Accidents de chasse: émotions dans "LTS" face à une mère éplorée (vidéo)

Accidents de chasse: émotions dans "LTS" face à une mère éplorée (vidéo)

Publié le :

Lundi 11 Février 2019 - 11:46

Mise à jour :

Lundi 11 Février 2019 - 11:58
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le débat sur la chasse organisé durant l'émission Les Terriens du samedi, le 9 décembre, a été marqué par le témoignage d'une mère en lutte contre les dérives depuis que son fils a été tué par un chasseur.

L'émotion était palpable sur le plateau des Terriens du Samedi, au cours de laquelle Thierry Ardisson organisait un débat sur la chasse. Parmi les invités se trouvait Sandrine Guibert, dont le fils de 12 ans a été abattu par un chasseur en 2012 suite à un tir accidentel.

Elle a raconté sa peine et sa colère envers une justice qu'elle accuse de laxisme en la matière. A l'issue du procès en 2014, le procureur avait requis 18 mois de prison ferme mettant en avant une succession de négligences, mais les juges avaient finalement condamné l'octogénaire à trois ans de prison avec sursis. "C'est le maximum qu'on peut octroyer à un chasseur qui tue un enfant, aujourd'hui", a dénoncé la mère éplorée.

Voir: Chasse - moins de morts mais plus d'incidents, les raisons d'un paradoxe

"Je n'ai pas choisi de me battre contre la chasse, j'ai choisi de me battre contre les tueurs qui tuent nos enfants. Parce que quand on vous appelle un dimanche midi pour vous dire que votre fils est décédé d'une balle en pleine tête alors qu'il se promenait avec son père, je trouve ça inadmissible! (...) Il aurait eu vingt ans aujourd'hui, Nicolas,", a-t-elle expliqué. Tandis qu'elle parlait les visages se sont assombris. Laurent Baffie a eu un geste de réconfort et même Thierry Coste, lobbyiste pour la Fédération nationale des chasseurs avait les yeux humides à l'écoute de ce témoignage.

"La première chose essentielle aujourd'hui, c'est la justice qui n'avance pas sur ce sujet. Elle défend 100% les chasseurs, enfin les tueurs... Que je ne mélange pas les chasseurs et un tueur d'enfant. Il n'y a pas eu que mon fils qui soit décédé".

Lire aussi:

Accident de chasse: il vise un sanglier, son ami est touché

L'Etat saisit les armes des chasseurs et des tireurs sportifs? Fausse information

La chasse des oiseaux à la glu autorisée par le Conseil d'Etat

Sandrine Guibert a évoqué la mort de son fils tué par un chasseur sur le plateau des terriens du samedi.


Commentaires

-