Dépression en hausse en France: quels symptômes doivent alerter?

Auteur:
 
Rodolphe Oppenheimer, édité par la rédaction
Publié le 16 octobre 2018 - 14:08
Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse)
Image
Smiley de la tristesse
Crédits
©Mood Board/Sipa
La dépression est en hausse continue en France.
©Mood Board/Sipa
En dix ans, la dépression a progressé en France. Les études confirment l'inquiétante progression de cette pathologie qui touche majoritairement les femmes. Les explications et les conseils Rodolphe Oppenheimer, pour France-Soir.

L'année 2017 a été une époque extrêmement difficile sur le terrain de la santé psychique en France notamment. Les étudiants développent de plus en plus d'épisodes dépressifs. Les personnes en recherche d'emploi et les personnes vivants avec de faibles revenus sont également victimes de dépressions.

Les femmes semblent être plus touchées, selon les études elles seraient deux fois plus atteintes que les hommes. Depuis 2010, personne n'avait osé sonder à nouveau le moral des Français. L'étude en question a porté sur plus de 25.000 personnes de 18 à 75 ans. Un panel de questions ont été posées comme la situation professionnelle, la qualité du sommeil, les éventuelles consommations d'alcool ou de drogues, les pratiques sexuelles ou les idées noires, une étude très complète avec pas moins de 400 questions.

Les enquêteurs de Santé Publique France ont appliqué une définition stricte. Une dépression ou un état dépressif se distingue par une périodicité d'un minimum de deux semaines consécutives où un sujet se sent déprimé ou triste, ne voit plus le bout du tunnel. Un grand nombre de symptômes comme le burn out, la boulimie ou l'anorexie peuvent s'installer ponctuellement ou parfois plus durablement (notamment l'insomnie ou la difficulté à se concentrer, ou une envie de suicide).

Voir aussi: La dépression a progressé en France ces dernières années 

Ladite enquête révèle que 9,8% des personnes interrogées ont connu un épisode dépressif durant l'année 2017. Les 18-44 ans sont les plus fragiles, alors que la fréquence des coups de blues diminue par palier à partir de 45 ans. Pour revenir aux Français ayant les plus faibles revenus, on distingue une hausse du taux de dépressions de 3 points par rapport à 2010. Et n'oublions pas que cette pathologie a un impact direct pour l'ensemble du fonctionement de la société puisque selon les chiffres de Santé Publique France, les troubles dépressifs sont responsables de 35% à 45% des arrêts de travail.

Cet article a été rédigé par Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste (https://psy-92.net/). Il est l'auteur d'un nouvel ouvrage Une vie heureuse et réussie (mode d'emploi) aux éditions Marie B.

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.