Rosetta: Philae tout près de la comète

Croisez les doigts

Rosetta: Philae tout près de la comète

Publié le :

Mercredi 12 Novembre 2014 - 16:26

Mise à jour :

Mercredi 12 Novembre 2014 - 16:51
Quelques instants avant l'atterrissage de Philae sur la comète 67P, la tension était à son comble ce mercredi. Mais quoi qu'il arrive, la mission Rosetta aura été une première.
©Capture d'écran ESA
PARTAGER :
-A +A

"Il n'y a plus rien que l'on puisse faire. C'est au module de jouer à présent".

A quelques minutes de l'atterrissage du robot Philae sur la comète 67P Tchourioumov/Guerassimenko ce mercredi après-midi, les propos du chef des opérations, Andrea Accomazzo, étaient clairs. Tout ce qui était humainement possible a été fait ces dix dernières années pour en arriver à ce moment. Philae "tombe" selon une trajectoire calculée. Le petit robot largué dans la matinée par la sonde Rosetta était sur le point d'atteindre son but, en fin d'après-midi (heure de Paris).

Reste à prier pour que ces calculs soient exacts et qu'un bête caillou ne vienne réduire en poussière des années de travail et d'espoir. Lot de consolation quoi qu'il arrive, Rosetta et Philae ont pu faire un peu de tourisme durant leurs 10 ans de voyage. Ils ont pu fournir des prises de vue de Mars et de deux astéroïdes. Maintenant qu'ils n'ont plus le contrôle, les nombreux participants à ce projet ne cessent de dire que quoi qu'il arrive, les résultats déjà obtenus valent l'investissement réalisé. Ne serait-ce que la formidable coopération entre les différentes agences spatiales et Etats d'Europe.

Pendant plus de 30 mois les deux appareils ont été en hibernation pour économiser leur énergie. Ils ont même failli ne pas se "réveiller". Une des plus grande crainte est donc que les mécanismes d'atterrissage soient grippés depuis le temps.  Le propulseur à gaz qui doit plaquer Philae sur la comète où la pesanteur est très faible pourrait déjà avoir lâché. Cela compliquerait la mission sans la compromettre.

Les conditions d'atterrissage seront de toute façon difficiles au regard des reliefs de la comète. Durant une conférence, l'astrophysicien membre du programme Francis Rocard avait déclaré: "On a trouvé le meilleur endroit pour se poser et je peux vous dire qu'il n'est pas terrible (…). On a des blocs qui font 10 mètres, des falaises qui font 60 degrés, et pour nous ce n'est pas bon. (…) Vaille que vaille on espère que ça va marcher. Rendez-vous le 12 novembre". Cette fois, ça y est.

(Suivez ci-dessous en direct la mission de Rosetta sur le site de l'ESA):

 

La salle de contrôle de l'Agence spatiale européenne où sont attendus les premiers résultats de Philae.

Commentaires

-