EN DIRECT - Élections régionales: retrait du PS en PACA et dans le Nord, annonce Cambadélis

EN DIRECT - Élections régionales: retrait du PS en PACA et dans le Nord, annonce Cambadélis

Publié le :

Dimanche 06 Décembre 2015 - 17:30

Mise à jour :

Dimanche 06 Décembre 2015 - 22:40
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Trois semaines après les attentats de Paris, plus de 44 millions de Français étaient appelés à voter ce dimanche au premier tour des élections régionales. Le Front national est en tête dans au moins six régions, distançant la droite et la gauche qui s'opposent sur la conduite à adopter face au parti de Marine Le Pen au second tour: suivez en direct ce scrutin sur "FranceSoir".

Fin de ce direct. Merci de l'avoir suivi, lire ici la synthèse de cette soirée électorale, et le reste de l'actualité en continu sur FranceSoir.

 

22h16

"LR dit son refus de pratiquer le désistement républicain, l'accord technique ou le simple retrait. L'histoire sera sévère contre eux qui disent +plutôt l'extrême-droite que la gauche+", ajoute le patron du PS selon qui "le (score) total de la gauche laisse espérer de nombreuses victoires et je me réjouis des appels au rassemblement du PCF et d'EELV notamment (...) un acte fort. La gauche, quand elle est unie, est la première force".

 

22h12

"Dans les régions à risque FN, où la gauche ne devance pas la droite, le PS décide de faire barrage républicain en particulier dans le nord et en PACA", annonce Jean-Christophe Cambadélis qui acte donc le retrait des listes de son parti dans ces deux régions. Partout ailleurs, "le PS décide d'appeler à l'union des forces de gauche et des écologistes (..) pour défendre la République".

 

22h02

Face à la défaite de son parti, crédité d'environ 6,5% des voix (contre 12% en 2010), Cécile Duflot (EELV) appelle elle aussi au " rassemblement ". Ce résultat n'est pas "un avertissement, mais une punition", dit-elle. 

 

21h59

"Vous avez choisi de placer ma liste largement en tête. (...) Pour la première  fois, la droite et le centre sont en passe d'emporter l'Ile-de-France. (...) L'alternance est à portée de la main, je continue", dit Valérie Pécresse, tête de liste LR-UDI-MoDem.

 

21h55

Un point presse commun PS-PRG, EELV et Front de gauche annoncé dès demain lundi 7 par l'état-major de Claude Bartolone. Le "rassemblement" des listes de gauche, appelé de ses vœux par le candidat socialiste en Ile-de-France, et président de l'Assemblée nationale, serait ainsi d'ores et déjà dans les tuyaux.

 

21h46

"La gauche et les écologistes sont en position de gagner dimanche prochain", dit Claude Bartolone qui en appelle au "rassemblement total" de la gauche. "Pas une voix de gauche ne doit manquer", martèle le candidat PS-PRG en Ile-de-France.

Dans la région capitale, Valérie Pécresse (LR-UDI-MoDem) est donnée en tête avec entre 30,5% et 31% des voix, suivie de la liste emmenée par Claude Bartolone (de 25% à 26%) et du FN de Wallerand de Saint-Just (18,5% à 18,7%). La liste EELV d'Emmanuelle Cosse est à 7,5% et le Front de gauche de Pierre Laurent à 6,2%.

 

21h39

Le patron du MoDem François Bayrou, dans la foulée de son homologue de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, va à l'encontre des consignes de Nicolas Sarkozy (LR) auquel son parti est allié dans plusieurs régions. Bayrou en appelle ainsi "au retrait pur et simple" des listes arrivées en troisième position, et donc derrière le FN, ce dimanche soir. "Si (les) états-majors étaient responsables, ils devraient adopter une ligne de conduite lisible par les Français: le retrait pur et simple de la liste arrivée en troisième position pour permettre, en regroupant les voix, un ressaisissement démocratique".

