Syrie - A Idlib, la traque des djihadistes de l'Etat islamique par ceux d'Hayat Tahrir al-Cham (2/4)

Syrie - A Idlib, la traque des djihadistes de l'Etat islamique par ceux d'Hayat Tahrir al-Cham (2/4)

Publié le :

Jeudi 16 Août 2018 - 14:50

Mise à jour :

Jeudi 16 Août 2018 - 15:06
Alors que la menace d'une grande offensive du régime de Damas plane sur la région d'Idlib, les frères ennemis du djihad, l'Etat islamique et Hayat Tahrir al-Cham, se déchirent. En exclusivité pour France-Soir, Matteo Puxton, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit syrien, poursuit son récit des affrontements entre les deux groupes djihadistes.
©DR
PARTAGER :

Matteo Puxton, édité par Maxime Macé.

-A +A

> Partie 1: Exclu - Syrie: la guerre des ombres entre les groupes djihadistes à Idlib (1/4)

En dépit des premières opérations de "contre-espionnage" menées par Hayat Tahrir al-Cham (HTC) fin mai-début juin 2018, les cellules pro-Etat islamique maintiennent leur activité en juin. L'Amniyat (service de sécurité/renseignements/contre-espionnage d'HTC) est donc obligé de relancer une campagne contre ces cellules dès la fin du mois de juin. Avec pour objectif notamment: le "triangle".

Les 28-29 juin 2018, l'agence médiatique Ebaa News du groupe Hayat Tahrir al-Cham diffuse deux vidéos: la première, d'une durée de 1 minute 14 secondes intitulée "Aperçu des barrages mis en place dans la campagne au sud d'Idlib pour contrôler la sécurité dans la région". La seconde, d'une durée de 2 minutes 53 secondes, intitulée: "L'appareil de sécurité d'HTC attaque les repaires des khawarij dans plusieurs villes et villages de la campagne d'Idlib". A noter que "khawarij" est le terme utilisé par l'organisation djihadiste pour désigner les membres de l'Etat islamique. 

Hayat Tahrir al-Cham avait commencé, le 28 juin, par diffuser des communiqués et une série de reportages photos sur ces mêmes opérations. L'organe de sécurité d'HTS établit des barrages autour du "triangle" formé par les localités de Sarmin, Nayrab et Msibin, où les cellules de l'Etat islamique seraient basées. Ces cellules seraient constituées de restes de Jaysh al-Sham, une coalition dissoute en 2014, avec Liwa al-Haq et Liwa Dawood, anciennement ralliées à l'EI. Leur chef serait Rashid Teko, récemment revenu de la province de Raqqa dans le secteur.

Dans le premier reportage photo, on peut voir un combattant faire la courte échelle à un camarade, qui a posé son AKMS contre un mur, pour enjamber le mur d'enceinte d'une propriété, sous le regarde de deux autres combattants. Sur l'image suivante, sept hommes, dont un mitrailleur sur PKM, s'apprêtent à pénétrer dans une autre maison. L'un d'entre eux porte des menottes. On observe des brassards bleus portés autour de la tête pour l'identification, en l'absence d'uniformes. Un homme est arrêté.

L'image suivante montre le corps d'un "étranger", selon Hayat Tahrir al-Cham, qui a actionné sa ceinture d'explosifs lorsqu'il a été acculé par la sécurité d'HTC. Les images suivantes montrent ce qui a été saisi durant les raids: des explosifs improvisés, des radios, une paire de menottes, une ceinture d'explosifs, une lunette de visée, une grenade, des sacs de fertilisant (sans doute pour confectionner des explosifs). Le butin comprend aussi une mitrailleuse lourde américaine de 12,7 mm (M2HB/GAU 16/21?), deux lance-roquettes RPG-7 avec roquettes PG-7/PG-7M, un lance-roquettes HAR-66, un casque, une caisse de munitions de 14,5 mm notamment.

Le butin matériel récupéré par HTC: on distingue notamment, appuyé au fond à la verticale, un lance-roquettes HAR-66, la copie turque du M72 LAW américain.

Après ces reportages photos, un communiqué d'Hayat Tahrir al-Cham annonce un couvre-feu dans la ville de Sarmin, juste à l'est/sud-est d'Idlib. On se souvient que Sarmin était la base d'Ansar al-Tawhid, le groupe né en février dernier et constitué par d'anciens membres de Liwa al-Aqsa (groupe pro-Etat islamique chassé du secteur par HTC et ses alliés en février 2017), apparemment volontairement relâchés des prisons du groupe, et qui avaient rallié des membres du Parti islamique du Turkistan et d'autres formations. Certains analystes y avaient vu une manœuvre d'HTC pour contrer l'apparition de groupes loyalistes à al-Qaïda; d'autres y voyaient une faction pro-al-Qaïda de Liwa al-Aqsa.

