Michel Onfray tacle le couple Garrido-Corbière et leur portrait de Lénine

"Idéologie mortifère"

Michel Onfray tacle le couple Garrido-Corbière et leur portrait de Lénine

Publié le :

Dimanche 03 Juin 2018 - 17:02

Mise à jour :

Dimanche 03 Juin 2018 - 17:03
Invité sur le plateau de "On n'est pas couché" samedi soir, Michel Onfray n'a pas mâché ses mots quant au couple formé par Raquel Garrido et Alexis Corbière. Il s'est principalement insurgé contre le fait qu'ils aient un portrait de Lénine chez eux.
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Michel Onfray était samedi 2 au soir l'invité de Laurent Ruquier dans l'émission On n'est pas couché. Le philosophe est revenu sur un détail de la décoration de la résidence de Raquel Garrido et Alexis Corbière.

C'est en effet sur la présence d'une peinture de Lénine dans leur intérieur que Michel Onfray a été interrogé par l'animateur de France 2.

En mars dernier, un article de Paris Match qui révélait la présence de cette toile avait fait polémique. Et visiblement, Michel Onfray est toujours choqué par l'œuvre à l'effigie du révolutionnaire.

A voir aussi: "Fête à Macron" - avec une photo de 1998, Alexis Corbière se félicite du succès du rassemblement

"Imaginez que Marine Le Pen ait un portrait du Maréchal Pétain chez elle, je ne suis pas sûr que ça plairait vraiment beaucoup", a-t-il lancé. "Comment peut-on accepter qu'on ait le portrait de Lénine, qui a créé les goulags, les camps de déportation dès la fin de l'année 1917 (…) et qui est un dictateur terrible?", a-t-il poursuivi.

"C'est un dictateur, mais un dictateur communiste donc c'est un bon dictateur", a-t-il ironisé avant d'imaginer François Fillon avec un portrait de Franco chez lui ou encore Nicolas Sarkozy avec celui de Mussolini.

Après avoir insisté sur le fait que Lénine était à l'origine de "100 millions de morts", Michel Onfray s'est vu rétorquer par Christine Angot que l'idéologie  comptait aussi.

"Oui, et bien cela s'appelle une idéologie mortifère", a lâché le philosophe habitué des coups d'éclats. "Rousseau disait «on les forcera à être libres». Et bien quand on passe du contrat social à la réalité, «forcer à être libre» ça s'appelle le goulag, ça s'appelle les barbelés, ça s'appelle la déportation, ça s'appelle les massacres...".

Raquel Garrido n'a pas tardé à lui répondre sèchement ce dimanche 3 sur Twitter. "Onfray est aussi con que ceux qui nous reprochent d’aimer Sardou. Si on m’empêche d’écouter un disque ou d’accrocher une toile chez moi, où va-t-on?".

Michel onfray n'apprécie pas du tout qu'une peinture de Lénine soit accroché au mur du domicile du couple Garrido-Corbière.

Commentaires

-