Syrie: l'Etat islamique inflige une lourde défaite aux FDS

Syrie: l'Etat islamique inflige une lourde défaite aux FDS

Publié le :

Lundi 29 Octobre 2018 - 16:25

Mise à jour :

Lundi 29 Octobre 2018 - 16:55
Le groupe Etat islamique a repoussé les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans l'est de la Syrie, sept semaines après le début d’une offensive contre la dernière poche djihadiste à Hajin. Matteo Puxton, spécialiste des questions de défense et observateur de référence de l'Etat islamique, raconte pour France-Soir les féroces combats au cours desquels les djihadistes ont annihilé deux mois d'efforts des FDS.
©DR
PARTAGER :

Matteo Puxton, édité par Maxime Macé.

-A +A

Les Forces démocratiques syriennes (coalition arabo-kurde, FDS) ont lancé l'assaut final sur la poche de Hajin, la dernière enclave territoriale tenu par l'Etat islamique (EI) en Syrie, le 10 septembre. Le groupe djihadiste a mené une défense visant à user l'adversaire, employant les engins explosifs improvisés (IED), les tirs de snipers, de missiles antichars, et ponctuellement des contre-attaques agressives, utilisant parfois des véhicules kamikazes ou des commandos inghimasi. Les 10-13 octobre, l'EI a profité d'une tempête de sable s'abattant sur la région pour lancer une contre-attaque généralisée autour de la poche de Hajin, infligeant des pertes sensibles aux arabo-kurdes. Une fois remises, ces dernières ont investi la localité d'al-Soussah, et celle voisine d'al-Marashidah, au sud de la poche, là où elles ont appuyé depuis le début de l'offensive. En dépit des déclarations optimistes des Forces démocratiques syriennes, qui annoncent avoir capturé al-Soussah le 23 octobre, le groupe terroriste parvient encore à s'accrocher à la localité et également à se maintenir dans al-Marashidah.

Voir - Syrie: l'EI inflige un revers aux FDS dans l'est, mais reste acculé

Les FDS sont largement soutenues, dans leur progression, par les bombardements aériens de la coalition, lesquelles frappent, les 23-24 octobre, au moins une mosquée dans al-Soussah, tuant plusieurs dizaines de civils au milieu de combattants de l'EI, qui effectivement utilisent les lieux de culte comme postes de commandement. L'Etat islamique diffuse le 25 octobre une vidéo de la mosquée détruite par la coalition.

Carte résumant la deuxième contre-attaque de l'EI les 25-27 octobre.

Le 25 octobre, une nouvelle tempête de sable balaye la région des combats. L'Etat islamqiue en profite, de nouveau, pour lancer une vaste contre-attaque dans et autour de la poche de Hajin. Un premier communiqué Amaq paru dans la soirée du 25 octobre annonce que l'EI a lancé un raid sur une position des Forces démocratiques syriennes près d'un puits de pétrole du champ pétrolifère d'al-Tanak, tuant 15 adversaires, en blessant d'autres, et détruisant 4 véhicules. Les djihadistes auraient également attaqué six positions des FDS au nord-est des villes d'al-Shafaa et al-Kashma, incendiant 2 baraquements, tandis qu'un combattant arabo-kurde était tué par un sniper dans al-Soussah.

Un premier reportage photo paru dans la nuit du 25 octobre montre un des raids au nord-est d'al-Kashma. Comme pendant la première contre-attaque des 10-13 octobre, l'Etat islamique a mobilisé les véhicules habituellement dissimulés pour éviter leur destruction par l'aviation: on distingue un pick-up Toyota Hilux armé d'une mitrailleuse lourde KPV (14,5 mm) et une escouade de fantassins débarqués. Toujours dans la nuit du 25 octobre, une première vidéo Amaq montre les combats dans al-Soussah, où l'EI se bat donc encore: on peut voir une escouade assez importante (10-15 hommes) progresser dans les rues d'al-Soussah, par un temps complètement bouché, appuyée par le tir d'une mitrailleuse lourde KPV montée, de nouveau, sur un pick-up Toyota Hilux, accompagné d'une moto. Parmi l'escouade à pied, on observe un mitrailleur sur PKM et aussi un combattant en béquilles, ayant perdu une partie de la jambe gauche, qui est peut-être le deuxième opérateur média car il porte une caméra.

Un pick-up Toyota Hilux embarquant une mitrailleuse lourde KPV (14,5 mm) appuyant le raid du 25 octobre au nord-est d'al-Kashma.

Le 26 octobre, un deuxième reportage photo montre cette fois un autre raid lancé au nord-est d'al-Shafaa. De nouveau, l'Etat islamique a mobilisé ses véhicules qui pour la plupart sont cachés par temps clair: pick-up, camions légers, motos... et 2 technicals, l'un armé d'une mitrailleuse lourde KPV, l'autre d'un canon ZU-23 (23 mm) à un seul tube. Parmi les fantassins débarqués, on observe un tireur sur lance-roquettes RPG-7, un mitrailleur sur PKM. Un des fantassins tire avec un M-16 camouflé en mode désertique. L'EI investit une position défensive des Forces démocratiques syriennes dans le désert, qui est incendiée.

