TPMP: Jean-Michel Maire s'excuse à nouveau, Soraya Rifi le défend (VIDEO)

TPMP: Jean-Michel Maire s'excuse à nouveau, Soraya Rifi le défend (VIDEO)

Publié le :

Mardi 18 Octobre 2016 - 16:32

Mise à jour :

Mardi 18 Octobre 2016 - 16:48
©Capture d'écran Voici
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Cyril Hanouna et l'équipe de "Touche pas à mon poste" ont décrypté lundi la polémique sur la bise de Jean-Michel Maire sur la poitrine d'une invitée. Après que les chroniqueurs ont condamné le geste mais défendu leur collègue, celui-ci a renouvelé ses excuses au bord des larmes. Soraya Rifi, la jeune femme concernée et présente sur le plateau, les a acceptées.

C'est "la" polémique qui est restée des 35 heures de Baba, le marathon télévisuel de Cyril Hanouna et des chroniqueurs de Touche pas à mon poste:  la bise de Jean-Michel Maire sur le sein de Soraya Rifi alors que celle-ci -à la demande des animateurs et du public- avait fini par accepter un baiser sur la joue.

Pour beaucoup de téléspectateurs et d'internautes, ce geste à connotation sexuelle fait sans le consentement de la jeune femme relevait ni plus ni moins que de l'agression sexuelle. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a reçu plusieurs centaines de plaintes à ce sujet.

La principale concernée n'a, elle, pas décidé de porter plainte et était même présente dans l'émission de lundi 17 de TPMP  pour évoquer l'affaire. L'occasion d'un Mea culpa public de la part du chroniqueur, visiblement très ému et ayant de la peine -au bord des larmes- à s'exprimer.

Habitué à décrypter la télévision, y compris les polémiques qui concernent son émission, Cyril Hanouna a  commenté cette affaire dont "tout le monde a parlé (...) en Angleterre, aux Etats-Unis, au Viêt Nam". "On va pas se mentir, ça a été hyper-lourd. C'est un manque de respect", a-t-il ajouté à propos du comportement de Jean-Michel Maire. "On peut comprendre les femmes qui ont été indignées, après la presse s'est jetée dessus parce qu'ils n'ont rien à faire".

Il a également donné la parole à ses chroniqueurs, qui ont jugé le geste déplacé ou condamnable, mais ont également défendu leur collègue qui n'avait pas, selon eux, de mauvaises intensions: "le geste n'est pas excusable. (...) Ça m'a étonné de vous", a déclaré Gilles Verdez. "Dans notre bulle, on oublie parfois qu'il y a des conséquences" a concédé Matthieu Delormeau, dénonçant toutefois l'utilisation du terme "agression sexuelle". "Ce n'est pas une agression sexuelle, c'est du sexisme", a tempéré Enora Malagré.

La parole a finalement été donnée à Jean-Michel Maire: "Ça m'a blessé. Je le reconnais, surtout la violence des mots, je crois respecter les femmes autant que je peux. (...) Je suis un gros lourd, (...)parfois je dépasse les bornes". "Si ce geste a été déplacé je m'en excuse une nouvelle fois, je comprends très bien que des gens aient pu être choqués. Sur le moment je n'ai pas saisi la portée de la chose. Pas une fois (un journaliste) ne m'a demandé ce que j'en pensais".

Soraya Rifi , qui jouait -dans ce sketch qui a dérapé- le sosie de Kim Kardashian, a également défendu le chroniqueur: "Sur le plateau, j'ai trouvé le geste de Jean-Michel Maire déplacé et pas très professionnel, après si je suis là aujourd'hui, c'est parce que Jean-Michel Maire m'a présenté des excuses que j'ai acceptées".

(Voir ci-dessous la vidéo des excuses de Jean-Michel Maire):

 

"Je suis un gros lourd, (...) parfois je dépasse les bornes", a déclaré Jean-Michel Maire.


Commentaires

-