était toujours pas, une exception à l'exception a été crée: les années multiples de 400 (par exemple 2000) seraient bien bissextiles. C'est comme cela que 1900 n'a pas été bissextile, alors que 2000 l'a été... Vous suivez?

Malgré tous ces ajustements, le calendrier conserve toutefois un décalage. Celui-ci reste toutefois minime, rappelle service-public.fr: le calendrier grégorien prend ainsi un retard de trois jours tous les... 100.000 ans. Pas si mal.

Bonus: le 29 février journée de la femme et, oui, il y a bien eu un 30 février (une fois)

> Dans la série "nos voisins du Royaume-Uni ne font rien comme nous", une vieille légende raconte que sainte Brigitte et saint Patrick, les deux patrons catholiques d'Irlande, ont décidé, sur la demande de ces dames qui trouvaient les hommes de leur pays par trop frileux, de faire du 29 février le jour où c'était aux femmes de faire leur demande en mariage. Une tradition encore encouragée outre-Manche et dont l'on retrouve la trace dans une loi écossaise datant de 1228 formalisant cet us sous peine d'amende (par exemple acheter des gants à l'amoureuse éconduite afin qu'elle cache sa main sans bague).

> Oui, il y a bien eu un 30 février dans l'histoire du monde. Mais une seule fois, et pas en France. Au XVIIIe siècle, la Suède a voulu passer au calendrier grégorien en douceur et il fallait pour cela supprimer tous les 29 février entre 1700 et 1740. Mais la mesure a été oubliée en 1704 et 1708 pour cause de guerre avec la Russie, créant un décalage. Qu'à cela ne tienne, pour retomber sur ses pattes, le pays décida alors de revenir au calendrier julien et créa un 30 février 1712 pour compenser le 29 février 1700 qui avait été supprimé. Maintenant, si quelqu'un veut un jour vous prendre pour un imbécile en vous demandant de chercher le 30 février dans le calendrier, vous pourrez le renvoyer dans ses cordes (ne nous remerciez pas, c'est cadeau).

 

Auteur(s): Pierre Plottu


PARTAGER CET ARTICLE :


Google consacre un Doodle animé aux années bissextiles en ce 29 février 2016.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-