Attentats de Paris: la presse française et internationale sous le choc

Attentats de Paris: la presse française et internationale sous le choc

Publié le :

Dimanche 15 Novembre 2015 - 11:42

Mise à jour :

Dimanche 15 Novembre 2015 - 11:59
©Libération/Capture d'écran Twitter
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux jours suite aux attentats de Paris, la presse française et internationale tente encore de comprendre comment de telles horreurs ont pu se produire et quelles conséquences sont désormais à prévoir. "La guerre ne fait que commencer", assurent certains médias tandis que d'autre appellent à l'unité par-dessus tout.

Au surlendemain des attentats de Paris, la France et le monde sont toujours sous le choc. Entre clichés du drame et des hommages en mémoire des victimes, la presse française et internationale tente de comprendre comment de telles horreurs ont pu se produire et quelles conséquences sont désormais à prévoir.

Libération, qui sort exceptionnellement ce dimanche a choisi le noir pour sa Une. Une Une sans titre, seulement habillée de quelques roses dans le coin gauche de la page. "Je suis Paris" , est il écrit au dos du journal marqué par un éditorial de Laurent Joffrin gravement intitulé "Tuer le bonheur". "La conclusion (qui) s'impose avec son terrible réalisme: les Français doivent désormais vivre avec le terrorisme", écrit ce dernier.

Le Figaro, également exceptionnellement diffusé ce dimanche, titre quant à lui sur "Le chagrin et la colère". "Cette guerre, maintenant chacun l'a compris, ne fait que commencer", déclare Alexis Brezet dans son éditorial. Et de poursuivre: "contre la brutalité, il n'est qu'un principe: la force. Contre la sauvagerie, qu'une loi: l'efficacité. (...) Pour gagner la guerre, il faut la mener" .

"La France est en guerre. En guerre contre un terrorisme totalitaire, aveugle, terriblement meurtrier", renchérit le directeur du Monde, Jérôme Fenoglio.

Face à cette guerre, une seule solution: "Résistons", clame Le Parisien en Une de son numéro spécial.  C'est "la République face à la barbarie", renchérit le Journal du Dimanche.

Mais si beaucoup évoquent la guerre et la résistance, le quotidien catholique La Croix rappelle dans un éditorial signé Guillaume Goubert que "nous ne remporterons aucune victoire durable sur le terrorisme en laissant place au rejet de l'autre".  

Les Dernières Nouvelles d'Alsace vont dans le même sens. "Le vrai enjeu est l'affirmation des valeurs républicaines", insiste le quotidien régional. Mais la Presse de la Manche en est sûre: si "on nous faits la guerre", "unis, nous saurons faire face à cette inacceptable folie".

"Je ne sais pas si +Nous sommes en guerre+, comme le clament les médias. Je sais, en revanche, qu'il nous faut réapprendre à penser la guerre sans paniquer", conclut quant à lui l'écrivain et journaliste Jean-Claude Guillebaud dans son billet dominical paru dans Sud-Ouest.

Mais les journaux français ne sont pas les seuls à s'émouvoir des attaques de vendredi 13 et de cette "guerre" qui nous est déclarée. Au Royaume-Uni, The Independent transforme sa Une en un simple drapeau français sur lequel est inscrit ce message:"nous nous joignons à Paris pour faire face à ce massacre. Mais comment cela a-t-il pu se passer et que va-t-il se passer désormais?", tandis que le quotidien allemand Bild  titre carrément "Guerre contre notre art de vivre". 

 

La Une de "Libération" en ce dimanche 15 novembre 2015.


Commentaires

-