Février 1968: les trois médailles d'or de Killy aux JO de Grenoble (VIDEO)

C'était dans "France-Soir"

Février 1968: les trois médailles d'or de Killy aux JO de Grenoble (VIDEO)

Publié le :

Samedi 14 Février 2015 - 18:01

Mise à jour :

Dimanche 18 Décembre 2016 - 16:00
Lors des Jeux olympiques de Grenoble en 1968, Jean-Claude Killy a réalisé l'exploit de remporter les trois médailles d'or des trois disciplines du ski alpin: descente, slalom géant, slalom. En huit jours, il est ainsi entré dans la légende du sport, pour l'éternité.
©DR

Auteur : Jean-Michel Comte

  
-A +A

Trois sur trois: le Grand Chelem. Jean-Claude Killy a remporté les trois médailles d'or de la descente, du slalom géant et du slalom aux Jeux olympiques d'hiver de Grenoble en février 1968. Seul l'Autrichien Toni Sailer avait déjà réussi cet exploit, aux Jeux de 1956 à Cortina d'Ampezzo (Italie), et personne ne l'a renouvelé depuis.

"Killy: je veux tout", titre France-Soir, un rien prémonitoire, sur toute la largeur de sa Une, le samedi 10 février 1968, au lendemain de la première épreuve de ski alpin, la descente, sur la piste de Chamrousse. "Après sa victoire devant Périllat dans la descente, il vise géant et spécial", ajoute le quotidien, au-dessus d'une photo montrant Jean-Claude Killy et Guy Périllat.

Le sourire du premier est éclatant, celui du second visiblement plus crispé: il a terminé deuxième, ratant la médaille d'or pour huit centièmes de seconde (1:59.93, contre 1:59.85 pour Killy). Le Suisse Jean-Daniel Daetwyler a pris la troisième place en 2:00.32.

En ce mois de février 1968, Jean-Claude Killy, 24 ans, est au sommet de son art et est considéré comme le meilleur skieur du monde. Le skieur de Val d’Isère était revenu bredouille des Jeux de 1964 à Innsbruck (Autriche), mais s'était révélé dans les quatre années suivantes et avait notamment remporté 12 de ses 16 épreuves de Coupe du monde en 1966-1967.

Après sa première médaille d'or en descente lors de ces Jeux de Grenoble, sa victoire en slalom géant, trois jours plus tard, fut plus facile. C'était sa vraie spécialité, il l'a emporté devant le Suisse Willy Favre et l'Autrichien Heinrich Messner. Guy Périllat a terminé quatrième. "Killy: et de deux! Après la descente, il a gagné le géant", titre France-Soir le 13 février, au lendemain de cette seconde médaille d'or. En ajoutant une déclaration de Killy: "La 3e médaille d'or, celle du spécial, sera beaucoup plus difficile".

De fait, l'arrivée du slalom (également appelé "slalom spécial"), le 17 février, sera mouvementée et donnera lieu à polémique. Dans un épais brouillard, le Norvégien Haakon Mjoen réalise le meilleur temps mais est disqualifié pour avoir manqué deux portes. Puis c'est au tour de l'Autrichien Karl Schranz de revendiquer la médaille d'or. Gêné par un homme ayant traversé devant lui, il est autorisé à refaire sa course et réalise le meilleur temps. Il est sacré champion olympique, mais quelques heures seulement: les juges réexaminent sa première tentative et s'aperçoivent qu'il avait lui aussi manqué deux portes avant d'être gêné. Il est disqualifié à son tour, et c'est Killy qui est proclamé vainqueur, dans la soirée, remportant ainsi sa troisième médaille d'or.

Les skieuses françaises, de leur côté, remporteront quatre médailles dans ces Jeux de Grenoble: l'or en slalom pour Marielle Goitschel, l'argent en descente pour Isabelle Mir, l'argent en géant et le bronze en slalom pour Annie Famose.

Jean-Claude Killy arrêtera le ski alpin un mois après la fin des Jeux, à moins de 25 ans, pour se lancer dans la compétition automobile (Les 24 Heures du Mans notamment), puis les affaires.

Par la suite il sera membre du Comité international olympique (CIO), participera activement à l'organisation des Jeux d'Albertville en 1992 et, aujourd'hui âgé de 73 ans, est toujours au premier plan: il a coordonné pour le CIO l'organisation des Jeux d'hiver 2014 àSotchi (Russie), et en a félicité les organisateurs.

(Voir ci-dessous la video du triplé de Jean-Claude Killy aux Jeux de Grenoble):

 

 

Auteur : Jean-Michel Comte

 
La Une du 10 février 1968