Banalisation du viol conjugal: le dérapage de trop de TPMP?

Banalisation du viol conjugal: le dérapage de trop de TPMP?

Publié le :

Samedi 27 Octobre 2018 - 14:42

Mise à jour :

Samedi 27 Octobre 2018 - 14:44
©Wikimedia commons
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Une séquence sur le viol conjugale dans l'émission "Touche pas à mon poste", de Cyril Hanouna, a fait bondir des téléspectateurs, jeudi. Le CSA a été saisie de nombreuses fois. Les chroniqueurs visés par les plaintes se sont excusés.

Tout est parti d'une polémique lancée suite à un sondage choquant proposé par une émission sur Fun Radio. "Charlotte ne supporte pas que son mec lui fasse l'amour la nuit quand elle dort. Vous trouvez cela normal?", demandait la radio à ses auditeurs. Une question qui a provoqué de nombreuses réactions outrées, de nombreuses personnes dénonçant une banalisation du viol conjugales à travers ce sondage.

Les animateurs de l'émission ont toutefois tenté désamorcé la polémique en affirmant: "Le consentement est nécessaire, même dans une relation amoureuse! D’autant plus lorsque la personne dort, et n’est pas en mesure de dire NON". Ce qui n'a pas empêché les chroniqueurs de Touche Pas à mon Poste, jeudi 25, de s'emparer du sujet en des termes choquants.

Lire aussi – TPMP: Nabilla, Matthieu Delormeau et Delphine Wespiser dérapent sur le viol (vidéo)

Ainsi, selon l’écrivaine et réalisatrice Géraldine Maillet, présente jeudi soir le plateau de C8 en direct, "mettre le mot viol, aujourd’hui, pour ce cas précis de Charlotte, ça n’a aucun sens, voilà. C’est presque dangereux pour tout le monde". Delphine Wespiser, ex-Miss France 2012 s'est laissée aller à un douteux "des choses qui se font quand l'une ou l'autre des personnes dorment, c'est tout à fait mignon, c'est tout à fait sympa". 

"Employer le mot viol pour ça (une relation avec une partenaire endormie, NDLR), c'est une honte pour les gens qui se font violer. Il y a des gens qui se font violer, on sait vraiment ce que c'est que le viol. 99% des gens ont compris la question: c'est réveiller sa copine qui a envie de dormir et pas envie de faire l'amour. C'est pas un viol en l'attachant, en la contraignant", s'est de son côté emportant Matthieu Delormeau. Des propos qui ont particulièrement fait réagir les internautes tandis que plus de 650 plaintes ont été déposé au CSA, le gendarme de l'audivisuel.

Pour mémoire, un viol correspond à tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature que ce soit, commis sur autrui (y compris dans un cadre conjugal) par violence, contrainte, menace ou surprise. Ce qui est le cas dans l'affaire de la jeune femme endormie. Par ailleurs, 80% des victimes de violences sexuelles connaissent leur bourreau. Tandis que 45% des agresseurs sont des conjoints ou des ex-conjoints.

Signe peut-être que les intéressés se sont rendus compte de la violence de leurs propos, ils se sont excusés vendredi 26 sur les réseaux sociaux dans un message très semblables où ils expliquent ne pas vouloir "banaliser le viol conjugal".

La séquence polémique a quant à elle été supprimée du replay de la chaîne et l'émission n'a pas été rediffusée vendredi matin. Le viol conjugal est puni de 20 ans de prison ferme. L'émission de Cyril Hanouna avait déjà été lourdement condamnée par le passé pour ses dérapages, et un canular homophobe qui avait visé le même Matthieu Delormeau, et avait entraîné à l'époque, en 2016, presque 40.000 plaintes auprès du CSA.

Voir:

Polémique autour d'un sondage de Fun Radio sur le consentement sexuel

TF1 saisit le CSA après les insultes de Cyril Hanouna dans TPMP

TPMP: gros clash entre Benjamin Castaldi et Matthieu Delormeau

Les chroniqueurs accusés de banaliser le viol conjugal se sont excusés sur les réseaux sociaux.

Commentaires

-