La surveillance numérique dans le cadre des épidémies est elle acceptable? Etude France-Soir

La surveillance numérique dans le cadre des épidémies est elle acceptable? Etude France-Soir

Publié le 07/04/2020 à 00:01 - Mise à jour le 08/04/2020 à 07:08
France-Soir
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

En cette période il nous parait important de comprendre comment les français vivent le confinement et les modifications importantes qui en découlent de la crise sanitaire du coronavirus.

L’usage de l’attestation dérogatoire de sortie, de l’attestation numérique sur smartphone a soulevé beaucoup de questions sur la traçabilité et l’usage des informations qui en découle.

Dans la seconde partie de l’étude, les questions posées à l’échantillon représentatif national de la population française de 2000 personnes du 4 au 5 avril 2020 étaient :

  • Accepteriez-vous d'être tracé électroniquement pour éviter la propagation des virus ?
  • Dans la devise « LIBERTE EGALITE FRATERNITE », quel mot compte le plus pour vous ?

Le confinement étant une privation temporaire de la liberté si chère aux français, il nous semblait essentiel de s’intéresser à ces sujets à la veille de la mise en place de l’attestation numérique de déplacement afin de prendre référence sur ces questions aux conséquences potentiellement importantes.

Un sujet souvent évoqué dans l’actualité est la sortie de confinement et la mise en place de l’attestation numérique qui fait l’objet de beaucoup de débats notamment sur la traçabilité et le suivi des données comme cela a pu être mis en place dans d’autres pays. Nous avons donc inclus une question à ce sujet. Accepteriez-vous d’être tracé électroniquement pour éviter la propagation des virus ? Nous avons volontairement restreint cette question à l’univers sanitaire afin d’éviter de tomber dans le débat idéologique du suivi de données et du traçage. Les propositions de réponses étaient volontairement excessives mesurant ainsi ceux pour qui c’est impensable et à l’opposé ceux pour qui c’est tout à fait acceptable voir normal. Sans rentrer dans le débat du pour ou du contre en période de confinement sanitaire, il semble important de mesurer l’avis des français à l’égard de cette possibilité (car déjà utilisée dans d’autres pays) même si nous n’avons pas de base pour étalonner les résultats.

Les résultats sont surprenants :

44% des français accepteraient d’être tracés électroniquement pour éviter la propagation des virus.  A l’opposé 23% trouvent cela totalement impensable. Les jeunes y sont plus opposés que les plus âgés peut être porté par l’envie de liberté, malgré leur usage plus intensif des technologies numériques.

26% des français trouvent cela totalement compréhensible et 23% y sont totalement contre (pas du tout, c’est impensable).  Les hommes ont un comportement plus marqué, excessif que les femmes (acceptable pour 28% des hommes vs 24% des femmes). C’est chez les 25-34 ans qu’il y a une montée de bouclier avec 36% qui sont totalement contre. L’objection à la perte de liberté du traçage diminue avec l’âge. Au-delà de 50 ans 35% trouvent cela totalement normal. Il y a surement un effet confinement qui fait dire que certains préféraient la liberté surveillée plutôt que d’être assigné à résidence.  Il n’est pas non plus étonnant de voir que ceux dont l’activité a été totalement interrompue et qui ne peuvent pas faire de télétravail trouvent cela totalement compréhensible. Etonnamment, les personnes qui vivent le confinement le mieux trouvent cela totalement normal pour 51% d’entre eux et seulement 20% y sont opposés

 

Pour aller plus loin dans l’étude, nous avons demandé à notre échantillon dans la devise « LIBERTE EGALITE FRATERNITE », quel mot compte le plus pour vous ?.

De manière générale les français sont attachés en priorité pour 38% à la liberté, l’égalité et la fraternité recueillent eux 31% chacun des mentions.

Quand on regarde la traçabilité par rapport au mot comptant le plus dans la devise, les personnes attachées en priorité à la liberté, sont pour 39% contre la traçabilité (même si 22% trouvent cela totalement acceptable). Ceux qui favorisent l’égalité sont plus ambivalents. Enfin, ceux pour qui la fraternité compte le plus trouvent acceptable la traçabilité à 51%. La France a souvent été divisée sur ces trois mots, de nombreuses personnes ont dit qu’il était impossible d’avoir les trois réunis. 

Cependant devant une pandémie, un confinement sans précédent aux conséquences économiques très importantes, oblitérer un peu de liberté « quand c’est fait pour les bons motifs » ne parait pas inconcevable. Qui a dit qu’impossible n’était pas français ?

 

Etude France-Soir, de l’impact du confinement lié au “COVID-19” sur les français, menée du 4 au 5 avril 2020 sur un échantillon représentatif de la population française méthode des quotas sur les critères de sexe, âge, catégorie socio-professionnelle et répartition géographique. L'enquête a été réalisée par MIS Group pour la société Shopper Union France SAS qui publie et édite le site www.francesoir.fr.  Tout sondage comporte statistiquement des marges d'erreurs qui ont été réduites de par la taille de l'échantillon de 2100 personnes Toute personne a le droit à consulter la notice prévue par l'article 3 de la loi.

 

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Etude FranceSoir: Impact du confinement sur les français

Fil d'actualités Lifestyle