Google s'attaque à la publicité intempestive sur smartphone pour bichonner ses utilisateurs

Google s'attaque à la publicité intempestive sur smartphone pour bichonner ses utilisateurs

Publié le :

Jeudi 25 Août 2016 - 12:46

Mise à jour :

Jeudi 25 Août 2016 - 13:00
©Google
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après avoir banni les fenêtres "pop-up" de son moteur de recherche sur ordinateur, Google étend son interdiction à la navigation mobile. A partir de janvier 2017 les sites utilisant des publicités prenant au moins la moitié de l'écran seront sanctionnés.

Google va modifier son algorithme de recherche pour pénaliser les sites qui affichent des publicités intempestives sur smartphone et sur tablette. Le géant américain a fait l'annonce dans un billet de blog ce jeudi 23, expliquant qu'à partir de janvier 2017 il pénaliserait les sites mobiles qui utilisent des publicités "interstitielles". Sont visées les fenêtres qui s'affichent en plein écran lors de la navigation sur un site, ou comme une transition entre deux pages, et qui ne disparaissen qu'en cliquant sur la croix. Sur son billet Google explique que "les pages qui affichent des publicités interstitielles offrent une expérience de mois bonne qualité aux utilisateurs que les pages qui affichent directement le contenu. Cela peut être un problème pour les appareils aux écrans trop petits". Google précise que les publicités visées sont celles qui cachent le contenu "immédiatement après avoir cliqué sur le lien, ou pendant la lecture".

Les sites qui à partir du 10 janvier 2017 ne respecteront pas les nouvelles règles de Google se verront sanctionnés: il seront placés plus bas dans les résultats de recherche du moteur américain. Le référencement étant essentiel, le premier site affiché par Google draine un tiers des utilisateurs, peu de sites vont jouer aux plus malins. Le géant américain précise que "ce nouveau critère fait partie d'une centaine d'autres utilisés pour notre référencement (...) La cohérence du contenu avec la demande de l'utilisateur reste le signal le plus fort".

Un tri sera tout de même fait par Google dans les fenêtres "pop-up". Les annonces qui ont un caractère légal, comme la vérification de l'âge d'un utilisateur ou la demande d'accord pour l'utilisation de cookies, ne seront pas bloquées. Plus vague, l'entreprise spécifie que les fenêtres "pop-up" qui "utilisent une quantité raisonnable de l'écran et sont faciles à fermer" ne sont pas concernées par ce nouvel algorithme.

Si Google Chrome empêche déjà depuis plusieurs années l'affichage de fenêtres "pop-up" sur les écrans d'ordinateur, cette annonce n'est pas un hasard car la navigation mobile représente 60% du trafic sur le moteur de recherche. L'entreprise répond aussi à une demande des internautes qui cherchent à se débarrasser de la publicité: en juin 2015 198 millions d'internautes utilisaient un bloqueur de publicité, alors qu'ils étaient 21 millions en 2010. Avec ce nouvel algorithme ils n'auront plus besoin d'en utiliser: c'est une bataille de plus dans la guerre que Google mène contre les bloqueurs de publicités. 

 

Un exemple donné par Google des publicités jugées intempestives. Les sites les utilisant seront moins bien référencés par le moteur de recherche.

Commentaires

-