 

21h23

Le patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, à contre-courant de Nicolas Sarkozy, président LR et son allié, en appelle au "retrait des listes en troisième position" pour barrer la route au Front national. "Partout où le Front national peut gagner, nous souhaitons le retrait des listes qui arrivent en troisième position, quelles que soient les listes", vient-il ainsi de déclarer. Puis de conclure: "on mettra les valeurs avant les places".

 

21h19

Claude Bartolone (PS-PRG), devancé de plus de cinq points par Valérie Pécresse (LR-UDI-MoDem) en Ile-de-France, en appelle à l'union de la gauche au second tour. En fondant les listes "socialistes, écologistes et Front de gauche", la victoire reste "possible", dit-il.

 

21h15

Sans présager des résultats du second tour, il apparaît ce dimanche soir que:

-Le FN est en tête dans six régions: PACA, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées;

-La droite dans quatre: Ile-de-France, Normandie, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes;

-La gauche dans trois: Bretagne, Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et Corse.

Les estimations pour les quatre régions d'outre-mer (Guadeloupe, La Réunion, Martinique et Guyane) ne sont pas encore disponibles.

 

21h10

En Bourgogne-Franche-Comté, le FN est là aussi en tête avec 32,10% des voix. La droite unie (23,5%) et l'alliance socialiste (22,8%) complètent le podium.

Debout la France est à 5%, le Front de gauche à 4,7% et EELV à 4%. A noter: une liste MoDem (à 3,4%) et une écologiste dissidente (2,2%).

 

21h06

En Ile-de-France, où une majorité de bureaux a fermé à 20h, Valérie Pécresse (LR-UDI-MoDem) est entre 30,5% et 31%, Claude Bartolone (PS-PRG) à environ 25,5% et Wallerand de Saint-Just (FN) entre 18% et 19%.

Suivent Emmanuelle Cosse (EELV, 7,5%), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France, 6,2%) et Pierre Laurent (Front de gauche, 6,2%).

 

21h04

Dans le Centre-Val-de-Loire, le FN est en tête avec 30,5% des voix. La droite (25,8%) et le PS-PRG (24,5%) suivent dans un mouchoir de poche. EELV est à 6,3%, le Front de gauche à 5,2% et Debout la France à 4,5%.

 

21h02

Alain Juppé prend la parole pour réaffirmer son soutien à Virginie Calmels, candidate LR-UDI en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente et appelle à la mobilisation des abstentionnistes. "La victoire est à notre portée", dit-il.

"Au plan national (...) le constat est clair: nous enregistrons une forte montée du Front national", ajoute-t-il en annonçant qu'il entend faire valoir ses arguments lors du bureau politique LR prévu demain lundi (à 11h, NDLR). "Le FN n'apporte aucune solution sérieuse", conclut Alain Juppé.

 

20h55

En Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, le socialiste Alain Rousset est en tête avec 31,5% des voix. Suivent la droite de Virginie Calmels (25,9%) et le FN (22,8%). EELV est à 6% et le Front de gauche à 4,7%.

 

20h53

En Ile-de-France, où les tendances ne sont pas encore connues, la candidate et patronne d'EELV a déjà appelé à "la fusion des listes de gauche et des écologistes au second tour".

 

20h51

En Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, l'ancienne ministre Carole Delga (PS-PRG, 25,5%) est devancé par le FN à près de 31%. La liste LR-UDI est à 18,5%. La liste EELV-Front de gauche atteint les 10% et l'ex-socialiste dissident Philippe Saurel fait 5%.

 

20h47

En Auvergne-Rhône-alpes, Laurent Wauquiez virerait en tête avec 29,5% des suffrages. Suivent le candidat FN (27,4%) et la liste PS-PRG du président sortant Jean-Jacques Queyranne (23,4%).