Dès la fin mai, Hayat Tharir al-Cham s'était retourné contre Ansar al-Tawhid, qui avait rejoint les loyalistes d'al-Qaïda de Tanzim Hurras ad-Din au sein d'une nouvelle coalition, Nusrat al-Islam. A Sarmin, dans ce qui est présenté comme le QG des cellules de l'Etat islamique, la sécurité d' Hayat Tahrir al-Cham retrouve le lieu où avaient été exécutés trois membres de leur organisation par un groupe se revendiquant d'une wilayat Idlib de l'EI, le 10 juin dernier.

La première vidéo montre un checkpoint dans la campagne au sud de la province d'Idlib. Sur une route, une chicane a été construite avec des levées de terre. Une petite escouade de combattants d'HTC contrôle les véhicules; le drapeau du groupe a été mis bien en vue pour les besoins de la production. Abou Jaffar, le responsable du checkpoint, s'exprime devant l'opérateur média. L'escouade dispose d'au moins une moto pour se déplacer.

Dans la seconde vidéo, on peut voir un convoi de véhicules de la sécurité d'Hayat Tahrir al-Cham, qui lance une opération sur les localités de Nayrab et Sarmin. Les fantassins portent, comme cela a été vu dans les photos précédemment, des brassards bleus pour l'identification. Ils sont appuyés par un pick-up Land Cruiser avec mitrailleuse lourde KPV (14,5 mm). L'escouade d'assaut comprend un mitrailleur avec PKM qui porte aussi un fusil d'assaut AKMS. Un bâtiment est mitraillé par un tireur PKM et un autre véhicule muni d'une pièce lourde. Un des combattants du groupe, Muthanna al-Babi, s'exprime devant la caméra. Les combattants d'HTC fouillent une voiture. On revoit le corps de "l'étranger" qui s'est fait sauter avec sa ceinture d'explosifs, et l'homme arrêté. La caméra montre le butin récupéré visible dans les photos. Abou Mohamed al-Shami témoigne également. Dans le jardin de la propriété, à Sarmin, les membres du groupe djihadiste retrouvent le lieu où avaient été exécutés trois de leurs camarades. La propriété comprenait aussi des cellules de détention où il est évident que des prisonniers ont été enfermés.

Un combattant de l'Amniyat en position pour l'assaut sur une maison des cellules pro-EI à Sarmin.

Le 29 juin, un communiqué d'Hayat Tahrir al-Cham annonce qu'un accord a été conclu avec le gouvernement local de la ville de Sarmin pour traquer les cellules de l'Etat islamique. L'administration locale est responsable de la sécurité sur la route Saraqib-Idli; un comité de la charia est formé pour assurer la coordination avec HTC. De manière intéressante, le témoin de l'accord est un membre du groupe Ansar al-Tawhid.Le 30 juin 2018, l'agence médiatique Ebaa News diffuse une vidéo d'une durée de quatre minutes intitulée "Aperçu des raids sur les gangs d'al-Baghdadi à Sarmin".Un combattant de l'Amniyat en position pour l'assaut sur une maison des cellules pro-EI à Sarmin.

Depuis le 28 juin, Hayat Tahrir al-Cham avait donc lancé une grande campagne contre les cellules pro-EI dans la province d'Idlib, particulièrement actives, accusées d'être à l'origine de la plupart des assassinats ciblés qui frappent l'organisation djihadiste la plus puissante à Idlib depuis des mois. La campagne vise le "triangle" entre les localités de Sarmin, Nayrab et Msibin, à l'est/sud-est/sud de la ville d'Idlib, où ces cellules seraient présentes en force. Les attaques continuent cependant. Un IED (engin explosif improvisé) vise le 29 juin un véhicule à Salqin, localité près de laquelle HTC avait détruit un camp de cellules pro-EI début juin (à Kafr Hind, un peu au sud de la ville).

29 juin: un véhicule saute sur un IED à Salqin.

Le 30 juin, Ebaa News publie un premier reportage photo montrant les opérations à Sarmin. Les membres de la sécurité d'Hayat Tahrir al-Cham visualisent les objectifs sur une carte satellite imprimée, portant toujours autour de la tête le bandeau bleu d'identification pour se reconnaître. Une escouade renforcée se déplace, avec mitrailleur PKM et probablement tireur RPG-7. HTC engage un canon ZU-23/2 (2x23 mm) en tir tendu monté sur pick-up Land Cruiser; deux mitrailleurs PKM ouvrent le feu depuis des toits.

