Menaces de mort contre "Charlie Hebdo": Riss annonce le dépôt d'une plainte (photo)

Menaces de mort contre "Charlie Hebdo": Riss annonce le dépôt d'une plainte (photo)

Publié le :

Lundi 06 Novembre 2017 - 12:49

Mise à jour :

Lundi 06 Novembre 2017 - 12:59
©Baltel/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Riss, principal actionnaire et dirigeant du journal satirique "Charlie Hebdo", a annoncé le dépôt d'une plainte suite aux nombreuses menaces de mort reçues par l'hebdomadaire. Ces agressions font suite à la publication d'une caricature tournant en dérision Tariq Ramadan, empêtré dans une affaire d'agressions sexuelles.

Comme un air terrible de déjà vu. Trois ans après le massacre perpétré contre la rédaction de l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, la rédaction est de nouveau menacée de mort après sa dernière Une sur Tariq Ramadan. Ce lundi 6, Riss, le directeur de la publication du journal (et blessé lors de l'attaque de janvier 2015) a annoncé son intention de porter plainte.

Pour rappel, la Une en question en date du mercredi 1er novembre représente l'islamologue, dans la tourmente après plusieurs accusations d'agressions sexuelles, affichant une érection conséquente à travers son pantalon et prononçant les mots "je suis le 6e pilier de l'islam", en référence aux cinq "piliers" constitutifs d'une partie de la foi des musulmans.

Cette caricature a rapidement déclenché des appels à la violence et des menaces de mort à l'encontre du journal. L'hebdomadaire a notamment relevé des messages d'une extrême violence tels que: "Ils méritent un deuxième round Charlie Hebdo de mes couilles ça ne leurs (sic) a pas suffit" et "C'est pour quand le prochain attentat chez Charlie Hebdo s'il vous plaît???" ou encore: "Une erreur et on retiens (sic) la leçon mais vous voulez continuer à jouer venez pas pleurer quand y' aura vos corps en morceaux".

A l'antenne d'Europe 1 ce lundi 5, Riss a justifié le dessin tout en assurant qu'en réalité les menaces contre son journal n'ont "jamais vraiment cessé". "Mais c'est vrai que parfois, il y a des pics où on reçoit sur les réseaux sociaux des menaces de mort explicites: c'est le cas une fois de plus", explique-t-il. "C'est toujours difficile de savoir si ce sont des menaces sérieuses ou pas, mais par principe, on les prend au sérieux et on dépose plainte" reconnaît le dessinateur, devenu depuis le drame du 7 janvier 2015 le dirigeant et l'actionnaire principal du journal.

Les menaces de mort n'ont "jamais vraiment cessé" affirme Riss.

Commentaires

-