 

20h46

Largement devancé par Marion Maréchal-Le Pen (FN) en région PACA, Christian Estrosi (LR) a appelé à "un très large sursaut citoyen" au second tour, exhortant les abstentionnistes à venir voter. "Aujourd'hui, les électeurs ont exprimé leur colère. Désormais il faut créer les conditions pour avoir un large rassemblement", a-t-il dit. "Marion Maréchal-Le Pen est une des plus grandes menaces de notre histoire politique, cette candidate n’a cessé de stigmatiser et diviser nos électeurs", elle "représente un danger immense pour notre vivre-ensemble", a ajouté le maire de Nice. "Quel que soit votre vote de premier tour, je vous appelle à faire bloc dans l'intérêt de votre région", a-t-il conclu.

 

20h45

Les résultats incomplets compulsés par le ministère de l'Intérieur font état, à 20h45 et sur 51% des bulletins reçus, d'un FN en tête avec 30,46% des votes exprimés. Suivent les listes d'union de la droite avec 26,48% et celle d'union de la gauche à 22,34%.

 

20h42

Les premières tendances, en termes de nombre de présidences de région, font état d'un PS et d'un FN à égalité avec trois régions. La droite en compterait pour sa part six.

 

20h39

En Normandie réunifiée, la droite emmenée par le centriste Hervé Morin serait en tête avec 28,8% des suffrages, devançant le FN de Nicolas Bay (27,2%) et le PS de Nicolas Mayer-Rossignol (23,3%). Le Front de gauche serait à 6,8% et la liste EELV à 6,1%.

 

20h32

La présidente du FN annonce que son parti est " le seul front véritablement républicain ". Le seul, dit-elle, à "pouvoir reconquérir" certains territoires et à prendre "la défense de nos traditions". 

 

20h30

"Le peuple s'est exprimé, la France relève la tête", entame Marine Le Pen qui prend à son tour la parole. "Le Front national est le premier parti de France", se réjouit-elle.

 

20h27

Nicolas Sarkozy annonce que son partira refusera "tout retrait ou toute fusion de liste" au second tour de dimanche prochain.

 

20h25

Votre "silence" ne sera "jamais" une réponse ajoute Nicolas Sarkozy, qui appelle à la mobilisation au second tour pour "la seule alternance crédible incarnée par les candidats de la droite et du centre". "Chaque voix comptera", dit-il.

 

20h24

Les Français sont "exaspérés" dit Nicolas Sarkozy qui dit "entendre les inquiétudes" des électeurs FN. Un parti qui "aggraverait dramatiquement" la situation de la France, dit-il.

 

20h22

"Les Français souhaitent que la République ne recule plus. Elle a trop reculé et en particulier depuis quatre années", dit Nicolas Sarkozy à la tribune depuis le siège de son parti.

 

20h20

Le tripartisme est acté par ce premier tour des régionales. Trois blocs se font désormais face: l'extrême-droite en tête à environ 30%, la droite autour de 27% et le "bloc de gauche" (PS-EELV-Front de gauche) totalisant environ 33%.

 

20h17

En région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, le numéro deux du FN Florian Philippot recueillerait entre 35 et 39,6% des voix, devant Philippe Richert (LR-UDI-Modem) avec de 22,6% à 26% des voix et le PS Jean-Pierre Masseret (16,1 à 16,7%), selon Ipsos/Sopra Steria et Opinionway/B2S.

 

20h15

Les listes du FN arrivent en tête dans six régions, selon les estimations: Nord-Pas de Calais-Picardie, PACA, Alsace-Lorraine-Champagne Ardenne, Centre, Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, Bourgogne-Franche-Comté.

 

20h14

Premières réactions. Pierre de Saintignon, candidat PS en Nord-Pas-de-Calais-Picardie où Marine Le Pen est largement en tête: "tout doit être fait pour que les défenseurs de la République et de nos valeurs gagnent. Personne ne peut avoir la prétention ce soir de gagner seul".

