Manuel Valls dans "ONPC": les moments forts de l'émission (VIDEO)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 17 janvier 2016 - 10:58
Image
Manuel Valls à "ONPC".
Crédits
©Capture d'écran YouTube
Manuel Valls a défendu fermement la déchéance de nationalité lors de son passage à l'émission "ONPC".
©Capture d'écran YouTube
Pour la première fois, un Premier ministre en exercice était l'invité politique de l'émission "On n'est pas couché", diffusée vendredi soir sur France-2. Face aux chroniqueurs Léa Salamé et Yann Moix, Manuel Valls a défendu la déchéance de nationalité s'opposant en parallèle à une primaire à gauche. Le chef du gouvernement s'est également accroché, gentiment, avec l'humoriste Jérémy Ferrari.

Pendant 90 minutes, Manuel Valls a tenté de convaincre. Invité samedi soir de l'émission On n'est pas couché, le Premier ministre s'est employé à défendre, pendant une bonne partie du programme, la déchéance de nationalité qu'il présentera lui-même devant le parlement, une mesure toujours autant contestée par les responsables politiques. "C'est très important de marquer quelque chose de définitif entre ces français qui s'attaquent à ce que nous sommes et de leur dire vous ne faites plus partie de notre République. (…) Je crois à la force des symboles", a-t-il notamment assuré précisant qu'il ne s'agissait "pas de cibler les binationaux" mais "des hommes et des femmes qui tuent".

A ce sujet, l'émission a également été marquée par l'intervention de l'académicien Jean d'Ormesson, lui reprochant sa "droitisation". "Monsieur le Premier ministre, vous avez un grand talent mais quelques fois je me demande s'il n'y a pas une ombre d'enfumage. Je me demande si vous ne voulez pas changer de majorité. (…) Toute la France s'est droitisée". En réplique, Manuel Valls a tenté de se montrer clair: "je suis de gauche, je suis républicain, et, par ailleurs, je ne pense pas qu'être de droite est une insulte". Interrogé ensuite sur l’opportunité d’une primaire à gauche, Manuel Valls a déclaré qu'il était contre, estimant que François Hollande était le "candidat naturel". "Je pense que le président de la République sortant n'a pas à se soumettre à une primaire", a-t-il confié.

Enfin, alors que la fin d'émission approchait, l'humoriste Jérémy Ferrari s'est adressé au Premier ministre, reprochant le soutien du gouvernement au gabonais Ali Bongo qu'il a qualifié de "dictateur". Pour lui, il n'aurait jamais dû défiler lors de la marche républicaine du 11 janvier, en hommage aux morts de Charlie Hebdo, a-t-il expliqué avant de mettre en cause la politique française.

"Vous avez dit qu’on était en guerre. Non, non, non. Vous, vous êtes en guerre, nous, on se fait tirer dessus quand on va voir des concerts. Vous êtes en guerre, vos décisions à l’international sont en guerre, pas nous". Ce à quoi le Premier ministre a répondu: "l'honneur de la France, c'est que vous puissiez m'interpeller, que vous puissiez débattre (…). On se bat pour garder cette liberté de ton".

(Voir ci-dessous l'intervention complète de Manuel Valls dans "ONPC"): 

 

À LIRE AUSSI

Image
Manuel Valls et Christiane Taubira en décembre 2015.
Réforme de la procédure pénale: Valls défend Taubira
Alors que l'opposition appelle Christiane Taubira à démissionner en raison de sa prise de position sur la déchéance de nationalité, Manuel Valls a assuré ce jeudi qu'e...
14 janvier 2016 - 21:56
Politique
Image
Manuel Valls.
Manuel Valls invité de "On est pas couché", samedi soir
Jamais un Premier ministre en activité ne s'était rendu sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", animée par Laurent Ruquier sur France-2. Manuel Valls a acc...
13 janvier 2016 - 13:53
Politique
Image
Manuel Valls et Alain Juppé.
Valls trouve Juppé "en pleine forme"
Alors que l'âge d'Alain Juppé revient régulièrement au cœur du débat politique, en vue de la primaire à droite, Manuel Valls a salué ce vendredi le maire de Bordeaux,...
15 janvier 2016 - 17:16
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.