IVG médicamenteuse: une pratique qui s'est largement généralisée

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

IVG médicamenteuse: une pratique qui s'est largement généralisée

Publié le 21/11/2016 à 11:30 - Mise à jour à 11:37
©Durand Florence/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon une étude publiée vendredi 18, une proportion importante de femmes ayant subi une IVG dite "médicamenteuse" ont ressenti d'importantes douleurs. Un rappel que la technique n'est pas exempte d'inconforts, malgré son apparente facilité d'accès.

L’interruption volontaire de grossesse médicamenteuse a soulevé quelques critiques après la publication vendredi 18 d’une étude sur les douleurs que ressentent les femmes qui subissent cette procédure.

En 2015, 110.000 IVG médicamenteuse ont été pratiquées. Depuis que cette technique a été autorisée en 1988, uniquement dans le cadre hospitalier à l’origine, elle s’est largement répandue pour devenir la principale méthode d’avortement. Alors que 16% des IVG étaient médicamenteuses en 1990, ce chiffre a grimpé à 55% en 2011 et reste aujourd’hui au-delà de la moitié des quelques 220.000 avortements annuels dans l’Hexagone. Sa progression est notamment due à sa pratique dans les cabinets de médecine de ville, autorisée depuis 2004, et même dans les Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) depuis 2007.

L’IVG médicamenteuse est recommandée pour des avortements pratiqués jusqu’à 8 à 9 semaines d’aménorrhée, au maximum. Après, elle doit se faire dans un cadre chirurgical. Avant 7 semaines, il est possible de passer par la médecine de ville ou un CPEF, et il est fortement conseillé de se rendre dans un établissement hospitalier après ce délai.

Une étude pilotée par le centre Clotilde-Vautier de Nantes (Loire-Atlantique), et financée par la Fondation de l’Avenir parue vendredi dernier, près d'un quart des femmes ayant réalisé une IVG médicamenteuse ont ressenti "des douleurs très intenses" tandis qu'un tiers ont eu des saignements qui les ont inquiétées. Pour les chercheurs, ses résultats montrent la nécessité de prêter plus d'attention à la souffrance des patientes. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Les IVG médicamenteuses représentent plus de la moitié des avortements en France.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-