Journée mondiale sans Facebook: un réseau social addictif

Déconnexion

Journée mondiale sans Facebook: un réseau social addictif

Publié le :

Mercredi 28 Février 2018 - 15:15

Mise à jour :

Mercredi 28 Février 2018 - 15:19
La Journée mondiale sans Facebook a lieu ce mercredi. Créé en 2004, le réseau social compte aujourd'hui plus de deux milliards d'utilisateurs et est devenu un outil indispensable pour bon nombre d'entre eux.
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La Journée mondiale sans Facebook est organisée ce mercredi 28. Le réseaux social créé par Mark Zuckerberg en 2004 comptait à la fin de l'année 2017 pas moins de 2,13 milliards d'utilisateurs.

Ces derniers sont invités ce jour à ne pas ce connecter sur le réseau social: une manière d'évaluer soi-même sa dépendance ou non au fameux site Internet.

A voir aussi: Un ancien cadre de Facebook interdit à ses enfants d'utiliser "cette merde"

Devenu une source d'information mais aussi un moyen de garder contact avec ses proches, le site est devenu indispensable pour beaucoup d'internautes qui ont de plus en plus de mal à se déconnecter, même sans s'en rendre compte.

Mais Facebook n'est pas une exception: Instagram, Twitter ou encore Snapchat peuvent aussi créer des dépendances.

La dernière application, qui permet de partager des photos éphémères avec une liste d'amis, est d'ailleurs très utilisée par les jeunes. Les Français âgés de 15 à 24 ans se servent d'ailleurs plus de Snapchat que de Facebook selon une étude Médiamétrie dévoilée vendredi 23.

Les réseaux sociaux peuvent en plus avoir des effets négatifs sur la santé, notamment à cause des écrans qui peuvent causer des problèmes de développement neuronaux chez les plus jeunes.

De plus en plus de "repentis" s'expriment sur les méfaits des réseaux sociaux. En décembre dernier Chamath Palihapitiya, ancien haut cadre de Facebook, expliquait qu'il ne laissait pas ses enfants "utiliser cette merde".

"Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social", poursuivait-il en expliquant que les likes et les commentaires créaient  "des boucles fonctionnant sur la dopamine" qui détruisaient "le fonctionnement de la société".

Ce mercredi c'est la journée mondiale sans Facebook.

Commentaires

-