World Press photo 2017: le Turc Burhan Ozbilic remporte le premier prix avec une photo d’assassinat qui fait débat

World Press photo 2017: le Turc Burhan Ozbilic remporte le premier prix avec une photo d’assassinat qui fait débat

Publié le :

Mardi 14 Février 2017 - 14:51

Mise à jour :

Mardi 14 Février 2017 - 15:28
©Hasim Kilic/Hurryet/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le prix du World Press Photo of the Year 2017 qui récompense la meilleure photo journalistique de l'année a été remis au Turc Burhan Ozbilic pour sa photo de l'assassinat de l'ambassadeur de Russie, Andreï Karlov. Une décision qui a fait débat parmi les membres du jury.

Le prix du World Press Photo of the Year 2017 qui récompense la meilleure photo journalistique de l'année a été attribuée au photographe turc Burhan Ozbilici. La photo primée, et déjà visionnée 19 millions de fois, a été prise le 19 décembre 2016. Elle témoigne de l'assassinat de l'ambassadeur de Russie, Andreï Karlov, par un policier hors service de 22 ans, dans une exposition de la ville d'Ankara. Après avoir tiré neuf balles sur la victime et crié "Allah Akbar", le policier affirmait vouloir venger Alep suite à l’intervention de l’armée russe aux côtés des forces du régime syrien dans mle cadre du conflit syrien. Il a ensuite lui-même été abattu par les forces spéciales turques. Arrivée en retard à l'exposition, mais présent au moment des faits, Burhan Ozbilici, photojournaliste de l’agence de presse Associated Press (AP) a capturé le cliché du du jeune homme criant, quelque secondes après le meurtre du diplomate russe.

Une image d'une extrême violence donc, beaucoup discutée par les juges au moment de l'élire photo de l'année. C'est finalement le courage et le sang froid du photojournaliste qui ont été salués et récompensés. Selon l’un des membres du jury, Mary F. Calvert, bien que ce choix ait été difficile à porter, il se justifie parce qu’il est nécessaire que “la World Press Photo of the Year soit une image explosive qui en dise long sur la haine ambiante de notre temps”, explique-t-elle. La World Press Photo of the Year permet de récompenser des qualités journalistiques et créatives qui amènent à créer des images emblématiques.

Un choix délicat qui porte à débattre et peine à créer un consensus. D'ailleurs, le choix final du jury n'a pas été agréé par tous ses membres. Le président du jury du World Press s'est désolidarisé, en publiant une tribune dans le journal The Guardian, repérée France Inter. Ce choix de photo pose, selon lui, "des questions morales". Cela revient à valoriser un bourreau décapitant sa victime: "on ne peut pas récompenser ainsi une photo qui valorise le geste de mort car elle contribue à faire de l’assassin un héros", a-t-il estimé.

La photo primée au World Press Photo of the Year 2017 a longtemps été débattue par les membres du jury.


Commentaires

-