Grand débat: Hanouna répond un Gilet jaune qui veut taxer plus lourdement les riches (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 26 janvier 2019 - 12:33
Image
Cyril Hanouna
Crédits
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Cyril Hanouna estime que taxer plus les riches provoquerait leur départ.
© JOEL SAGET / AFP/Archives

Lors du grand débat qui a eu lieu sur C8 vendredi et animé par Cyril Hanouna, l'animateur Cyril Hanouna a estimé que taxer plus les riches provoquerait leur départ.

L'émission avait suscité un nombre de réaction, positives et négatives, impressionnant. Le grand débat national sensé apporter des réponses au mouvement des Gilets jaunes s'est invité sur le plateau de Balance Ton Post vendredi 25 au soir sur C8. Marlène Schiappa et le présentateur Cyril Hanouna ont mené les débats qui ont permis d'aboutir à sept propositions que la secrétaire d'Etat s'est engagée à faire remonter au gouvernement.

L'une de ses propositions plébiscitée par les téléspectateurs est le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), remplacé par l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) au 1er janvier 2018.

Voir: Schiappa et Hanouna font émerger 7 propositions lors d'un "grand débat" en direct

Un chauffeur de taxi, affublé d'un Gilet jaune, a souhaité d'abord dénoncer les "cadeaux faits aux plus riches" comme "le CICE qui a coûté 45 milliards d'euros à l'Etat et n'a rien donné". Puis, invité à réagir sur le retour de l'ISF, il a déclaré "il faut bien sûr faire payer aux plus gros".

Cyril Hanouna, Balance ton post, Grand débat, ISF, Riches, Gilets jaunes

"Je suis complétement d'accord avec ce que tu dis mais là tu es dans un monde utopiste", lui a d'abord lancé l'animateur de C8 avant de poursuivre: "Mon chéri, tous les mecs, y vont se dire: «Moi, ici, à la fin on va me prendre 70 ou 80% de ce que gagne et je vais aller dans un autre pays et, mine de rien, je vais tout garder pour moi». "Il ne faut pas croire que tout le monde est altruiste", conclut l'animateur.

A alors émergé l'idée d'un impôt sur la nationalité, sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis. "On est dans un pays où on aime se plaindre", a lâché la secrétaire d'Etat, suscitant des "ouh" sonores dans l'assistance. "On ne peut pas prendre tout ce qui nous plaît ici et là. On n'est pas des Bisounours", en soulignant que le système de santé américain était nettement moins protecteur qu'en France. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont fait remarqué qu'il ny' avait pas de lien entre l'imposition sur la nationalité et la sécurité sociale.

"On a réussi à faire quelque chose de formidable en termes de démocratie", s'est félicitée Marlène Schiappa en guise de conclusion peu avant 2h00, à la fin d'une émission de plus de trois heures.

Lire aussi:

Schiappa chez Hanouna: rudement critiquée, la ministre veut parler au plus grand nombre

Schiappa chez Hanouna: Stop Homophobie attend la secrétaire d'Etat au tournant

Schiappa coanimatrice avec Hanouna: la ministre défend une "bonne initiative"

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don