Fadwa Souleimane, la poète et militante de la révolution syrienne, est morte des suites d'un cancer à Paris

Fadwa Souleimane, la poète et militante de la révolution syrienne, est morte des suites d'un cancer à Paris

Publié le :

Jeudi 17 Août 2017 - 16:54

Mise à jour :

Jeudi 17 Août 2017 - 17:09
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La femme poète et militante syrienne de 47 ans, Fadwa Souleimane, est décédée ce jeudi à Paris. Alors qu'elle avait trouvé refuge en France depuis 2012 après avoir dû fuir la Syrie, où elle était notamment connue pour avoir organisée des manifestations pacifistes contre le régime de Bachar al-Assad.

Figure de proue de la révolution syrienne, Fadwa Souleimane est décédée "dans la nuit (de vendredi 16 à ce jeudi 17) des suites d'un cancer" à Paris, a expliqué au Monde l'acteur syrien Farès Al-Helou, qui vit également en France.

Menacée de mort par le régime de Bachar al-Assad, elle vivait en France depuis 2012 où elle bénéficiait du statut de réfugiée politique, mais, comme elle l'assurait au Magazine du Monde la même année, jamais elle n'avait abandonné son pays, "je suis partie de mon pays contre mon gré. Jamais, jamais je ne serai une réfugiée".

Actrice de cinéma et poète, la militante syrienne décédée à l'âge de 47 ans était rapidement devenue un visage de la révolutionsyrienne. En effet, les images de cette femme aux cheveux courts qui menait des foules entières de manifestants syriens à Homs, dans l'ouest de la Syrie, avaient fait le tour du monde.

La comédienne souhaitait "réveiller les consciences" et luttait contre "les dirigeants du monde entier qui ont oublié les valeurs humaines et font passer l'intérêt de leur Etat avant la vie du peuple syrien",  confiait-t-elle à Libération en 2011. Et malgré son incapacité à continuer la révolution suite à son exil, la militante alaouite (la communauté du président syrien) avait toujours un profond espoir quant à la reconstruction de son pays, "même s'ils effacent tout, on ne doit pas les laisser effacer notre rêve. S'il ne reste qu'un seul Syrien, je suis sûre qu'il va construire la Syrie que l'on aime. La Syrie ce n'est pas un pays, une géographie, c'est une idée! Nous apportons notre révolution. La révolution blanche, de l'esprit et de l'âme. Cela va traverser les lieux, le temps", avait-elle déclaré à Midi Libre en juin 2016.

Fadwa Souleimane est décédée dans la nuit de mercredi 16 à ce jeudi 17 d'un cancer.

Commentaires

-