Le Média: 10 personnalités dont Filippetti et Morel se désolidarisent de la chaîne proche des Insoumis

Le Média: 10 personnalités dont Filippetti et Morel se désolidarisent de la chaîne proche des Insoumis

Publié le :

Vendredi 02 Mars 2018 - 12:58

Mise à jour :

Vendredi 02 Mars 2018 - 13:02
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Déjà confronté à plusieurs polémiques, de fond et de forme, sur son travail, Le Média, webtélé proche de la France insoumise lancée en début d'année, est désormais lâchée par ses soutiens. Une dizaine d'entre eux, dont certains de la première heure, ont ainsi annoncé ce vendredi se désolidariser de la chaîne.

Un mois d'existence et déjà de nombreuses polémiques. Le Média, la webtélé cofondée par deux proches de Jean-Luc Mélenchon (Sophia Chikirou et Gérard Miller) continue de s'enfoncer dans la crise après le licenciement de sa présentatrice Aude Rossigneux et le départ de Noël Mamère. Ou encore la prise de position polémique de la chaîne en ligne sur le conflit syrien, notamment au travers de son "correspondant" à Beyrouth, Claude El Khal.

Le Monde révèle ce vendredi 2 qu'une dizaine de personnalité du monde politique, culturel et de la société civile ont décidé se désolidariser du nouvel organe de presse dont ils avaient signé l'appel pour "la création d'un nouveau média citoyen" en septembre dernier, déjà dans les colonnes du quotidien du soir.

"Nous avons signé le +Manifeste pour un nouveau média citoyen+ en septembre dernier. Mais aujourd’hui, Le Média ne répond plus, à nos yeux, à la promesse initiale, ni sur le fond ni sur la forme. Nous ne pouvons plus le soutenir", expliquent ainsi Aurélie Filippetti, l’avocat Antoine Comte, l’écrivain Gérard Mordillat, le médecin urgentiste et ex de Charlie Hebdo Patrick Pelloux, les comédien et comédienne François Morel et Judith Chemla, les journalistes Cécile Amar et Edouard Perrin, les musiciens Giovanni Mirabassi et Médéric Collignon, ainsi que Noël Mamère.

Ce dernier a d'ailleurs fait savoir qu’il "ne (remettrait) plus les pieds dans cette chaîne de télévision". Son départ a suivi celui d'Aude Rossigneux. L'ancien député a ainsi expliqué "faire face à une situation qui remet en cause (s)a participation: d’une part, la confrontation publique autour de l’éviction d’une journaliste de la rédaction. Et d’autre part, (par) le traitement du conflit syrien dans le JT du 23 février".

En effet, Claude El Khal (présenté comme "correspondant à Beyrouth" pour Le Média) y justifiait le choix de ne pas diffuser d’images des frappes aériennes meurtrières perpétrés dans la Ghouta orientale (Syrie, près de Damas) par les aviations russe et syrienne sur des objectifs civils, au motif qu’elles ne seraient pas "vérifiées de manière indépendante" et par refus du "sensationnalisme". Une prise de position quasiment unanimement dénoncée par la presse française et notamment par l'AFP.

 Dans une tribune, l'agence de presse a rappelé que montrer les images de la guerre en Syrie est une "mission" et un "devoir". Et d'assurer: "Toutes les photos que diffuse l'AFP de la Ghouta orientale (et plus généralement de Syrie) sont vérifiées et authentifiées par notre desk d'édition photo, situé à Nicosie, moyennant un travail aussi minutieux qu'indispensable".

Sophia Chikirou, cofondatrice du "Média", compte parmi les plus proches collaborateurs de Jean-Luc Mélenchon.


Commentaires

-