Xavier Bertrand, dans la foulée: "en nous plaçant en seconde position, les habitants font de la liste de rassemblement de la droite et du centre la seule alternative possible contre l'extrême-droite (...). Je serai le candidat du rassemblement. Le visage de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ne sera pas celui de Marine Le Pen".

 

20h13

Dans la région PACA, la liste du FN (Marion Maréchal-Le Pen) obtiendrait aux alentours de 41/42% des voix d'après les estimations, devant la liste des Républicains (Christian Estrosi) aux alentours de 25/26%, et la liste du PS (Christophe Castaner), entre 15% et 18%.

 

20h11

En Bretagne, Jean-Yves Le Drian (PS-PRG) virerait largement en tête avec 34,7% contre 22,4% pour Marc Le Fur (LR-UDI). Le FN serait entre 16% et 18%.

 

20h08

En Pays de la Loire, selon les estimations d'Ipsos, Bruno Retailleau (LR-UDI-Modem) serait en tête avec 32,6% des suffrages. Suivent le candidat PS-PRG Christophe Clergeau (26,1%) puis le Front national de Pascal Gannat (21,2%).

 

20h05

Derrière le FN, la droite et le PS-PRG (voir ci-dessous), EELV recueillerait entre 6% et 7% des voix et le Front de gauche, ou assimilés, autour de 4%.

 

20h02

Marine Le Pen dépasse les 40% des voix au premier tour en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, selon plusieurs instituts de sondages.

 

20h00

Selon les estimations des instituts de sondage à 20h, le score national du FN serait de 27% à 30%, la droite à 27% et le PS-PRG de 23% à 24%.

Les instituts de sondage donnent le Front national en passe de remporter trois régions au second tour de dimanche prochain: en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, avec la liste emmenée par Marine Le Pen,  en PACA (Marion Maréchal-Le Pen) et Alsace (Florian Philippot).

 

19h54

Découvrez dans cinq minutes exactement les premières tendances de ce premier tour des élections régionales 2015.

 

19h42

La patronne du FN Marine Le Pen devrait prendre la parole vers 20h30 depuis la commune d'Hénin-Beaumont, selon son entourage.

 

19h31

Alors que LR s'acheminerait vers un nouveau "ni-ni" au soir de ce premier tour, le PS va se réunir avec ses alliés à 21h pour arrêter sa stratégie. En attendant, la direction du parti au pouvoir fait passer la consigne à ses candidats: "ne pas répondre aux questions +allez-vous vous retirer?+" dans les régions où le FN serait en position de force pour le second tour et "insister sur la grille de lecture total des voix de gauche".

Les premières estimations sont attendues dans moins d'une demi-heure maintenant, à 20h.

 

19h27

Cela fait bientôt une heure que Nicolas Sarkozy et ses principaux lieutenants sont en réunion au siège LR, à Paris. Le président du parti aurait réaffirmé une nouvelle version du "ni-ni": ni fusion (avec la gauche), ni retrait (en cas d'arrivée en troisième position) pour faire barrage au FN au soir de ce premier tour.

Pour rappel, le parti de Marine Le Pen est donné favori par les sondages publiés avant le premier tour dans les régions PACA et Nord-Pas-de-Calais-Picardie et très haut dans plusieurs autres, par exemple en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.

 

19h21

Un bureau politique LR est programmé demain lundi 7 à 11h, selon le journaliste du Monde Alexandre Lemarié. Au menu: la stratégie d'entre deux-tours du parti du fait de "craintes de division  sur la stratégie face au FN".

 

19h18

Valérie Pécresse, tête de liste de la droite unie en Ile-de-France, est arrivée à son QG de campagne. La candidate devrait s'exprimer vers 21h, selon son entourage.

 

19h15

Ile-de-France, Bretagne, Nord-Pas-de-Calais-Picardie...: cinq régions ont été passées au crible des derniers sondages par FranceSoir avant le premier tour des élections régionales de ce dimanche. Notre article à lire en cliquant ICI.

