Photos volées Hollande-Gayet: cinq employés de l'Elysée mutés

Photos volées Hollande-Gayet: cinq employés de l'Elysée mutés

Publié le :

Vendredi 28 Novembre 2014 - 20:14

Mise à jour :

Samedi 29 Novembre 2014 - 16:47
Suite à la publication dans la presse de clichés volés montrant François Hollande et Julie Gayet dans l'enceinte du palais présidentiel, l'Elysée vient de prendre des sanctions. Cinq membres du "service privé" du président sont "en cours de réaffectation".
©DR
PARTAGER :
-A +A

Une semaine après la publication dans Voici des photos volées montrant François Hollande et Julie Gayet dans l'enceinte du palais présidentiel, les sanctions viennent de tomber. Cinq membres du personnel de l’Élysée affectés au "service privé" du président de la République sont "en cours de réaffectation", a déclaré une source proche de la présidence.

Près de dix mois après la révélation de leur supposée relation par le magazine Closer, l'hebdomadaire Voici avait publié, vendredi 21, trois clichés pris "courant octobre" sur lesquels on voit le président et l'actrice assis côte à côte "sur la terrasse des appartements présidentiels". Alors que, ces derniers mois, des rumeurs de séparation avaient été évoquées épisodiquement dans la presse, le couple semble toujours tenir, dans la discrétion.

Depuis la publication de ces photos, la rédactrice en chef de l'hebdomadaire, Marion Lombart, a toujours refusé de lever le voile sur les coulisses cette photo, concédant seulement qu'il s'agissait de l'œuvre d'un paparazzi et non d'un employé de l'Elysée avant de préciser: "nous n'utilisons pas de drone, c'est un mythe". Alors que plusieurs hypothèses sur l'origine des photos étaient à l'étude, une seule a été retenue.

Selon Libération, il a fallu à peine 24 heures à l'entourage du chef de l'Etat pour comprendre que la photo avait bien été prise avec un téléphone portable depuis les appartements privés du président. Conclusion: le ou la photographe amateur faisait bel et bien partie du personnel affecté au "service privé" de François Hollande. Elémentaire.

Toujours selon le journal, quatre des cinq collaborateurs mutés avaient été embauchés par Nicolas Sarkozy. Pour l'entourage, cette affaire de photos volées confirme la présence d'une ou plusieurs "taupes" au sein de l'Elysée, qui informaient pendant deux ans l'ex-président de la République sur certains faits et gestes de François Hollande.

Cette affaire a notamment relancé le débat sur la sécurité du chef de l'Etat. Interrogé depuis, l'Elysée s'est depuis refusé à tout commentaire. Selon une source proche du dossier, le chef de l'Etat ne compte pas porter plainte contre l'hebdomadaire.

 

La Une de l'hebdomadaire "Voici", vendredi 21 novembre.


Commentaires

-