Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 6: la lutte pour la vie

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 6: la lutte pour la vie

Publié le :

Jeudi 06 Juin 2019 - 14:37

Mise à jour :

Jeudi 06 Juin 2019 - 15:31
©DR
PARTAGER :

Jean-Marc Neumann.

-A +A

L'ours polaire est en première ligne face au réchauffement de la planète et à la fonte des glaces. Afin de comprendre ce que le changement climatique implique pour cet animal, Jean-Marc Neumann, président de TELAS Conseil, consultant en stratégie, politique et règlementation de la protection animale, vous propose en collaboration avec France-Soir de découvrir l'histoire pas si fictive de Tara qui lutte pour sauver sa vie et celle de ses petits. 

Les plaques de glace sont de plus en plus espacées. Devant l’ourse se profile soudain une vaste étendue de couleur bleu sombre dépourvue de glace. Le vent se lève à présent. La houle se forme. Elle sait qu’aucun retour en arrière n’est envisageable désormais. C’est la fuite en avant obligatoire.

Mais comment progresser maintenant que l’immensité bleue pleine d’incertitudes lui ouvre les bras?

Elle n’a pas le choix; son instinct de survie l’oblige à poursuivre sa route. Elle doit, une nouvelle fois, se mettre à l’eau et y entraîner ses petits pour la plus longue traversée qu’elle ait jamais parcourue à ce jour. C’est un défi immense pour elle. Pour ses oursons, cela ressemble fort à une mission à très haut risque.

Des dizaines de kilomètres d’eau, peut-être davantage, à traverser avec la houle qui s’est formée et des vents contraires à affronter.

Voici que Tara et ses petits nagent depuis maintenant près de deux heures. L’ourse se retourne régulièrement pour surveiller ses petits et voir s’ils parviennent à suivre. Parfois, ils disparaissent un court instant dans les vagues comme s’ils étaient avalés par la mer. Le ciel se charge de nuages gris menaçants. La mer devient de plus en plus forte. L’horizon se bouche.

Tara sent que ses forces commencent à faiblir. Qu’en est-il de celles des oursons? Elle se retourne à nouveau et voit que la femelle a perdu quelques longueurs. La petite se trouve maintenant à près de dix mètres derrière sa mère. Elle ne pourra tenir encore bien longtemps. Elle s’essouffle et s’épuise. L’eau est glaciale. C’est la première fois que Tara et ses oursons doivent affronter à la nage une pareille distance sans pouvoir se reposer un bref instant pour reconstituer leurs forces.

Des ourses ont déjà été observées, contraintes de devoir nager sur des centaines de kilomètres en pleine mer avec leurs oursons. Le record observé par les scientifiques fait état d’une distance de 426 miles nautiques parcourus par une ourse. Au cours de cette traversée record, elle aura perdu 22% de son poids ainsi que son ourson.

Certains ours nagent en pleine mer pendant une durée pouvant aller jusqu’à douze jours consécutifs. Cette réalité, inquiétante, nous confronte aussitôt aux dangers qui pèsent sur leur avenir.

Le défi est considérable. Si les glaces continuent à fondre de façon accélérée en raison du réchauffement climatique - et manifestement toutes les études démontrent que tel sera le cas au cours du 21e siècle avec sans doute en fin du siècle un pôle nord entièrement libre de glace en été, peu d’ours seront capables de surmonter de telles distances.

De nombreux ours y perdront la vie, morts noyés, épuisés par les efforts qu’ils auront dû fournir. Les oursons seront bien entendu les plus exposés et les premières victimes, ce qui aura pour répercussion inéluctable une baisse des effectifs des populations ursines en arctique.

Une étude a montré que, sur un échantillon de onze femelles suitées observées par des chercheurs en mer de Beaufort au nord de l’Alaska, cinq ont perdu leurs petits, soit un taux de mortalité de quarante-cinq pourcents alors que le taux de mortalité n’est que de dix-huit pourcents lorsque les oursons n’ont pas de longue distance à parcourir avec leur mère.

Tara nage de plus en plus lentement. Ils doivent parvenir au plus vite sur la glace.

Après six heures de nage, enfin un espoir.

L’ourse devine au loin, entre deux vagues qui viennent s’écraser contre son visage, une forme de couleur blanche de proportions gigantesques, porteuse d’espoir, de seul espoir désormais pour elle et ses petits.

Mais avant de pouvoir accéder à cette terre flottante, radeau de survie perdue en pleine mer, il leur faudra encore nager sur près de deux kilomètres. La mer est forte. Les ours sont précipités dans des creux de plus de deux mètres et doivent affronter un courant contraire.

Le trio doit jeter ses dernières forces dans cette lutte pour la survie.

La petite famille déploie désormais ses derniers efforts. Plus que deux cents mètres maintenant et la promesse d’un avenir.

Tara dispose encore de quelques réserves et sait qu’elle pourra encore tenir cette distance mais ses petits ont-ils encore les forces nécessaires? Les oursons tentent désespérément de suivre le sillage de sa mère. De temps à autre, ils disparaissent dans les creux et la mère ne les voit plus. Puis ils réapparaissent à nouveau quelques instants. Ils sont courageux et forts. Ils luttent.

Enfin la terre blanche est à leur portée. Encore quelques brassées et ils auront vaincu. Après un dernier effort, les voici au pied de cette immense plate-forme de glace.

En plantant les griffes de ses pattes antérieures, véritables poignards acérés et recourbés de plus de cinq centimètres de longueur, dans la glace, Tara se hisse péniblement sur le radeau blanc et se retourne. Elle cherche ses deux oursons qui se débattent dans une mer agitée.

Les deux oursons jettent leurs dernières forces pour lutter contre les courants et tenter de se hisser à leur tour sur la glace pour rejoindre leur mère. La fatigue est telle qu’ils ont bien du mal à se hisser à leur tour sur la glace.

Le mâle après deux chutes successives dans l’eau y parvient enfin. Au côté de sa mère, il observe sa sœur tenter à son tour l’escalade du bloc de glace.

La tâche semble plus dure pour cette dernière. Elle est plus petite et moins forte que son frère. Elle ne parvient pas à prendre prise sur la glace. Après trois tentatives ratées, elle semble abandonner. Tara est inquiète. Elle craint de perdre son ourson. Elle sait que la petite ne pourra pas rester dans l’eau encore bien longtemps.

Dans un dernier sursaut de courage, l’ourson parvient enfin à s’accrocher à la glace et à rejoindre sa mère et son frère. Elle est totalement exténuée. Elle se couche auprès de Tara qui lui lèche la fourrure et son visage.

Tous trois sont épuisés et ont besoin de repos. Tara et ses oursons se couchent sur la glace. Elle les attire vers elle et les nourrit de son lait afin de leur redonner de la vigueur et des forces.

Ce fut un long voyage. Ils ont parcouru plus de trois cents kilomètres depuis qu’ils ont quitté l’île. Ils ont survécu. Ils ont eu de la chance. Les deux oursons ont montré qu’ils étaient courageux et forts. La famille pourra maintenant se constituer une épaisse couche de graisse lui permettant d’affronter l’hiver d’ici trois mois.

Lire aussi:

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 1: la tanière

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 2: la naissance

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 3: Le grand départ

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 4: la chasse

Tara l'ourse polaire face au réchauffement climatique – Episode 5: La débâcle

Tara et ses petits vont-ils pourvoir échapper à la fonte de la banquise?

Commentaires

-