 

19h00

Il est 19h, les bureaux de vote des villes moyennes ferment à leur tour, après ceux situés en zones rurales depuis 18h. Ne restent donc ouverts que les bureaux des grandes métropoles, par exemple à Paris ou Lyon.

Dans très exactement une heure, à 20h, les premières estimations des résultats nationaux seront disponibles.

 

18h58

Pierre de Saintignon, candidat PS-PRG en région Nord-Pas-de-Calais, où Marine Le Pen est la favorite des sondages, devrait lui aussi prendre la parole dès 20h (heure de publication des premières estimations). Il s'exprimera donc au même moment que son rival Xavier Bertrand et, surtout, avant que les socialistes n'aient officialisé leur position sur d'éventuels retraits, ou maintiens, au second tour pour faire barrage au FN.

 

18h53

Xavier Bertrand, tête de liste de la droite en région Nord-Pas-de-Calais, où Marine Le Pen est la favorite des sondages, devrait prendre la parole dès 20h (heure de publication des premières estimations), selon son entourage.

 

18h51

Nicolas Sarkozy est au siège de son parti, Les Républicains, où il est actuellement en réunion avec son exécutif, notamment: Nathalie Kosciusko-Morizet, François Baroin, Eric Ciotti, Eric Woerth, Thierry Solère, Guillaume Larrivé ou encore Roger Karoutchi. L'heure et le contenu de l'intervention du président LR seraient notamment au menu.

 

18h46

Les listes pour le second tour devront être déposées au plus tard mardi 8 au soir. Les différentes listes, qualifiées ou non pour le second dimanche de scrutin, ont donc jusqu'à cette date pour négocier d'éventuelles alliances, via des fusions, ou faire le choix de se retirer.

 

18h42

Manuel Valls ne devrait pas prendre la parole ce dimanche soir. Selon des sources citées par BFMTV, le Premier ministre devrait être l'invité lundi 7 d'un "grand JT de 20h" pour livrer son analyse sur les résultats du premier tour des élections.

 

18h39

Claude Bartolone est attendu à son QG de campagne de Paris vers 19h30 pour faire le point, avec son équipe de campagne et ses alliés, sur les résultats du premier tour.

 

18h34

Trois semaines après les attentats qui ont coûté la vie à 130 personnes, et fait des centaines de blessés, et alors que le pays est en état d'urgence, plus de 44 millions de Français sont appelés aux urnes ce dimanche. Un scrutin qui se déroule sous très haute surveillance.

Notre article sur le sujet à lire en cliquant ICI.

 

18h27

Nicolas Sarkozy, président LR, devrait prendre la parole depuis le siège de son parti, rue de Vaugirard (Paris 15e arr.), vers 20h30.

 

18h24

Petit point sur les modalités de ces élections régionales.

Seuls les candidats ayant réuni plus de 10% des suffrages exprimés ce dimanche sont qualifiés pour le second tour, convoqué uniquement si aucune liste n'a dépassé la majorité absolue au premier tour. Compte tenu des sondages, des triangulaires opposant la gauche, la droite et l'extrême-droite pourraient avoir lieu dans toutes les régions métropolitaines, ce qui serait une première historique.

De plus, les qualifiés pour le second tour peuvent modifier leurs listes entre les deux tours, notamment pour fusionner avec des listes, éliminées ou non, ayant obtenu au moins 5% des votes lors du premier dimanche de vote.

 

18h17

Quelle réaction des électeurs après les attentats de Paris? Comment la gauche va-t-elle résister aux mauvais sondages? Le Front national va-t-il concrétiser sa poussée, la droite va-t-elle rester en position forte? Notre article sur les enjeux du premier tour des élections régionales, ce dimanche, à lire en cliquant ICI.

 

18h09

Pour rappel, les bureaux de vote situés en zone rural sont désormais fermés depuis 18h. Les dépouillements y commencent mais les résultats resteront secrets jusqu'à 20h. En effet, les bureaux des villes moyennes et des grandes agglomérations ferment respectivement à 19h et 20h.