Raid au nord-est d'al-Shaffa: un tireur RPG-7 ouvre le feu. Au sol, à gauche, une mitrailleuse PKM.

Un troisième reportage photo, le 26 octobre, présente cette fois le raid au nord d'al-Gharanij, vers le champ pétrolifère de Tanak. Même mode opératoire: une colonne mécanisée débarque une escouade de fantassins au pied d'une position des Forces démocratiques syriennes protégée par une levée de terre. On voit un combattant armé d'une mitrailleuse PKM. Les combattants sont soutenus par le tir tendu d'un canon ZU-23 monté sur Toyota Hilux. Là aussi, la position des FDS est incendiée.

Un quatrième reportage photo, le 26 octobre toujours, documente cette fois-ci les combats dans al-Soussah. Les photos montrent plusieurs mitrailleurs en action: deux sur PKM, et un autre avec une M249, arme américaine de prise déjà observée dans la vidéo publiée le 23 octobre dernier. Les fantassins tirent avec différentes versions du fusil d'assaut AK, un tireur fait feu avec un RPG-7. Ils sont soutenus par le tir tendu d'un montage de deux mitrailleuses KPV installées sur Toyota Hilux. L'Etat islamique montre un uniforme capturé portant l'emblème de l'YPG, la milice kurde syrienne.

Un communiqué annonce plus tard la capture de cinq prisonniers lors du raid sur la position des Forces démocratiques syriennes près du champ pétrolifère d'al-Tanak, la veille. Un deuxième communiqué revendique l'assassinat d'un chef des FDS qui aurait fourni les coordonnées pour les frappes aériennes de la coalition contre l'Etat islamique, toujours dans le secteur d'al-Tanak. Une vidéo Amaq filme quatre prisonniers qui auraient été capturés, selon l'EI, la veille, au nord de Hajin.

Un troisième communiqué revendique de nouveaux raids au nord-est d'al-Kashma et d'al-Shaafa: cinq positions des arabo-kurdes ont été visées, un bulldozer a été incendié. Un autre communiqué annonce qu'un combattant adverse a été tué et d'autres blessés durant ces raids. Un cinquième communique évoque une contre-attaque dans la ville d'al-Soussah, et un sixième une opération kamikaze ayant frappé Baghouz, derrière les lignes des FDS. Un septième communiqué annonce 31 combattants des FDS tués dans al-Soussah. Un huitième revendique sept combattants arabo-kurdes tués, un Humvee et deux autres véhicules détruits lors d'un raid au nord de Hajin. Un neuvième précise cette dernière opération: l'EI a lancé une attaque près de la gare de Hajin. Un inghimasi, Abou Souhaib al-Roumi (un Occidental?), s'est fait sauter au milieu de l'adversaire avec sa ceinture d'explosifs.

Opérations de l'EI au nord de la poche de Hajin, 25-26 octobre.

Un cinquième reportage photo illustre le raid au nord-est d'al-Kashma. En pleine tempête de sable, une quinzaine de combattants font une prière collective. Pour ce raid, un des véhicules blindés improvisés sur châssis de pick-up observé dans la vidéo du 23 octobre a été mobilisé, celui dont la mitrailleuse GAU-16 est protégée par un bouclier. Le véhicule improvisé transport de troupes est accompagné d'un pick-up Toyota Hilux avec un canon ZU-23, de deux camions légers transportant les fantassins. Un autre technical avec mitrailleuse lourde KPV appuie l'assaut des fantassins, dont l'escouade comprend un mitrailleur sur PKM. La position des FDS est de nouveau prise; cette-fois l'Etat islamique photographie deux corps de combattants des FDS, et montre des armes de prise (une mitrailleuse PKM, un lance-roquettes RPG-7.

Le 26 octobre: en pleine tempête de sable, l'EI lance un raid au nord-est d'al-Kashma. La colonne comprend un véhicule blindé improvisé sur châssis de pick-up, avec mitrailleuse GAU-16 de 12,7 mm protégée par un bouclier, un pick-up armé d'un canon ZU-23, plusieurs camions.

Le sixième reportage photo montre un raid au nord-est d'al-Shafaa. Ce raid mobilise lui aussi un certain nombre de véhicules: moto armée d'un mitrailleuse lourd W85 de 12,7 mm, pick-up Toyota Hilux avec canon ZU-23, pick-up Land Cruiser avec montage de deux mitrailleuses lourdes KPV... il s'agit de la position où un bulldozer a été incendié, on le voit dans les images. Là aussi, l'Etat islamique montre deux corps de fantassins de FDS, à côté de roquettes pour RPG-7 capturées.

Peu avant minuit le 26 octobre, un communiqué de l'Etat islamique annonce qu'au moins 40 combattants des Forces démocratiques syriennes ont été tués lors des raids lancés ce jour. Le groupe affirme avoir tué au moins 25 combattants des FDS à al-Soussah, dont six ont péri lors de la destruction d'un bâtiment. Deux autres ont été capturés -effectivement l'image illustrant le communiqué montre deux captifs, dont un blessé à la tête. Les autres attaques sont aussi rappelées. En plus des véhicules détruits, l'EI prétend avoir capturé un Humvee, un bulldozer, des armes et des munitions.