Escouade en mouvement. On note le mitrailleur sur PKM portant un fusil d'assaut en plus de la mitrailleuse.

Un communiqué annonce par l'entremise de Saad al-Din Sabbagh, responsable de la sécurité d'Hayat Tahrir al-Cham, que le groupe a repris le contrôle de Sarmin, nettoyant les dernières installations des cellules pro-Etat islamique, dont des caches souterraines, où huit prisonniers ont été retrouvés morts.

Un second reportage photo montre la fin des opérations à Sarmin. L'opérateur média photographie une inscription sur un mur à la gloire de l'EI. Une escouade renforcée investit un bâtiment où une cache souterraine est découverte. HTC récupère deux tubes de mitrailleuse lourde KPV (14,5 mm), un lance-grenades, des caisses de munitions. Le groupe montre également les corps des huit prisonniers exécutés dans une cache souterraine, et ceux de deux membres de cellules pro-EI abattus.

Parmi le butin récupéré par HTS, on remarque deux tubes de mitrailleuse lourde KPV (14,5 mm).

La vidéo reprend une partie des reportages photos du jour. Un convoi de véhicules entre à l'aube dans une localité (sans doute Sarmin). Alab al-Shami, officier de l'Amniyat, s'exprime devant l'opérateur média. Comme dans le reportage photo, une escouade prépare son opération en regardant une carte satellite imprimée. Des IED placés dans des sacs poubelles, au bord de la route, sont neutralisés. Les hommes d'Hayat Tahrir al-Cham arrêtent la circulation et investissent les bâtiments environnant celui qui est ciblé (l'opérateur média filme son collègue qui est dans la rue). Abou Yasser, un combattant d'HTC, s'exprime à son tour; à côté de lui, deux de ses camarades portant une caméra GoPro sur le front. Dans une cavité creusée sous un bâtiment, ils découvrent des corps de prisonniers exécutés. Les Casques blancs locaux se chargent de disposer les corps dans des sacs mortuaires. Les prisonniers étaient attachés par les pieds avec des chaînes. Une autre installation souterraine (vue également dans les photos) est découverte après une fouille rapide, plusieurs combattants s'y engouffrent. Abou Abdullah, commandant de terrain du groupe djihadiste, parle à son tour devant l'opérateur média. Pendant son discours, on voit les deux corps des membres de cellules pro-Etat islamique abattus.

Un combattant d'HTC montre, sous des sommiers dans une habitation, pas moins de six missiles antichars Konkurs/Fagot alignés en rang. Dans un petit débarras fracturé par l'Amniyat, les hommes découvrent les caisses transportant les armes montrées dans le reportage photo. Ils capturent aussi des roquettes de RPG-7 dans leurs emballages. A l'arrière du van qui transporte le tout, un drapeau recouvre les prises: c'est celui de Liwa Dawud, ce qui confirmerait les informations recueillies par les activistes locaux pour lesquels ces cellules pro-EI sont pour partie composées d'anciens membres de ce groupe revenus du territoire perdu de l'Etat islamique (Raqqa). Liwa Dawud avait en effet rallié officiellement l'EI en juillet 2014; cette faction avait sa base à Sarmin.

L'opération de la sécurité d' Hayat Tahrir al-Cham à Sarmin n'empêche pas les attaques de se poursuivre. Ce même 30 juin, une voiture piégée explose à ad-Dana, sans faire de victimes. Un véhicule du Parti Islamique du Turkistan, allié d'HTC, saute sur un IED sur la route d'Armanaz. Un raid sur un checkpoint du groupe Faylaq al-Sham dans le sud de la province d'Idlib fait 2 morts. Un IED explose sur un rond-point au centre de la ville de Maarat al-Numan, faisant 2 blessés. Enfin, un chef militaire d'Hayat Tahrir al-Cham dans la montagne turkmène, Abou Qaqaa al-Jazrawi (Saoudien), est assassiné dans le secteur des fermes de Hazarin.

Lire aussi:

Syrie: les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham mettent en scène leurs combats au nord d'Hama

Syrie: replié dans le désert, l'Etat islamique multiplie les offensives

Exclu- Syrie: les djihadistes français d'Omar Omsen concurrencent l'Etat islamique

L'Amniyat (service de renseignements/sécurité d'Hayat Tahrir al-Cham) se prépare à pénétrer dans la maison d'un membre d'une cellule de l'EI.


Commentaires

-