Incendie volontaire mortel à Schiltigheim: un précédent récent avait visé des migrants

Incendie volontaire mortel à Schiltigheim: un précédent récent avait visé des migrants

Publié le :

Mardi 03 Septembre 2019 - 12:31

Mise à jour :

Mardi 03 Septembre 2019 - 12:38
©DR
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Un enfant de 11 ans est décédé dans la nuit de lundi 2 à ce mardi 3 dans l'incendie criminel d'un immeuble à Schiltigheim, au nord de Strasbourg. Un immeuble hébergeant des migrants avait déjà été incendié volontairement à la mi-août dans la même commune.

Un incendie considéré à ce stade par une source policière comme volontaire a coûté la vie à un enfant et a fait huit blessés dans la nuit de lundi à ce mardi à Schiltigheim près de Strasbourg en Alsace. Un homme âgé de 23 ans a été interpellé et palcé en garde à vue.

Débuté à 03h51, selon les pompiers, cet incendie dans un immeuble HLM de deux étages est "criminel", a affirmé une source policière. L'homme en garde à vue a été appréhendé à proximité des lieux du sinistre. Plus de 70 pompiers ont été mobilisés pour circonscrire le feu.

Un hébergement d'urgence a été mis en place par la mairie pour les sinistrés de cet immeuble HLM. "La municipalité schilikoise a lancé un appel à la solidarité des autres bailleurs sociaux de l'agglomération afin de reloger les personnes dont les logements ont été endommagés", explique Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Lire aussi - Un enfant meurt dans un incendie criminel près de Strasbourg

Danielle Dambach, maire écologiste de la commune, a fait le rapprochement entre ce sinistre et un autre incendie criminel survenu sur la commune le 19 août dernier contre un bâtiment abritant des familles étrangères et revendiqué par des tags racistes. "Je ne peux pas m'empêcher de faire le lien avec l'incendie qui a eu lieu rue du Fondeur", a fait savoir l'édile à France 3. Le message "nous revendiquons l'incendie à Schiltigheim qui a visé des colons" ainsi que des croix celtiques, symbole ultranationaliste, avaient été tagués dans la nuit du 20 au 21 août après l'incendie sur les murs de l'école de Saint-Nabor.

A l'époque des faits, des témoins avaient raconté à France-Soir avoir vu ce soir-là "un groupe d'une quinzaine de jeunes adultes, âgées peut-être de 20 à 30 ans, qui traînaient près de l'école (…) ils avaient le look supporters de foot, certains étaient en survêtement de sport".

Concernant l'incendie tragique de cette nuit Danielle Dambach a fait savoir attendre "une enquête minutieuse et détaillée".

"Depuis plusieurs mois maintenant, j’observe avec consternation un déferlement d’actes malveillants à Strasbourg et dans le Bas-Rhin", a fait savoir, consterné, le maire de Starsbourg, Roland Ries. Et d'ajouter: "Tags racistes et antisémites, incendies criminels, autant de gestes détestables que je condamne avec fermeté. Je souhaite que les auteurs de ces actions aujourd’hui meurtrières soient identifiés et appréhendés dans les plus brefs délais, et que la police et la justice feront preuve de la plus grande sévérité".

Voir:

Bas-Rhin: des tags racistes revendiquent un incendie criminel visant des migrants

Alsace: le prof d'histoire est cadre du groupe néofasciste Bastion social

Prison avec sursis pour les profanateurs d'un cimetière juif en Alsace

L'incendie de mi-août à Schiltigheim avait été revendiqué par des tags racistes.


Commentaires

-