Violences dans "Super Nanny": le CSA ne sanctionne pas mais donne des conseils

Violences dans "Super Nanny": le CSA ne sanctionne pas mais donne des conseils

Publié le :

Mercredi 01 Février 2017 - 17:11

Mise à jour :

Mercredi 01 Février 2017 - 17:16
©Capture d'écran
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Suite aux plaintes pour "violences éducatives physiques et psychologiques" dans l'émission "Super Nanny" de TF1 et NT1, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel avait ouvert une enquête en novembre dernier pour étudier les méthodes de Sylvie Jenaly, star du programme. Ce mercredi, le CSA a rendu son verdict. Aucun "manquement" n'a été relevé, mais quelques conseils ont été prodigués.

"Merci au CSA d'avoir enfin statué". Sylvie Jenaly, mieux connue sous le nom de Super Nanny, de l'émission éponyme sur NT1, s'est réjouie ce mercredi 1er février des conclusions du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Ce dernier a décidé de ne pas sanctionner le programme malgré les nombreuses plaintes reçues pour "violences éducatives physiques et psychologiques".

 

 

"S’il n’a pas relevé de manquement aux obligations des services TF1 et NT1, (le CSA) s’interroge néanmoins sur l’impact que le tournage, la diffusion et les rediffusions de l’émission pourraient avoir sur les jeunes participants et les téléspectateurs" précise le communiqué du conseil de surveillance.

Pour remédier à ces éventuels retours négatifs, le CSA a donné quelques conseils à la production de Super Nanny. Il est par exemple recommandé de demander "l'accord des participants avant une éventuelle rediffusion" pour tenir compte des progrès de l'enfant sur son comportement, et de l'évolution de la situation de la famille.

Le CSA demande également à TF1 et NT1 d'apporter "une vigilance particulière vis-à-vis de scènes susceptibles de gêner l’enfant" mais aussi de ne pas présenter son comportement "comme l'unique source de difficulté (de la famille)".

Pour rappel, en novembre dernier le CSA avait ouvert un dossier après avoir reçu, de la part d'une association qui prône l'éducation positive, une pétition avec plus de 2.000 signatures jugeant les méthodes éducatives de Sylvie Jenaly comme "violentes et humiliantes".

Sylvie Jenaly a remercié les personnes qui l'ont soutenue "face à cette polémique surréaliste" sur son compte Twitter.


Commentaires

-