Sketch homophobe de Cyril Hanouna dans "TPMP": la ministre de la Culture s'en mêle

Sketch homophobe de Cyril Hanouna dans "TPMP": la ministre de la Culture s'en mêle

Publié le :

Mercredi 24 Mai 2017 - 18:34

Mise à jour :

Mercredi 24 Mai 2017 - 18:44
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a réagi ce mercredi à l'affaire du dérapage homophobe de Cyril Hanouna dans "Touche pas à mon poste". Mettant en garde contre ce type d'incident, elle a dit souhaité que la procédure lancée par le CSA se poursuive, en dépit des excuses de l'animateur.

La polémique est remontée jusqu'au gouvernement. Ce mercredi 24, près d'une semaine après le sketch de Cyril Hanouna taxé d'homophobie, Françoise Nyssen a réagi. La nouvelle ministre de la Culture a déclaré qu' "aucun dérapage qu’il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer, qu’il s’agisse de la télévision ou d’Internet".

La veille, l'animateur de Touche pas à mon poste avait présenté ses excuses pour cette séquence de dans laquelle il "piégeait" des homosexuels via une fausse annonce sur un site de rencontre, à grand renfort de clichés. "Si ce canular n'a pas fait rire chacun avec tous et au contraire est apparu comme pouvant accentuer l'homophobie alors, c'est qu'au final, ce sketch n'avait pas lieu d'être", a-t-il écrit dans une lettre publiée par Libération, en présentant "encore une fois toutes (ses) excuses et en premier lieu, à toutes celles et ceux qui ont été blessés, peinés ou choqués".

"J’ai pris note des excuses de M. Hanouna, mais la procédure de sanction est lancée et doit se poursuivre", a pour sa part déclaré Françoise Nyssen. En effet, le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) a annoncé mardi l'ouverture d'une procédure de sanction contre C8, une chaîne du groupe Canal+, après avoir reçu plus de 25.000 plaintes de téléspectateurs au sujet de ce canular. En parallèle, une cinquantaine d'annonceurs ont suspendu la diffusion de publicité pendant le créneau horaire de l'émission.

Ce n'est pas la première fois que le gendarme de l'audiovisuel est sollicité en ce qui concerne Touche pas à mon poste. Il avait été notamment saisi pour des propos sexistes. Des associations LGBT avaient également à plusieurs reprises dénoncé les dérapages homophobes qui s'y produisaient.

"Aucun dérapage qu’il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer", a déclaré François Nyssen.

Commentaires

-