 

18h04

Alors que le Front national pourrait être en tête au niveau national et dans certains régions, PACA ou la grande région Nord notamment, le PS a prévu de réunir un bureau national extraordinaire à 21h ce dimanche soir. Le parti de Jean-Christophe Cambadélis, après avoir également consulté ses partenaires et têtes de listes, devrait faire savoir à l'issue de cette réunion sa position sur un éventuel retrait ou le maintien de ses listes dans les régions où le FN serait en position de l'emporter au second tour de dimanche 13.

La droite entend pour sa part se maintenir quoi qu'il arrive.

 

18h00

Dans très exactement deux heures, à 20h, les premières estimations nationales et région par région des résultats seront disponibles. D'ici là, il est formellement interdit à quiconque, médis compris, de publier des résultats, même partiels.

 

17h54

Des estimations sur l'abstention totale à la clôture des bureaux de vote, ce dimanche soir à 20h, sont déjà disponibles.

Entre 49% (selon OpinionWay et B2S) et 49,8% (Harris Interactive) des électeurs ne devraient pas se déplacer pour ce premier tour des régionales. Les instituts Ipsos/Sopra Stiera avancent pour leur part le chiffre de 49,5% d'abstention.

Lors des précédents scrutins régionaux de 2010 et 2004, l'abstention au premier tour était, respectivement, de 53,67%, et de 39.16%.

 

17h40

La participation à 17h est de 43,01%, contre 39,29% aux régionales de 2010, selon le ministère de l'Intérieur.

Les régions qui se sont les plus mobilisées à 17h sont la Corse (52,5%), le Nord-Pas de Calais-Picardie (49,10%) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (46%).

Le trio de queue est formé par l'Ile-de-France (35,65%), le Nord-Pas de Calais-Picardie (49,10%) et la Provence-Alpes-Cote d'Azur (46%). A noter toutefois que les bureaux de vote de la région capitale ferment à 20h, contre 18h ou 19h dans la majorité du reste du pays.

 

Trois semaines après les attentats de Paris, les Français votent. Un peu plus de 44 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes ce dimanche 6 pour le premier tour des élections régionales sous haute sécurité. A 17h, la participation était en hausse de près de quatre points par rapport au dernier scrutin régional (43,01% contre 39,29% il y a cinq ans).

Un premier dimanche de vote qui s'annonce historique pour le Front national de Marine Le Pen. A en croire les observateurs, celui-ci pourrait ainsi être en mesure de l'emporter dans au moins deux régions (PACA et Nord) ainsi que d'imposer des triangulaires sur l'ensemble du territoire métropolitain, deux grandes premières.

A l'inverse, la victoire éclatante annoncé il y a encore un mois pour la droite emmenée par le parti Les Républicains de Nicolas Sarkozy pourrait être ternie par la montée de l'extrême droite. Alors que sept régions lui étaient promises avant les attentats, l'alliance LR-UDI-MoDem a cédé du terrain aux troupes frontistes et pourrait ne virer en tête que dans quatre ou cinq régions ce dimanche soir.

La gauche, à l'inverse, pourrait bénéficier de la brusque remontée de la popularité du président de la République François Hollande (de 10 à 22 points selon les instituts) et limiter l'ampleur d'une défaite annoncée. Le PS pourrait ainsi conserver, grâce au report de voix supposé des électeurs des autres listes gauche, jusqu'à quatre ou cinq régions, faisant ainsi jeu égal avec la droite. Mais un douloureux débat sur le retrait ou le maintien des listes face à une possible victoire du FN risque d'enflammer la gauche au soir de ce dimanche 6 décembre.

 

 

Plus de 44 millions de Français étaient appelés aux urnes ce dimanche 6 pour le premier tour des élections régionales.


Commentaires

-