Phobie scolaire: comment l’identifier et la traiter?

Premiers signes

Phobie scolaire: comment l’identifier et la traiter?

Publié le :

Mercredi 05 Septembre 2018 - 14:21

Mise à jour :

Mercredi 05 Septembre 2018 - 16:35
La phobie scolaire touche un enfant sur quatre au cours de sa scolarité mais ce problème, à ne jamais négliger, peut être résolu s'il est pris rapidement. A condition bien sûr d'en reconnaître les premiers signes. Pour France-Soir, le psychanalyste Rodolphe Oppenheimer détaille les comportements qui doivent alerter.
© Jeff PACHOUD / AFP/Archives
PARTAGER :

Rodolphe Oppenheimer, édité par la rédaction

-A +A

Et s’il ne s’agissait pas d’un simple refus d’aller à l’école ou d’un blues de la rentrée? Et s’il s’agissait d’une phobie scolaire? Près de 12 millions d’élèves ont fait leur rentrée ce lundi et jusqu’à 5% d’eux souffrent de phobie scolaire, également appelée refus scolaire anxieux.

Oui, le problème est bien réel et il faut l’adresser aussitôt que possible. Pour le faire, il est important de savoir identifier les signes et symptômes de la phobie scolaire puis de savoir comment aider votre enfant.

> Qu’est-ce que la phobie scolaire?

Tout le monde n’a pas envie de retourner à l’école, au travail et à la routine de la maison après des vacances qui se sont bien passées. Mais pour certains, il ne s’agit pas d’un blues de la rentrée dont ils se remettront après quelques jours. Pour beaucoup d’enfants et d’adolescents, aller à l’école est un véritable enfer. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas y aller, c’est qu’ils ne peuvent pas y aller.

On parle alors de phobie scolaire, également appelée refus scolaire anxieux par les médecins et psychologues. Cela peut aller de la difficulté à l’impossibilité d’aller à l’école avec des symptômes qui varient d’un cas à l’autre.

> Quels sont les signes de la phobie scolaire?

Retard scolaire, développement de troubles anxieux ou phobiques, déscolarisation et même suicide, les conséquences de la phobie scolaire peuvent être énormes. D’où l’importance d’identifier les signes aussitôt que possible.

Les symptômes sont plutôt physiques chez les tout-petits: maux de ventre, boule au ventre à chaque fois que l’enfant doit aller à l’école, vertige, nausée, larmes, etc. L’enfant peut aussi manifester des crises de panique, des insomnies, des crises d’anxiété, des troubles du sommeil ou des troubles obsessionnels compulsifs. Mais il ne suffit pas d’observer les symptômes physiques et psychiques, la régression des notes peut également être un signe.

Voir aussi: Quand revenir au travail après les vacances vous déprime

Ceci dit, c’est difficile pour les parents de reconnaître si leur enfant souffre d'une phobie scolaire. Les enfants ne s’expriment souvent pas à ce sujet ou s’expriment plus tard quand la phobie atteint son pic et que l’enfant refuse définitivement d’aller à l’école. Ne vous attendez donc pas à ce que votre enfant vienne vous dire "j’ai peur d’aller à l’école, je crois que j’ai une phobie". Il vous dira plutôt "je ne me sens vraiment pas bien aujourd’hui", "je ne veux pas voir telle personne", "je déteste ce professeur", etc. Il vous parlera d’un malaise bien précis, alors que le véritable problème est plus large: il a peur d’aller à l’école!

Enfin, on reconnaît ou du moins on redoute qu’il s’agisse d’une phobie quand le refus est fréquent (plusieurs fois par mois), puis permanent.

> Comment aider un enfant qui souffre de phobie scolaire? 

La première chose que vous pouvez faire pour aider votre enfant est de reconnaître les premiers signes afin d’agir le plus rapidement possible. Mais quoi que vous pensiez de ce que votre enfant vous raconte, ne sous-estimez pas son problème. Ne lui dites pas que ça passera, que c’est juste un blues ou un burn out, qu’il doit arrêter de dramatiser ou qu’il peut faire mieux. S’il souffre, c’est qu’il a une raison de souffrir.

Si le problème est observé tôt, soit que vous avez décrypté les symptômes ou que l’enfant s’est exprimé, il peut être suffisant de discuter avec votre enfant et son professeur. La cause de la phobie (une dispute avec un ami, un malentendu avec un professeur, un harcèlement) peut alors être résolue pour que tout rentre en ordre et que votre enfant retrouve sa confiance en soi.

Si par contre le problème dure depuis longtemps, l’intervention d’un psychologue ou psychiatre est nécessaire. C’est souvent le cas quand l’enfant ne s’est pas exprimé ou qu’il n’a pas été écouté (par ses parents et ses professeurs) et qu’il a fini par refuser complètement de retourner à l’école, est tombé malade ou s’est fait du mal! Le psychologue conseille généralement un arrêt temporaire avant de reprendre les cours soit à la maison ou simultanément à l’école et à la maison. Le traitement variera au cas par cas.

Selon l’association Phobie Scolaire, 28% d’enfants et adolescents font face à la phobie scolaire à un moment ou un autre de leur parcours. C’est un problème réel qu’il faut comprendre et adresser par les parents et évidemment l’école.

Cet article a été rédigé par Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste (https://psy-92.net/). Ses deux derniers ouvrages, Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie! (Ed. Marie B) et Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle (Ed. Eyrolles) sont disponibles en librairie.

Il est primordial d'identifier la phobie scolaire dès les premiers signes.

Commentaires

-