Michel Polnareff, agacé par son sosie, s'attaque à la pub Cetelem

Auteur(s)
AZ
Publié le 14 avril 2015 - 10:55
Image
Michel Polnareff le 14 juillet 2007.
Crédits
©Haley/Sipa
Michel Polnareff a décidé d'assigner en justice la société Cetelem.
©Haley/Sipa
Spécialisée dans le crédit à la consommation, la marque Cetelem met en scène depuis 2011 un sosie de Michel Polnareff dans ses publicités. Le chanteur, qui n'aurait pas donné son autorisation, réclame 1,1 million d'euros pour préjudice patrimonial et moral.

Visiblement, Michel Polnareff n'a pas l'air d'apprécier ses sosies. Le chanteur, exilé au Etats-Unis, a décidé d'attaquer Cetelem, pour "atteinte au droit à l'image, au droit patrimonial et à la dignité dans le cadre d'une utilisation commerciale de sa personne", a révélé lundi 13 le Figaro. Spécialisée dans le crédit à la consommation, la société, filière de BNP Paribas, utilise depuis 2011 l'image de Michel Polnareff, a priori sans son autorisation. Dans ses spots publicitaires, l'artiste est caricaturé à travers un sosie, joué par Jean-Louis Barcelona, pour vendre les services de l'entreprise.

"L'image porte atteinte au monopole de l'artiste dont l'image est ici indirectement reproduite", est-il écrit dans l'assignation que s'est procurée le quotidien. Pour Viviane Simon, l'avocate de Michel Polnareff, Cetelem "ridiculise les personnages qu'elle met en avant dans les publicités diffusées et rediffusées de nombreuses fois à la télévision et dans les cinémas". D'après ses dires, le chanteur recevrait de nombreux commentaires d'internautes "persuadés que l'artiste a signé un contrat en or avec Cetelem". Certains le surnommerait même "Michel Polnareff Cetelem".

Pour elle, la présence non autorisée par Michel Polnareff de son sosie dans cette publicité "le prive désormais de toute offre de participation à des campagnes publicitaires". En conséquence, le chanteur compte demander réparation. Toujours selon les informations du Figaro, l'interprète de Goodbye Marilou réclamerait à BNP Paribas et à l'agence TBWA Paris, à l'origine des spots, la somme de 1,1 million d'euros pour le préjudice patrimonial et moral.

Cette annonce n'a pas manqué de faire réagir les internautes sur les réseaux sociaux. La plupart voit dans cette assignation un manque d'humour de la part du chanteur. "Michel Polnareff veut attaquer Cetelem, du coup l'arbuste sur mon balcon veut attaquer le petit bonhomme vert", s'est amusée Anne Roumanoff sur son compte Twitter, faisant référence à l'autre campagne de publicité culte de la société Cetelem.

 

(Voir ci-dessous un des spots publicitaires de Cetelem)