Le communiqué Amaq du 26 octobre est illustré par une photographie montrant les deux prisonniers capturés dans al-Soussah.

Le 27 octobre, un long communiqué annonce une attaque de grande envergure dans et autour d'al-Soussah. Il donne le nom du kamikaze qui a jeté son véhicule sur les FDS dans la ville de Baghouz: Abou Muhammad al-Turkistani (un Ouïghour, donc). Une vidéo Amaq montre ensuite les deux prisonniers capturés durant les combats d'al-Soussah. Puis une deuxième quatre prisonniers capturés la veille durant le raid sur le champ pétrolifère d'al-Tanak. Un document filmé en parallèle par l'EI pendant le témoignage des prisonniers montre l'emblème des Syrian Elite Forces, une unité arabe alliée aux Forces démocratiques syriennes, dont les captifs sont probablement issus.

Lire aussi - Des rapports de force entre Arabes et Kurdes au sein des FDS: les Syrian Elite Forces

Un septième reportage photo diffusé ce jour-là montre de nouveau les combats dans al-Soussah. Appuyés par un technical armé d'un montage de 2 mitrailleuses KPV utilisées en tir tendu, les fantassins de l'Etat islamique ouvrent le feu avec leurs fusils d'assaut AK, un RPG-7, un M-4 avec viseur optique, et un M-16. Le reportage montre cinq corps, dont certains dans les ruines d'un bâtiment, peut-être celui-ci annoncé détruit par l'EI. On retrouve les deux prisonniers vus dans la vidéo Amaq.

En raison de la contre-attaque de l'Etat islamique, qui a donc tué des dizaines de combattants arabo-kurdes et permis d'en capturer au moins une dizaine, les FDS sont obligées de reculer dans al-Soussah, abandonnant d'abord la partie ouest de la ville, puis retraitant vers al-Baghouz. Le 26 octobre, le bureau médiatique de l'YPG avait publié une vidéo montrant les combats dans al-Soussah: les Kurdes tirent au mortier et au RPG-7 sur les positions des djihadistes. Une autre vidéo montre un véhicule kamikaze détruit sur le front de Hajin. Toutefois, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) lui-même annonce que près de 70 combattants des Forces démocratiques syriennes ont été tués durant la contre-attaque de l'EI, d'autres capturés, tandis que des unités se sont enfuies face au groupe terroriste qui a bien utilisé des véhicules kamikazes.

Vidéo de l'YPG, 26/10: un combattant de l'YPG tire au RPG-7 dans al-Soussah. La vidéo a probablement été tournée dans les jours précédant la contre-attaque de l'EI.

L'étendue du désastre subi par les Forces démocratiques syriennes apparaît plus nettement le 28 octobre. L'Etat islamique publie de nouveaux reportages photos, montrant un prisonnier supplémentaire capturé dans al-Soussah, et plusieurs dizaines de corps de combattants arabo-kurdes abandonnés dans la ville (une trentaine peut-être sans certitude, étant donné la difficulté à les compter sur les images). Les comptes pro-FDS eux-mêmes, sur les réseaux sociaux, reconnaissent l'ampleur du revers.

Source: https://twitter.com/Gargaristan

Après avoir repris al-Soussah, l'Etat islamique a poussé vers le sud, et les FDS ont dû évacuer Baghouz-Fouqani, qui était tombée dès le 20 septembre. Les djihadistes auraient même poussé jusqu'à Baghouz-Tahtani, à la frontière irakienne, et les combats se dérouleraient désormais dans le Jabal Baghouz, près de l'Irak. Des accrochages auraient déjà eu lieu avec les miliciens du Hashd al-Chaabi cantonnés là. Plus important encore, en atteignant la frontière irakienne, les djihadistes peuvent faire la jonction avec ses cellules qui opèrent dans la province d'al-Anbar; plusieurs reportages photos ont été publiés dans le secteur proche de la frontière ces derniers jours, en parallèle de la contre-attaque des terroristes.

A al-Soussah, c'est surtout le Conseil militaire de Deir Ezzor, une des composantes arabes de la coalition, qui aurait payé le plus lourd tribut, perdant des dizaines de combattants inexpérimentés. En trois jours, l'Etat islamique a ainsi annihilé deux mois d'efforts des Forces démocratiques syriennes.

Situation au 28 octobre. L'EI reprend tout le terrain que les FDS avaient conquis depuis le 10 septembre.

Voir aussi:

Puissante contre-offensive de l'Etat islamique dans le désert syrien

"Le djihad médiatique, c'est la moitié du djihad": comment l'EI fait évoluer sa propagande en vidéos militaires

Syrie: Katibat Jabal al-Islam, guérilla djihadiste dans la province de Lattaquié

Tous les articles de Matteo Puxton à retrouver en cliquant ici

En trois jours, l'Etat islamique a ainsi annihilé deux mois d'efforts des Forces démocratiques syriennes.


Commentaires

-